http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
21 de mai de 2020 Twitter Faceboock

Crise économique
Hausse du recours au chômage partiel et baisse des embauches, les prémisses de la crise économique
Sadek Basnacki

Malgré le déconfinement progressif, en une semaine les demandes de chômage partiel ont augmenté alors que les déclarations d’embauche ont chuté de près de 65 % au mois d’avril.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Hausse-du-recours-au-chomage-partiel-et-baisse-des-embauches-les-premisses-de-la-crise-economique

Crédit photo : Pascal Guyot / AFP

Ce mercredi, la Direction des études et des statistiques du ministère du Travail (Dares), a indiqué qu’en une semaine 300 000 salariés supplémentaires ont bénéficié du chômage partiel. Entre le 1er mars et le 18 mai, 12,7 millions de salariés ont bénéficié du chômage partiel au total et 1,03 million d’entreprises y ont eu recours selon le journal L’Opinion.

L’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) a également publié une étude ce mercredi montrant une chute sans précédent des embauches en avril. Selon eux, en un mois, les déclarations d’embauche dans le privé, hors intérim (car la précarité a de beaux jours devant elle), a chuté de pas moins de 64,9 % !

L’Acoss indique également que le taux d’impayés des cotisations hors taxations d’office est à hauteur de 34,93% à fin avril, « un niveau jamais vu ».
Cette situation ne marque que les prémisses d’une crise économique et sociale d’ampleur qui se profile. Comme le souligne RTL, entre 700 000 et 800 000 jeunes vont arriver sur le marché du travail cette année. Il faut s’attendre à de nombreuses fermetures de petites entreprises et des plans de licenciements dans les grandes entreprises comme Renault, Derichebourg, Daher, Conforama etc...
 
Lorsque l’on sait que le chômage est deux fois plus élevé chez les moins de 25 ans, la crise économique engendrée par la pandémie de Coronavirus va frapper de pleins fouet cette frange de la population déjà fortement précarisée.

Le MEDEF qui flaire toujours le bon coup pour profiter des crises a proposé que l’État verse la coquette somme de 10 000 euros aux entreprises qui prendront un jeune en apprentissage. La situation est si préoccupante qu’il serait question du retour sur la table du « contrat jeune ». C’est le moment pour le gouvernement de passer à l’offensive sur cette question. Cela fait des années que les gouvernements successifs souhaitent faire passer ces contrats précaires pour les étudiants et jeunes qui arrivent sur le marché du travail. Le patronat et le gouvernement ont déjà leur justification, éviter une génération COVID19.

Cette baisse drastique de déclarations d’embauche et l’augmentation du chômage partiel alors que le pays se déconfine petit à petit est très mauvais signe pour le futur. C’est encore plus inquiétant lorsque l’on sait qu’à partir du 1er juin, le dispositif autour du chômage partiel sera revu. Il faut s’attendre à ce que l’État cesse progressivement la perfusion ce qui aura comme conséquence probables des licenciements de la part du patronat. Ce dans le but de maintenir leurs profits en ce début de crise économique, en utilisant les travailleur comme variable d’ajustement.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com