http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
10 de avril de 2020 Twitter Faceboock

Témoignage
Confinés à deux dans 16m2, « les conséquences physiques de notre confinement sont de fréquents maux de tête »
Augustin Laurent

« Augustin » est étudiant en troisième année de licence. Pris de court à la mi-mars, il est confiné avec sa copine dans son studio de 16 m2. Une situation qui génère anxiété, dépenses inhabituelles et souffrances.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Confines-a-deux-dans-16m2-les-consequences-physiques-de-notre-confinement-sont-de-frequents-maux-de

Je suis étudiant en 3ème année à l’Université Savoie Mont Blanc et je suis confiné avec ma copine dans un studio de 16 m2. Nous avons été pris de court par la situation parce que nous avions tous les deux séjourné quelques jours auparavant en région parisienne, où le virus circulait déjà beaucoup. Ayant tous les deux dans nos foyers parentaux respectifs des personnes à risque par rapport au virus, et sachant que nous étions peut-être porteurs du virus, nous ne voulions pas être en contact avec elles pour les protéger. Ainsi nous avons préféré rester dans mon logement étudiant.

Nous sommes donc confinés dans un appartement où l’accès internet est très limité. J’ai exceptionnellement acheté un réseau Wifi (normalement j’utilise celui de la BU) à très bas débit et qui ne marche pas toujours. Il est donc compliqué pour nous deux de travailler nos cours, d’assurer la continuité pédagogique : les visioconférences ne marchent pas, envoyer des mails et discuter sur internet peut parfois prendre énormément de temps ou ne pas être possible. Louise est en télétravail et doit utiliser internet toute la journée, ce qui peut poser de grandes difficultés, ralentir son travail et très vite être anxiogène. De plus, même regarder un film pour se changer les idées est parfois assez difficile. Ajoutons à cela l’appartement assez étroit, une unique fenêtre et les sorties permises seulement pour aller faire des courses : la vie dans ces conditions peut assez vite être déprimante. Il nous est d’ailleurs assez irritant de voir à quel point le confinement est décrit par les médias comme une source de loisirs, de détente dont il faudrait profiter. A contrario, les conséquences physiques de notre confinement sont de fréquents maux de tête, des migraines douloureuses entraînant des prises inhabituelles de médicaments.

De plus, sans voiture et habitant en centre-ville, nous nous retrouvons obligés de faire nos courses alimentaires dans un commerce de proximité plus cher que ce que l’on pourrait trouver d’habitude dans des grandes surfaces. Le confinement nous amène aussi à faire des courses plus fréquemment, dépensant donc plus que ce que nous avions l’habitude.

Nous avons constaté un manque de prise en compte de la diversité des situations par l’université, qui fait la sourde oreille face aux témoignages et aux revendications des étudiants. Cela accentue davantage le caractère constamment anxiogène de la situation. C’est pourquoi nous pensons qu’une validation automatique du semestre serait la meilleure chose pour ne laisser personne à l’écart, et pour éviter les inégalités qui seront forcément présentes s’il y a un maintien des examens.

Nous sommes conscients de disposer des nombreux privilèges de notre situation malgré tout, mais nous voudrions amener une prise de conscience du côté de la fac pour insister sur le fait que le seul problème n’est pas l’accès à internet.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com