http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
3 de juin de 2020 Twitter Faceboock

Renault Choisy-le-Roi : rassemblement et manifestation contre la fermeture de l’usine
Albert Core

Les salariés de l’usine Renault de Choisy-le-Roi, en grève depuis ce mardi 2 juin contre la fermeture du site, organisaient hier matin un rassemblement de près de 300 personnes devant l’usine, avant de partir en manifestation spontanée dans la ville. Des salariés de près d’une dizaine d’autres sites Renault de toute la France s’étaient déplacés en soutien.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Renault-Choisy-le-Roi-rassemblement-et-manifestation-contre-la-fermeture-de-l-usine

Parmi ces délégations venues en soutien, on a pu voir les sites de départements proches comme Lardy (91), ou Cléon (76), mais aussi d’autres sites de Lorraine (Batilly), de Normandie (le Havre, Rouen) et des Haut-de-France (Douai), pour un total de 8 délégations d’autres sites de Renault. C’est donc une solidarité à l’échelle nationale des salariés de l’entreprise qui s’est organisée, à laquelle s’est ajoutée la présence de plusieurs délégués centraux de plusieurs syndicats (FO, CGT, CFDT, CFE-CGC), ainsi que du secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

Pendant les prises de paroles, les salariés critiquent le discours de Renault, qui affirme, sans garanties, déplacer les postes à Flins. « Un gars il a 25 ans il a acheté un pavillon a côté, qu’est-ce qu’on lui raconte à ce gars là ? Tu perds 2h30 de route le matin, 2h30 le soir… » dénonce un délégué central CFE-CGC. « On veut des réponses à pourquoi on veut nous faire bouger. On a tous une famille on se voit pas mettre nos enfants dans une autre ville. » affirme de son côté une salariée de l’usine interrogée par le Huffington Post.

Sur le site, plusieurs prises de paroles dénoncent l’hypocrisie du gouvernement par rapport au prêt de 5 milliards garanti à Renaud. « Le gouvernement il veut donner de l’argent à Renault pour sauver l’emploi, c’est du baratin » déclare Mohammed, ancien salarié du site à le retraite, impliqué dans la mobilisation, pour qui « Le gouvernement n’a pas à donner d’argent à Renault, pas sans conditions : pas de licenciement, pas de fermetures. »

Après les prises de paroles, les salariés en grève ont appelé à partir en manifestation spontanée vers le centre-ville pour visibiliser la lutte des salariés auprès des riverains. Après avoir marché en chantant « Les riverains avec nous » ou encore « Grève générale chez Renault ! », le cortège arrive dans le centre-ville, au pieds des HLM les plus anciens de Choisy-le-Roi, dans lequel vivent plusieurs salariés de l’usine. « L’usine elle fait travailler 265 salariés, sans compter les prestataires, sans compter les intérimaires. On fait des bénéfices pour Renault, on est une usine phare de Renault, ils nous le disaient, et aujourd’hui ils nous annoncent qu’il faut fermer » proteste Samir, un des délégués syndicaux de l’usine, avant d’appeler à une nouvelle manifestation ce samedi à 14h, au départ de la Place Jean Jaurès.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com