http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
6 de juillet de 2020 Twitter Faceboock

Musée du Louvre. 200 guides conférenciers dénoncent leur précarité à l’occasion de sa réouverture
Thaïs Cheynet

Ce lundi, 200 guides ont organisé une action symbolique à l’occasion de la réouverture du Louvre. A cause de la crise sanitaire récente et en l’absence de touristes, leurs revenus ont largement diminué. Souvent en contrats courts et extrêmement précaires, les guides -conférenciers exigent aujourd’hui le statut d’intermittent qui leur assurerait un revenu même minimal aux moments où ils n’ont pas de travail.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Musee-du-Louvre-200-guides-conferenciers-denoncent-leur-precarite-a-l-occasion-de-sa-reouverture

Crédits photos : Reuters

Le Louvre a rouvert ses portes ce lundi 6 juillet après plus de trois mois de fermeture suite à la pandémie de Coronavirus. Devant le musée, les guides conférenciers du Louvre ont profité de l’occasion pour organiser une action symbolique alors que la profession est frappée de plein fouet par la crise.

Ils étaient 200 devant les portes du musée, masques sur la bouche et tableau de la Joconde sur les bras. "On a symboliquement porté un masque avec une croix bleue pour dire que nous, on n’a pas la parole, donc nous on ne peut pas parler, on ne peut pas travailler, parce que notre travail, c’est la transmission", a expliqué à l’AFP Yolanda Arrondo, guide conférencière. 

La crise du covid-19 a en effet fortement impactée ce secteur, qui ont vu leurs revenus fortement diminuer du fait des mesures de confinement. Au Louvre, 75% des visiteurs sont étrangers, soit autant de clients en moins pour les guides pendant la pandémie. Comme l’explique un autre guide conférencier : “Au moment où le Louvre ouvre, nous, on n’a pas ce qu’il faut pour travailler, c’est-à-dire qu’il ne faut pas seulement le Louvre (ouvert), il faut qu’il y ait des clients dedans”. En effet, avec les mesures sanitaires édictées par le Ministère le musée star de Paris ne doit accueillir que 7000 de ses 40 000 visiteurs journaliers habituels, autant de travail en moins pour les guides conférenciers.

 Les guides estiment qu’ils sont aujourd’hui les « grands oubliés » de la culture. Indépendants ou détenteurs de contrats courts, les quelques 10 000 guides-conférenciers de France n’ont pas été aidés du tout par les 18 millions injectés par l’Etat pour le sauvetage de l’industrie touristique, ce qui les met dans une terrible situation de précarité. Ainsi, ils réclament le statut d’intermittent, qui leur permettrait d’avoir un revenu minimum au moment où il est impossible pour eux de travailler. 

Alors que dans le secteur de la culture, de nombreuses entreprises comme Disney ou le Cirque du Soleil licencient à tour de bras, les conséquences économiques de la crise sanitaire continuent de précariser de nombreux salariés, en particulier dans le secteur culturel. Cependant cette situation n’est pas une fatalité, et il est plus que jamais temps de se battre, y compris, et a fortiori, dans la culture pour que ce ne soit pas aux travailleurs de payer la crise et d’être ceux qui en subissent les conséquences.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com