http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de mai de 2020 Twitter Faceboock

100 000 morts en mai ?
États-Unis. Le nombre de morts explose, le gouvernement lui-même est touché
Natacha Lubin

Malgré une baisse du nombre journalier de morts par jour, les États-Unis ont dépassé le seuil des 80 000 décès, faisant de lui le pays le plus touché par la pandémie. Il semblerait que la situation risque d’empirer, avec une estimation qui prévoit près de 100 000 morts à la fin du mois de mai, et un président qui refuse délibérément d’appliquer les gestes barrières.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Etats-Unis-Le-nombre-de-mort-explose-le-gouvernement-lui-meme-est-touche

 Crédit photo : AFP 

Ce lundi 11 mai, les États-Unis ont dépassé le triste seuil des 80 000 morts, sur un bilan mondial de 286 122 morts, selon un comptage réalisé par l’Université Johns-Hopkins, grâce à une carte qui répertorie tous les cas de victimes à travers le monde.

Le quart de ce lourd bilan se trouve dans l’état de New York, avec plus de 26 000 morts recensés, alors même qu’il y a des soupçons de sous-estimation du nombre de victimes. À cela s’ajoute l’aggravation des inégalités et de la pauvreté, notamment des licenciements brutaux menant à une forte augmentation du chômage, une gestion inhumaine comme le parcage de sans-abris dans des parkings à Las Vegas, et des nombreux Américains qui se retrouvent démunis et dépendants de maigres colis alimentaires.

Du côté de Washington, le vice-président Mike Pence et un membre de son équipe ont tous les deux étés testés positifs la semaine dernière. À la suite de cela, les employés de l’aile ouest de la Maison Blanche, où se trouve les bureaux du président, ont reçu l’ordre porter en permanence des masques.

Cependant, cette mesure n’est même pas appliquée par Donald Trump, qui continue de refuser le port du masque – un comportement illustrant son niveau d’irresponsabilité et de dangerosité, qui n’est pas sans rappeler celui de son homologue brésilien Jair Bolsonaro. Les nombreuses frasques de Trump depuis le début de cette crise prouvent qu’il n’est pas à la hauteur de la gravité de la situation, ni de la détresse sanitaire, économique et sociale que subissent des millions d’Américains.

Le cas des États-Unis, première puissance mondiale et épicentre de la crise du coronavirus, met plus que jamais en lumière les nombreuses failles du système capitaliste. Celui-ci n’est absolument pas conçu pour le bien-être de tous, il ne sert qu’à protéger les profits d’une poignée d’individus, quitte à mettre en péril des milliards d’autres vies.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com