http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
10 de mars de 2020 Twitter Faceboock

Le personnel de la RATP touché par le coronavirus faute de mesures fortes
Wael Mejrissi, machiniste RATP à Aubervilliers

Plus aucun jour ne se passe sans qu’on apprenne que le covid19 a encore progressé en France. Et sa progression commence à inquiéter sérieusement. Les entreprises de transports en commun continuent leurs dessertes comme si de rien n’était.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Le-personnel-de-la-RATP-touche-par-le-coronavirus-faute-de-mesures-fortes

Crédits photos : © AFP

Article publié initialement par : ici

Les salariés de Keolis ont exercé leur droit de retrait pour exprimer leur préoccupation légitime face à une situation sanitaire en passe de devenir hors de contrôle. Ils ont obtenu du gel hydroalcoolique, des gants et la suspension de la vente de tickets. Une sage décision qui mérite d’être relevée alors que la direction de la RATP prend le chemin inverse avec les partenaires sociaux pour trouver un compromis. Du gel hydroalcoolique et...c’est tout. Voilà le résultat de la négociation entre les élus du personnel et la direction du département bus de la RATP.

Les conducteurs de bus RATP viennent au travail à reculons depuis qu’ils savent que le virus gagne du terrain chaque jour jusque dans les rangs de leur propre corporation. Une agente de station de la ligne 6 a été infectée ainsi qu’un conducteur de bus au dépôt de Thiais. Ce dernier vient d’être diagnostiqué positif au covid19 il y a quelques minutes seulement. Alors que le passage au stade 3 de l’épidémie est quasiment acté, la direction du dépôt de Bussy a répondu au droit de retrait des machinistes par...du gel hydroalcoolique.

Face à cette décision qu’il faut bien appeler une rustine au regard du défi sanitaire actuel, les agents surexposés à ce si redouté virus ont la furieuse impression que leur vie compte peu...très peu devant l’obsessionnel objectif pour Ile-de-France Mobilités de rattraper les kilomètres perdus à cause du mouvement social lancé le 5 décembre dernier. Et ce n’est pas le refus de suspendre provisoirement la vente de tickets ou de fermer la demi-porte avant ou de porter un masque qui va leur donner l’impression inverse. Les conducteurs de l’entreprise publique de transport parisienne se retrouvent donc livrés à eux-mêmes sans possibilité d’exercer leur droit de retrait car il est le plus souvent transformé administrativement en abandon de poste par l’entreprise.

Si bon nombre d’agents ont fait le choix de ne pas rejoindre les grévistes contre la réforme des retraites qui vient d’être adoptée moyennant le recours à l’article 49.3, ils risquent bien de ne pas se montrer aussi dociles devant une direction qui voue un culte sans limite à la rentabilité au mépris de l’impérieuse nécessité de protéger ses propres salariés.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com