http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
29 de avril de 2020 Twitter Faceboock

Etude de l’AP-HP
Des experts prévoient 85 000 morts avec le plan de déconfinement gouvernemental
Damien Bernard

Un article du journal L’Opinion révèle dans une étude réalisée par des épidémiologistes de l’AP-HP que le plan de déconfinement gouvernemental pourrait déboucher sur 85 000 morts. Plusieurs autres scénarios sont mis en avant. L’hypothèse la plus basse où l’on protégerait les personnes vulnérables pendant 38 semaines pourrait limiter le nombre de morts à 30 000 morts.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Des-experts-prevoient-85-000-morts-avec-le-plan-de-deconfinement-gouvernemental

Crédit photo : Feydzhet Shabanov /Stock.Adobe.com

Dans un article publié ce mercredi, le journal L’Opinion révèle le contenu d’une étude intégrant des modélisations épidémiologiques qui examine la stratégie de déconfinement gouvernemental. Dans cette étude qui « a circulé à Matignon dans la nuit précédant l’intervention d’Edouard Philippe » comme l’affirme le journal a été réalisée par une société française spécialisée dans la modélisation des maladies nommée Public Health Expertis ainsi qu’une équipe d’épidémiologistes de l’AP-HP et de Columbia University. Une note intitulée « Que donnera la stratégie actuelle du gouvernement ? ».

Comme toute étude de modélisation, elle se base sur des hypothèses et n’est qu’indicative. Cette étude développe notamment plusieurs scénarios de déconfinement en s’appuyant notamment sur les caractéristiques de l’épidémie en France (taux d’immunité collective évalué par l’Institut Pasteur (5,7 %), les capacités hospitalières de la France étendues pendant la crise sanitaire à 14 000 lits de réanimation=.

Le premier évoque le scénario catastrophe d’un déconfinement sans « politique forte de gestes barrières » qui atteindrait près de 200 000 morts. Selon L’Opinion, les « gestes barrières » ne suffisent pas à elle-seules à jouer un rôle suffisant de sorte que la projection atteindrait 165 000 morts si la population est dépourvue de masques. En combinant gestes barrières, tests, et surtout masques, l’étude affirme que le bilan tombe à 85 000 morts. Selon le modèle cependant, il apparait que les services de réanimation arriveraient de nouveau à saturation et n’empêcherait pas une deuxième vague.

Ce dernier scénario où l’on atteindrait 85 000 morts correspondrait au scénario que met en œuvre le gouvernement avec son déconfinement au 11 mai. Mais c’est un scénario sur le papier seulement tant il parait difficile de voir les mesures de distanciation sociales « recommandées » par le gouvernement être réellement mises en place dans les écoles, ou encore dans les transports en commun alors même que la PDG de la RATP s’est refusée ouvertement à les appliquer à la RATP.

Mais ce qui est le plus remarquable dans ce que révèle cette modélisation reste le troisième scénario le plus optimiste qui révèle qu’il serait possible d’« éviter que le nombre de morts dépasse les 30 000 ». Pour cela, il s’agirait d’isoler les plus vulnérables, « c’est-à-dire les quelque 17 millions de seniors et de personnes atteintes d’un handicap ou d’une maladie chronique » pour faire en sorte que « la courbe » s’aplatisse et que « la saturation hospitalière » soit évitée. Un isolement qui se doit pour cela de durer « 38 semaines... jusqu’au 8 février 2021 ! ».

Un scénario dégradé de celui-ci affirme que si l’on protégeait « 75 % des plus fragiles (ce qui représenterait tout de même 12 millions de personnes) », il serait possible de « traverser la crise sanitaire sans saturer ses hôpitaux ». L’étude affirme ainsi que « la protection des personnes vulnérables est la clé pour préserver le système de santé et éviter un reconfinement ». Une question qui n’a pas été mis sur le tapis du plan de déconfinement du gouvernement. C’est ce que relève un médecin spécialiste, selon le journal L’Opinion : « Le problème, c’est que cela a été écarté alors que c’est la meilleure des choses à faire ».

Loin d’être mis sur la place publique, ces informations nécessaires à toute discussion sur un plan sanitaire efficace sont discutées dans les couloirs de l’Elysée. Le gouvernement qui souhaitait initialement déconfiner par « âge » a reculé. Pour quelle raison ? Encore une fois, si ce scénario et ses modélisations s’avéraient juste, pourquoi ne pas verser un plan sanitaire visant à limiter le nombre de décès à 30 000 personnes au débat public ? Encore une fois, l’incohérence du plan sanitaire du gouvernement illustre des choix qui relève plus du politique mais surtout économiques avec pour objectif la relance de l’activité.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com