http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
10 de avril de 2020 Twitter Faceboock

Leurs profits nos morts
Scandale. Des tarifs exorbitants étaient facturés aux familles en deuil à la morgue de Rungis
Margot Vallère

Alors que l’Ile-de-France est désormais la région la plus touchée par le covid-19, un entrepôt réfrigéré du marché de Rungis a été, début avril, transformé en morgue face à l’afflux de décès dans la région. La gestion du site a été confiée par le préfet de police Didier Lallement à un opérateur funéraire privé, OGF qui pratiquait des tarifs inacceptables au vu de la situation.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Scandale-Des-tarifs-exorbitants-etaient-factures-aux-familles-en-deuil-a-la-morgue-de-Rungis

Crédit-photo : AFP/Goeffroy Van Der Hasselt

OGF prévoyait un « forfait de six jours » à 159 euros pour « l’admission et le séjour en condition de conservation du cercueil fermé et scellé », six jours étant la durée maximum avant d’inhumer le défunt. Seulement en cette période de crise et face au dépassement des crématoriums, ce délai est souvent dépassé. L’opérateur, en plus des tarifs pour la simple admission du cercueil, facturait la journée supplémentaire à 35 euros et faisait payer aux familles endeuillées la somme de 50 euros pour une simple visite d’une heure. Des tarifs exorbitants, honteux et injustifiés car les lieux, réquisitionnés par Lallemand, ont été prêtés gratuitement par le marché de Rungis pour venir en aide aux morgues et aux hôpitaux franciliens, a déclaré Stéphane Layani, président du marché.

Selon une source à la préfecture, c’est l’Etat qui a sélectionné OGF pour administrer le site de Rungis car l’opérateur, considéré comme le leader au niveau national et en Île-de-France dans le secteur, « possède les moyens matériels et humains pour gérer la crise ». De fait, il a laissé la liberté à la société privée de fixer elle-même les tarifs de ses prestations sans en contrôler la justesse, déléguant une fois de plus ses responsabilités auprès des Français, aux mains du privé. L’entreprise n’a fait preuve d’aucun scrupule en fixant des prix exorbitants pour maximiser son profit, surfant sur la vague de la pandémie et de la souffrance des familles qui n’ont d’autre choix que de payer sans pouvoir rendre visite à la personne qu’ils ont perdue.

Après la polémique lancée par Sandrine Thiefaine, présidente des pompes funèbres de France, mercredi soir sur BFMTV à propos des prix abusifs pratiqués par son concurrent, Castaner a feint de découvrir la situation qu’il a qualifié d’« anormale », niant la responsabilité du gouvernement et faisant porter toute la responsabilité sur l’entreprise qu’il a toutefois lui-même placée à ce poste. « Il me semble anormal que les contraintes liées à la situation de confinement et à des mortalités massives soient imputées financièrement aux familles » a déclaré le Premier ministre devant la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’épidémie de Covid-19 avant de demander un contrôle des tarifs appliqués à la morgue provisoire.

Face à l’irresponsabilité et l’hypocrisie du gouvernement devant la gestion de la crise, les familles étaient toujours contraintes de payer les 150 euros pour l’admission du cercueil, l’Etat les ayant graciées des 35 euros par jour qui dépasse le délai initial, avant que vendredi après-midi, le groupe privé finisse par annoncer à 20 Minutes « qu’il prendra à sa charge tous les frais relatifs à ce funérarium temporaire, à compter de ce jour et jusqu’à sa fermeture. »

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com