http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
27 de mai de 2020 Twitter Faceboock

Crise sanitaire
Mesures sanitaires : pour se dédouaner, la RATP fait signer à ses salariés une "fiche Covid-19"
Ryo Paillet

Alors que la RATP a été récemment épinglée pour des conditions sanitaires créant un danger de contamination, elle a mis en place un document invitant les salariés à signer la réception des fiches « cinq réflexes à prise de service ». S’agirait-il pour l’entreprise de se décharger d’une éventuelle responsabilité dans la contamination d’un salarié ? La procédure interroge.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Mesures-sanitaires-pour-se-dedouaner-la-RATP-fait-signer-a-ses-salaries-une-fiche-Covid-19

Après avoir suivi le même rythme, très en retard, que le gouvernement en termes de gestion de crise, la direction de la RATP semble mettre aujourd’hui en place des méthodes quasi similaires pour se dédouaner, en se déchargeant sur les salariés d’un maximum de responsabilité quant à une éventuelle contamination.

En ce sens, l’entreprise a récemment mis en place une fiche contenant « cinq réflexes à prise de service ». Parmi ceux-ci, la nécessité pour le machiniste de désinfecter son poste de conduite. Une mesure que les syndicats dénoncent car elle fait reposer une tâche centrale sur le machiniste. "Plutôt que de réaliser de vraies désinfections avec des professionnels du nettoyage (...) la RATP a décidé d’arrêter les services dépôt-dépôt et demande aux machinistes de nettoyer eux-mêmes leurs postes de conduite !" dénonce ainsi la CGT RATP Flandre dans un tract.

Par ailleurs, la fiche "cinq réflexes" est accompagnée d’un accusé de réception avec signature requise. Une procédure qui interroge. Pourquoi demander une signature ? A quoi s’expose le machiniste une fois qu’il a signé ? S’agit-il pour la direction de se dédouaner de toute responsabilité juridique en cas de contamination d’un agent ? Des questions d’autant plus légitimes que la gestion de la crise sanitaire par la direction de la RATP a été problématique depuis le départ. L’arrêt de la vente de tickets, la montée par l’arrière des voyageurs, les masques et gels pour les machinistes, la désinfection des bus, etc... autant de mesures de prévention qui n’ont été mises en œuvres qu’au compte-goutte, et bien souvent grâce à la mobilisation des agents et des syndicats.

Aujourd’hui encore, le flou et les ambigüités persistent. Pour citer quelques exemples, des stickers sont mis en place pour respecter la distanciation sociale. Très bien, mais comment faire aux heures de pointes sur certaines lignes sans réguler l’entrée dans les bus ? Ainsi, beaucoup des mesures mises en place ne sont que des actes de surface pour dire « vous voyez, on agit ». Or, elles semblent d’autant plus insuffisantes que des solutions plus logiques, plus simples, plus efficaces existent mais tardent à être mises en place par le gouvernement ou les transports. Dépistages massifs, distribution en libre-service de gel désinfectant à l’entrée des métros et dans les bus, et surtout distribution gratuite des masques : autant de mesures essentielles que l’on attend toujours.

L’inspection du travail a dernièrement signalé ces incohérences et ces manquements à la direction de la RATP, donnant raison aux organisations syndicales en pointant « une situation dangereuse liée au risque de contamination ». Pourtant, là où l’on aurait pu espérer un changement d’attitude, on reste dans la continuité d’une gestion calamiteuse, à laquelle s’ajoute ce nouvel affront qui semble exprimer une volonté de l’entreprise de se couvrir et de faire porter toute la responsabilité de la prévention sur le salarié !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com