http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
13 de mai de 2020 Twitter Faceboock

"Plan pour la paix"
Israël. Un adolescent palestinien tué par l’armée le jour de la visite officielle de Mike Pompeo
Hélène Angelou

La veille de l’investiture du nouveau gouvernement d’union israélien, porté par un programme d’annexion des territoires palestiniens occupés - événement dont la visite du secrétaire d’Etat américain en pleine crise sanitaire témoigne de l’importance pour l’impérialisme américain - a été marquée par un saut répressif.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Israel-Un-adolescent-palestinien-tue-par-l-armee-le-jour-de-la-visite-officielle-de-Mike-Pompeo

Crédits : Kobi Gideon/Israel Government Press Office, via Getty Images

Zaïd Qaysia, adolescent palestinien de 15 ans, a été tué ce mercredi par des soldats israéliens d’une balle dans la tête, dans le camp Al-Fawar près de Hébron (au Sud de la Cisjordanie), comme le rapporte un porte-parole du ministère palestinien à l’AFP. Ce nouveau drame est survenue au milieu d’une intervention militaire israélienne dans ce camp de réfugiés, faisant au moins quatre autres blessés Palestiniens, alors que les tensions s’avivent en Cisjordanie.

La veille des heurts avaient ainsi eu lieu au Nord, à Yabad, entraînant la mort d’un soldat israélien et une répression implacable avec plusieurs arrestations dans cette ville de 20 000 habitants.

L’investiture du gouvernement « d’union », un drame pour la Palestine

L’escalade des tensions en à peine 48 heures intervient la veille de l’investiture du gouvernement d’union en Israël. Formé en pleine crise sanitaire, après 17 mois d’un gouvernement de transition et de crise politique, il s’agit d’une alliance entre Netanyahou et son ex-rival Gantz. Couplé à un état d’urgence déclaré par Netanyahou, cette sortie de crise est une aubaine pour lui, empêtré dans des affaires et en perte de légitimité, et par bien des aspects constitue un « coup d’Etat rampant ».

Surtout, cet accord s’est fait autour du « Plan pour la paix » états-unien qui s’aligne sur les positions sionistes, en avançant l’annexion de la Vallée du Jourdain et des colonies israéliennes en Cisjordanie, représentant 30% de la Cisjordanie. A l’occasion de la visite de Mike Pompeo, Benjamin Netanyahou a ainsi rappelé l’alliance qui lie les deux pays dans la fuite en avant de la politique sioniste :
« Nous sommes maintenant sur le point de former un gouvernement d’union nationale. Je pense que c’est une opportunité de promouvoir la paix et la sécurité sur la base de la compréhension commune que j’ai atteint avec le président Trump lors de ma dernière visite à Washington en janvier. »

Si celle-ci fait les affaires du Premier ministre israélien qui exauce les souhaits de la frange israélienne la plus réactionnaire et raffermit sa base sociale, elle sert également les intérêts américains. Sans compter sur la dimension géopolitique (sur laquelle nous allons revenir), elle sert également la politique intérieure de Donald Trump en vue des élections à venir car elle lui assure le soutien de l’électorat évangéliste et affermit ainsi sa base sociale.

A l’heure de la pandémie et malgré les annonces officielles de réflexion sur un plan de bataille contre le virus, le projet d’annexion est ainsi réaffirmé tant par les Etats-Unis que par Israël qui entendent profiter de la crise sanitaire. Comme le rappelle Foreign Policy, début avril, le Président palestinien Mahmoud Abbas déclarait en ce sens : « Personne de devrait se leurrer sur le fait qu’il pourrait profiter du fait que le monde est occupé avec la crise du coronavirus pour violer nos droits. Nous ne permettrons à personne de violer nos droits ».

Une visite diplomatique cruciale pour l’impérialisme américain

La visite de Mike Pompeo en Israël, son premier déplacement à l’international depuis le début de la crise sanitaire aux Etats-Unis, témoigne de l’importance accordée par les Etats-Unis dans la consolidation de leur alliance avec Israël alors que les tensions impérialistes se font de plus en plus vives et que l’impérialisme américain semble en perte d’hégémonie au Moyen-Orient.

L’objectif officiel était ainsi celui de « discuter les efforts des USA et d’Israël dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, ainsi que des questions de sécurité régionales liées à l’influence néfaste de l’Iran ».

Le programme des discussions englobait ainsi les questions clefs que sont l’Iran mais aussi la Chine. Israël est en effet le premier allié des Etats-Unis dans la lutte qui les oppose à l’Iran au Moyen-Orient. Ces derniers mois, profitant de l’affaiblissement du pays où l’épidémie de coronavirus fait rage et de la mort du général iranien Qassem Soleimani, les tensions entre Israël et l’Iran ont pris une nouvelle ampleur. « Depuis un mois, Israël multiplie ses opérations militaires contre l’Iran en Syrie, menant au moins sept frappes aériennes contre des positions iraniennes et pro-iraniennes, qui ont fait au moins une trentaine de morts », précise le Point.

La question de la Chine est quant à elle plus épineuse. Elle a ainsi été évoquée dans un discours de Pompeo à Netanyahou : « Vous êtes un partenaire formidable, vous partagez les informations. Contrairement à d’autres pays qui cherchent à obscurcir et cacher ces informations. Et nous allons parler de ce pays aussi ».

En effet, le gouvernement américain fait pression sur son allié dont les relations commerciales avec la Chine s’approfondissent. Un récent projet divise notamment : une entreprise de Hong-Kong étant proche de conclure un contrat avec Israël pour la construction d’une gigantesque usine de désalinisation lui octroyant le contrôle d’un quart de l’eau israélienne et étant située près d’une base militaire du pays. « Les affaires avec les Chinois sont un sujet d’inquiétude pour nous envers Israël », n’hésitait pas à déclarer à ce propos le secrétaire d’Etat David Schenker la semaine dernière.

C’est donc autour d’un raffermissement des relations avec Israël, pilier des Etats-Unis au Moyen-Orient, que se traduit un des volets de l’offensive des Etats-Unis sur la scène internationale pour renforcer ses positions alors que son hégémonie mondiale est éprouvée par la crise sanitaire et économique.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com