http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
25 de novembre de 2020 Twitter Faceboock

Après les scandales des masques et des tests
Sa stratégie nous a mené dans le mur : aucune confiance en Macron pour éviter une troisième vague !
Julian Vadis

 Si dans les grandes lignes le "déconfinement allégé" avait déjà fuité, les arbitrages sur les mesures se sont en réalité faits jusqu’à la dernière ligne droite. Sous importante pression de la population au regard de la crise sanitaire, Macron a développé un discours millimétré cherchant à capitaliser sur la très relative "mise sous contrôle" de l’épidémie. Affirmant « tout faire pour éviter une troisième vague », il a cherché à se poser en "sauveur". Mais après les mensonges sur les masques, le scandale des tests, quelle confiance peut-il encore rester en ce gouvernement ? 

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Sa-strategie-nous-a-mene-dans-le-mur-aucune-confiance-en-Macron-pour-eviter-une-troisieme-vague

Crédits : Capture d’écran BFM TV

Dans ses grandes lignes, le discours de Macron, ce mardi 24 novembre, aura été sans trop grande surprise. Après avoir revendiqué son bilan de gestion sanitaire, versant dans le cynisme en allant jusqu’à revendiquer une amélioration des moyens dans les hôpitaux, entre autre exemple, le président a dévoilé son plan : allégement du confinement le 28 novembre, avec principalement la réouverture des commerces, l’augmentation du « rayon » des promenades autorisé, étendu à 20 kilomètres pour 3 heures et la réouverture des lieux de cultes, avec une jauge maximale de 30 personnes. Une seconde étape le 15 décembre, avec un "déconfinement" marqué par la réouverture des musées, théâtres, cinémas mais le retour du couvre-feu de 21h à 7h du matin. Enfin, le 20 janvier, avec la réouverture des bars et restaurants.

Un "déconfinement rapide mais maîtrisé" selon le journal Les Echos. Or, sur ce plan, en plus de répondre directement aux injonctions du grand patronat, nous ne pouvons que remettre en question la "maîtrise" dont le gouvernement a fait preuve durant la gestion de la crise sanitaire, lui qui nous a baladés au travers de ses mensonges sur les masques, du scandale des tests, mais surtout d’un hôpital public de plus en plus au bord de l’asphyxie. De ce point de vue, les mesures sanitaires annoncées hier par Macron pour éviter une rechute lors de la deuxième vague ont été plus que minimales. Le risque de reprise du virus du fait de la saisonnalité, mis en exergue pour justifier l’émergence brutale de la seconde vague, a été passé sous silence lors de l’allocution de Macron ; ce qui montre bien une argumentation à géométrie variable.

Le président de la République a insisté sur un point : « tout faire pour éviter une troisième vague » d’épidémie de Covid-19 et « un troisième confinement ». Mais, de ce point de vue, tout en réitérant sa stratégie du « tester, alerter, soigner », il n’annonce aucun changement radical hormis des délais d’obtention des résultats des tests qui devraient être raccourcis ou encore l’accès à un vaccin qui pourrait être disponible « fin décembre, début janvier », là encore sous condition de validation scientifique. Sur ce point, Macron, histoire de rassurer, a promis que des « doses ont été sécurisées » et affirmé que la vaccination ne serait pas rendue « obligatoire ». 

En revanche, la gestion répressive de l’épidémie devrait avec certitude se poursuivre. Ainsi, le couvre-feu à 21h sera bien maintenu dans les semaines à venir quelles que soient les évolutions du confinement. De même, le Président a annoncé de nouvelles mesures plus contraignantes pour les patients testés positifs. Alors que les lieux de sociabilité et de loisirs resteront fermés, et que les « grands rassemblements » sont toujours interdits, nous n’avons qu’une certitude, c’est l’obligation d’aller travailler et l’impossibilité de profiter de la vie sociale, à l’exception du droit à consommer dans les commerces, qui risque fort de continuer à primer dans les semaines à venir. Comble du ridicule, alors que la crise sociale s’approfondit, le Président a profité de son discours pour annoncer le lancement de son nouveau dispositif à destination des jeunes frappés par la crise… Un site internet intitulé « 1 jeune 1 solution » qui ne consiste qu’en un condensé d’offres d’emplois et de formations existants déjà sur d’autres sites, sans réelle nouveauté.
 
Macron a terminé son allocution avec une insistance particulière sur la thématique de l’union nationale. Appelant à ne pas céder à la « colère » pour faire front « tous ensemble ». Alors que la colère gronde contre la loi sécurité globale du gouvernement et que Macron tente de se poser en « sauveur » ayant triomphé de la deuxième vague, son discours ne fait que reconduire les orientations qui ont prévalu jusqu’alors. Des orientations qui ne nous donnent aucune confiance dans la capacité à éviter une troisième vague, et qui actualisent l’urgence d’imposer un plan de réponse à la crise sanitaire et économique par en bas : pour la création de lits, l’embauche de personnels sous statut pour contacter, aider et informer les patients. La seule issue face au virus, c’est une stratégie de prévention démocratique fondée sur l’alliance des professionnels de santé et de la population, capables de s’auto-organiser, sur les lieux de travail, dans les quartiers, à la recherche des meilleures solutions, à l’image des profs qui ont mis en place, par eux-mêmes, la division des classes en deux. Des mesures essentielles pour ouvrir la voie d’une véritable stratégie de prévention et de dépistage.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com