http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
26 de avril de 2020 Twitter Faceboock

Masques FFP2. Une enquête Médiapart montre comment les salariés de l’industrie sont mieux protégés que les soignants
Elsa Méry

Une enquête Médiapart publiée le 24 avril démontre, documents à l’appui, ce que de nombreux syndicalistes dénoncent depuis des semaines. Les géants de l’industrie, de Michelin à PSA en passant par Airbus et Dassault fournissent plus de masques FPP2 à leurs salariés que l’Etat n’en donnent aux soignants.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Masques-FFP2-Une-enquete-Mediapart-montre-comment-les-salaries-de-l-industrie-sont-mieux-proteges

Crédits photos : © Franck Fife / AFP

Les masques FPP2 sont ceux dont la pénurie est la plus sensible. En effet, si le gouvernement a lancé la commande de plus de 170 millions de masques chirurgicaux, il « entretient l’opacité sur les FFP2, politiquement ultrasensibles. Il ne donne aucun chiffre pour le privé, et aucun sur sa propre consommation ». Or, les affirmations de nombreux médecins sont claires : les masques FPP2 sont les seuls qui protègent du virus quand les masques chirurgicaux permettent seulement de limiter la contagion par quelqu’un de déjà infecté. Ainsi, selon Médiapart, l’Inspection du travail demande à l’AP-HP « d’apporter à ses soignants « un niveau de sécurité maximal sans se borner à constater que la pénurie de masques FFP2 serait un justificatif suffisant à l’utilisation de moyens de protection alternatifs (masques chirurgicaux) ».

Pourtant, les grandes entreprises parviennent à s’en procurer notamment en procédant à des grosses commandes en Chine. « Le fabricant de pneus indique que ses sites français ont consommé cette semaine 71 921 masques chirurgicaux et 5 164 FFP2, et que les besoins hebdomadaires devraient grimper à 178 277 chirurgicaux et 6 634 FFP2 d’ici à la mi-juin. » explique l’enquête. Si PSA ou Airbus n’ont pas souhaité répondre, les réalités sont les mêmes. Et si le gouvernement se refuse à procéder à des réquisitions c’est parce qu’il soutient la reprise du travail dans tous ces secteurs pourtant non essentiels. Ainsi, « un dirigeant d’une PME industrielle de Vendée, qui consomme des FFP2, écrit qu’il a reçu en mars une réquisition du préfet, mais que le représentant de l’État a « validé » que l’entreprise « garde une partie des masques pour répondre à la continuité d’activité demandée par le gouvernement » affirme Médiapart à partir de la consultation de messages internes. Il en est de même pour Airbus.

La contradiction est ainsi difficile à assumer pour le gouvernement. Alors que la France atteint plus de 20 000 morts et que les soignants, les plus exposés au virus, sont incapables de se protéger, les grandes entreprises de l’industrie tirent très facilement leur épingle du jeu et sont prêtes à s’accaparer des stocks de masques simplement pour assurer la reprise leur salariés et maintenir leur chiffre d’affaire. Côtés travailleurs, les réactions sont nombreuses : les masques aux soignants d’abord et si on reprend c’est pour construire des respirateurs artificiels !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com