http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
30 de avril de 2020 Twitter Faceboock

Paris 1 : En minorité, la Présidence refuse de mettre au vote la validation des partiels pour tous
Le Poing Levé

Mise en minorité, la Présidence de Paris 1 a choisi de passer à nouveau en force pour maintenir les partiels à tout prix. Une attaque qui ne doit pas rester sans réponse. Voici, le dernier communiqué du Poing Levé.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Paris-1-En-minorite-la-Presidence-refuse-de-mettre-au-vote-la-validation-des-partiels-pour-tous

Crédits photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Les étudiant.e.s de Paris 1 sont de ceux dont la colère a été le plus remarquée, notamment sur les réseaux sociaux. Ainsi, dans une des facs les plus élitistes de France, la jeunesse scolarisée commence à contester la pression scolaire, la sélection sociale et des exigences universitaire en décalage total avec l’ampleur inédite de la crise sanitaire et économique. Par la voix de leur élu.s étudiant.es, ils exigent d’avoir leur mot à dire sur les modalités d’examens, mettant en difficultés la présidence et le gouvernement.

Frédérique Vidal, malgré son coup de fil avec le président de Paris 1 Georges Haddad, n’aura pas réussi à convaincre de maintenir la prétendue "valeur du diplôme".

En effet, avec une crise économique sans précédent en perspective, qui a déjà fait 246 000 chômeurs supplémentaires au mois de mars dont une majorité de jeunes, il devient difficile pour le gouvernement de faire croire à la jeunesse que des examens imposés en ligne sont une garantie d’avenir. La vieille rhétorique méritocratique bat de l’aile et il devient de plus en plus clair que les solutions individuelles ne nous serons d’aucun recours face à la misère de ce système.

Ce qu’il se passe à Paris 1 est une bataille d’importance considérable. L’issue de cette lutte pour le 10 améliorable constituera un précédent dans les universités, une preuve que la jeunesse est capable de vaincre le schéma individualiste du néolibéralisme.

Nous saisirons donc toutes les voies juridiques qui nous sont ouvertes aux côtés des autres organisations étudiantes, et poursuivrons la bataille dans le cadre des conseils centraux.

Mais surtout, nous sommes déterminés à lutter au-delà de ces instances qui ont montré toutes leurs limites démocratiques et politiques. Ce combat est à mener non seulement contre la présidence, mais aussi contre le gouvernement. Face à la crise qu’ils souhaitent nous faire payer par la sélection sociale, la précarité, et le mal-être, il s’agit de construire une alternative collective de sortie de crise à la hauteur de nos aspirations. Tous les enseignants, personnels de l’université et étudiant doivent se préparer à jouer un rôle actif dans la bataille qui nous oppose à ce gouvernement, qui donnent des milliards au patronat pour qu’il licencie, précarise et détruise notre avenir. A quelques semaines du déconfinement, et face à la perspective d’une seconde vague du virus, "il va falloir apprendre à vivre" avec notre contestation.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com