http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
13 de juillet de 2020 Twitter Faceboock

Meeting international simultané : Bolivie
Carlos Cornejo : « Le racisme ne se négocie pas avec les racistes, il se combat dans les rues »
Comité de Rédaction

Nous relayons ici l’intervention de Carlos Cornejo, jeune militant de la Ligue Ouvrière Révolutionnaire – Quatrième Internationale en Bolivie, lors du meeting international simultané contre le racisme et les violences policières.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Carlos-Cornejo-Le-racisme-ne-se-negocie-pas-avec-les-racistes-il-se-combat-dans-les-rues

Depuis la Bolivie, nous envoyons nos salutations au meeting international et à tous ceux qui se mobilisent contre le racisme et les violences policières.

Nous le faisons à un moment le système de santé de notre pays s’est effondré, où des personnes meurent dans les rues et aux portes des hôpitaux. Les familles doivent parfois garder les cadavres chez elles pendant 8 jours, tandis que le gouvernement putschiste de Anez, maintient une politique de privatisation de la santé.

Depuis la LOR-QI, nous luttons pour la dissolution des forces répressives, pour que cet argent soit mis au service des besoins des travailleuses et travailleurs. Et notamment les travailleurs de la santé qui, à cause du manque de sécurité, ont perdu de nombreux collègues.

Nous envoyons nos salutations aux mobilisations Black Lives Matter aux États-Unis et à tous ceux qui luttent contre la répression de l’Etat. Leur lutte est notre lutte.
En Bolivie, le coup d’Etat raciste et patronal a fait des dizaines de morts, de blessés et de torturés. Des groupes fascistes et religieux ont participé à la répression, tabassant des femmes, des paysans indigènes, exprimant ainsi le racisme brutal qui est constitutif des classes dominantes et de leurs appareils de répression.

Dans ce cadre, les mobilisations contre la répression policière aux Etats-Unis nous donnent de la force ici pour lutter contre le bloc putschiste. Car le même gouvernement impérialiste qui a assassiné George Floyd, a impulsé le coup d’Etat en Bolivie, avec l’OEA et Trump au service du capital bancaire, financier et agro-industriel, dans lequel s’enracine la droite en Bolivie.

Nous, les Indigènes, nous sommes fiers d’être indigènes. Mais nous sommes les travailleurs les plus précaires, ceux qui travaillent dans le nettoyage, dans le bâtiment, qui cumulent plusieurs emplois. Cette situation n’a pas changé malgré les politiques culturalistes mis en place par Evo Morales et le MAS pendant 14ans de gouvernement.

Ils pensaient qu’en négociant avec les capitalistes on pouvait mettre fin à la violence raciste et atteindre le socialisme. Cette stratégie a montré son échec le 10 novembre. Nous, les socialistes, nous considérons que le racisme ne peut pas se négocier avec les racistes, mais doit être combattu dans les rues, comme l’ont bien montré les millions de personnes qui manifestent aux Etats-Unis et dans le monde.
Nous saluons toutes les luttes des travailleuses et travailleurs qui défendent la liberté des prisonniers politiques et s’opposent au racisme aux EUA, en Bolivie, dans le monde. Ceux qui travaillent à l’auto-organisation indépendante pour faire face aux gouvernements qui veulent nous faire payer la crise.

Les vies des travailleurs comptent, et nous devons construire une grande organisation internationale des travailleurs pour lutter contre les capitalistes et leurs Etats qui nous exploitent et nous oppriment.

Pour toutes ces raisons, vive la IVème Internationale !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com