http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
25 de novembre de 2020 Twitter Faceboock

Violences faites aux femmes
Vidéo. Harcèlement, racisme, sexisme : une conductrice de bus raconte l’enfer subi à la RATP pendant 14 ans
Flora Carpentier

J. a été embauchée comme conductrice de bus à la RATP en 2006. Dans un témoignage poignant, elle raconte le harcèlement subi de la part de sa hiérarchie, notamment après s’être retrouvée handicapée suite à un accident de travail. Reclassée dans des bureaux, elle dénonce un climat raciste permanent et les discriminations sexistes dont elle a fait les frais.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Video-Harcelement-racisme-sexisme-une-conductrice-de-bus-raconte-l-enfer-subi-a-la-RATP-pendant-14

Lorsqu’elle a réussi les concours d’entrée à la RATP, J. était heureuse comme tout : « pour moi c’était une super entreprise, avec de belles valeurs ». Mais elle a très vite déchanté. Au fil des années, sa santé physique et mentale a dégringolé. Déclarée inapte à la conduite suite à un accident du travail, elle doit se battre pour obtenir un reclassement. Apprenant qu’elle est enceinte, elle évite de peu son licenciement, mais le mal est fait : elle perd son bébé à près de 3 mois de grossesse et tombe alors en dépression. Un drame qui rappelle celui de N., conductrice de bus RATP ayant perdu ses jumeaux à 5 mois de grossesse après avoir été licenciée sur des accusations mensongères.

Mais l’histoire de J. ne s’arrête pas là. Elle finit par obtenir un reclassement dans des bureaux mais n’est pas au bout de ses peines : discriminée pour son inaptitude, elle subit le harcèlement permanent de ses collègues et de sa hiérarchie. Brimades et rabaissements sont son lot quotidien, tout comme le climat raciste : « Je me suis aperçu que mes collègues étaient des personnes racistes. Mais quand je dis raciste, c’est raciste haineux. Il y en a un qui a dit qu’on devrait prendre des bus, mettre des oreilles de cochon, et écraser tous les arabes qu’il y avait en bas (…) Et c’était comme ça tous les jours. Quand ma collègue a su que j’étais maghrébine, elle m’a dit ’heureusement que tu n’es pas voilée, parce que j’aurai pris ma retraite plus tôt’ ».

Mais ce n’est pas tout. J. a aussi droit aux discriminations sexistes : « quand j’ai demandé à passer le concours ’maîtrise’, mon responsable m’a clairement dit non, que vu que j’avais été enceinte, je n’avais pas le droit d’accéder à ce type de concours. J’ai été me plaindre à la directrice du dépôt, mais elle a pris sa défense ».

En 2019, J. fait condamner la RATP aux Prud’Hommes pour harcèlement moral à son encontre. Une première victoire, mais elle ne retrouve pas la santé pour autant, toujours en arrêt de travail à ce jour. En cette journée de lutte contre les violences faites aux femmes, son témoignage est une illustration saisissante des discriminations racistes et sexistes en entreprise, et de la violence patronale à l’encontre des travailleuses, bien loin de la prétendue lutte contre le sexisme vantée par les directions d’entreprises.

.


Appel à témoignages : nous invitons les salariés de la RATP ou d’autres entreprises victimes de sexisme, de racisme, de discriminations, de pressions hiérarchiques ou de répression à nous faire part de leurs témoignages en nous écrivant à [email protected]

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com