http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
25 de mars de 2020 Twitter Faceboock

La santé sélective
« On s’attend à une hécatombe » : témoignage d’une infirmière en EHPAD
Ernest Everhard

Depuis le début de la crise du covid-19, c’est tout le système de santé qui est à bout de souffle face à une crise sanitaire mondiale majeure. Nous publions ici le témoignage d’une infirmière en EHPAD qui exprime l’abandon total du gouvernement à l’encontre des personnes âgées.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/On-s-attend-a-une-hecatombe-temoignage-d-une-infirmiere-en-EHPAD

Le crise sanitaire touche aussi les EHPAD. Seule infirmière pour 38 résidents, S. est venue nous témoigner son quotidien au sein d’un EHPAD dans l’Essonne. La veille elle testait trois de ses pensionnaires, ce qui est le nombre de tests maximum autorisés par l’Etat dans les établissements accueillant des personnes âgées. Ces tests sont alors soigneusement ciblés : toux, problèmes respiratoires et fièvre sont ainsi les signes annonciateurs. Deux sur trois seraient ainsi déclarés positifs au covid-19.

Equipés de masques FFP2 (un seul par jour), donnés par des entreprises qui ont préféré le confinement, le personnel est à bout mais reste présent pour leurs résidents, qui gardent ainsi un lien social grâce à ces travailleurs restés à leurs côtés qui leur permet aussi de nouer le contact avec leurs proches à l’aide d’une seule tablette mise à leur disposition.

Les hôpitaux refusent la prise en charge des patients infectés par manque de places, alors des tris de personnes à sauver sont effectués. « Nous nous attendons à une hécatombe, c’est Koh Lanta, on les assiste jusqu’au dernier survivant ». En sous effectif et sous équipé, le personnel n’est pas en mesure d’avoir recours à des traitements adaptés et est maintenant adepte du système D afin de suivre les retraités touchés par le coronavirus. « Un médecin qui intervient dans un autre EHPAD dans le 94, m’a dit qu’ils en étaient à trois morts par jour. En plus on se dit que c’est forcément nous, travailleurs des EHPAD qui leur avons refilé la maladie puisqu’ils sont confinés depuis le début de la crise, un sentiment de culpabilité qui vient s’ajouter au stress, à la fatigue et au moral déjà en berne ».

Les agents des EHPAD, tout comme le reste du personnel hospitalier s’est mobilisé ces derniers temps afin de dénoncer les conditions de travail et de vies de leurs pensionnaires. Une situation inacceptable. Quand la crise sera terminée, - seulement grâce aux travailleurs de la santé au sens élargi du terme -, le temps sera venu pour les différents cadres d’organisation comme les collectifs mais aussi le reste du personnel de muter en coordination hospitalière afin d’obtenir les moyens nécessaires au bon fonctionnement de la Santé publique afin qu’une telle crise ne se reproduise plus jamais.

Crédits : stephane de sakjtin/atp

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com