http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
26 de mars de 2020 Twitter Faceboock

5 millions d’euro
Cagnottes pour les hôpitaux : la solidarité ne peut effacer le manque structurel de moyens
Nasturtium Renée

Des appels aux dons ont été lancés par des directions d’hôpitaux pour aider le système de santé. L’élan de solidarité qu’ils ont suscité ne saurait masquer la responsabilité du gouvernement et la nécessité d’un investissement massif dans la santé et d’une réorientation de l’économie au service de la crise sanitaire.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Cagnottes-pour-les-hopitaux-la-solidarite-ne-doit-pas-faire-oublier-la-responsabilite-du

A la suite de la direction du CHU de Bordeaux, l’AP-HP associé à la Fondation de France et à l’institut Pasteur a lancé un appel aux dons. La campagne intitulée Tous unis contre le virus précise : « Les dons collectés seront destinés à venir en aide aux personnels soignants, en milieu hospitalier ou non, à financer des projets de recherche ainsi qu’à soutenir des acteurs de terrain et des associations qui œuvrent auprès des plus vulnérables ».

Cette cagnotte a rencontré un succès rapide avec déjà 5 millions collectés et a été largement relayée. Dans la lignée des applaudissements quotidiens à 20h, la solidarité dont fait preuve la population envers les travailleurs de la santé a trouvé là une traduction matérielle, contre le sentiment d’impuissance que procure le confinement.

Cette campagne a également reçu le don médiatisé de grosses entreprises telle FDJ qui a annoncé dans un communiqué « doubl[er] ainsi le don d’un million d’euros effectué par France Télévisions dans le cadre de l’émission spéciale « Ensemble avec nos soignants ». Diffusée mardi 24 mars en soirée, elle était dédiée à la solidarité grâce à un appel aux dons auquel FDJ s’est associée ».

Ce phénomène participe ainsi à nourrir l’Union sacrée mise en scène par Macron dans ses allocutions. Pourtant, si les participants n’hésitent pas à doubler d’un soutien financier les sacrifices déjà importants exigés aux travailleurs dans cette crise, ce financement solidaire ne saurait exonérer la politique pour le moins minimale du gouvernement.

Après avoir poursuivi les attaques néolibérales contre l’hôpital public, le gouvernement et la direction des hôpitaux en appellent à la solidarité et prennent des mesures bien insuffisantes au regard de la crise sanitaire : dans le plan d’urgence sanitaire, le gouvernement alloue ainsi seulement 2 milliards pour l’hôpital contre 43 milliards pour l’économie, alors que les syndicats hospitaliers dénoncent encore et encore le manque de moyens pour soigner et de matériels pour se protéger ou encore que les étudiants médecins et infirmiers sont payés 1€ de l’heure pour aller au « front ».

Cette solidarité de la part de la population en cette période de crise sanitaire ne saurait légitimer en aucun cas les responsabilités du gouvernement.. Ce n’est pas le sacrifice individuel qui permettra de résoudre les manquements de cette crise sanitaire, dans la 5ème puissance économique mondiale.

Le coronavirus a déjà tué plus de 1 100 morts en France et la crise n’est pas finie. Le gouvernement doit donner de vrais moyens aux soignants pour faire face à cette crise. L’argent est là et cela est notamment visible au travers de choix politiques, la police et les moyens de répression sont préférés à l’hôpital et aux soignants en cette période de crise : 100 000 amendes ont été distribuées contre seulement 5000 tests de dépistage effectués, alors que l’on sait pertinemment que le dépistage massif est décisif pour contenir l’épidémie du Covid-19.

C’est ce que dénonçait récemment le syndicat SUD Santé Sociaux en rappelant les 22 millions d’euros ayant servi à financer des grenades lacrymogènes et plusieurs autres millions pour l’achat des armes incapacitantes LBD. Ces choix politiques vont de pair avec les choix notamment fiscaux en faveur des plus riches : suppressions de l’ISF, de la flat tax ou encore de l’exit tax qui exonèrent de 30 milliards d’euros les 1% les plus riches sans compter les 80 à 100 milliards d’évasion fiscale chaque année. L’argent est là, c’est aux capitalistes de payer la crise sanitaire par sa taxation et non à la population que le gouvernement appauvri de réformes en réformes (réforme de l’assurance chômage, réformes des retraites, baisse des APL etc.).

Plutôt que d’en appeler à la philanthropie, c’est la nécessité de financements massifs dans les secteurs essentiels tels que la santé que cette crise contribue à réaffirmer, mettant à nu le caractère criminel des politiques néolibérales menées par les gouvernements successifs.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com