http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
9 de décembre de 2020 Twitter Faceboock

#AllCopsAreBisounours
Après un tweet de Guillaume Meurice contre les violences policières, Pascal Praud exige son départ
Liz Nejma

Après la manifestation contre la loi Sécurité Globale durement réprimée, Guillaume Meurice a dénoncé la répression des manifestants sur Twitter. Il n’en fallait pas moins pour que le chroniqueur de CNEWS exige des sanctions contre l’humoriste.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Apres-un-tweet-de-Guillaume-Meurice-contre-les-violences-policieres-Pascal-Praud-exige-son-depart

Crédits Photos : Twtter Guillaume Meurice

Sur Twitter, le chroniqueur de France Inter Guillaume Meurice a partagé, le jour de la manifestation contre la loi Sécurité Globale durement réprimée, l’image d’un Bisounours à la matraque sous-titrant cet dernière du fameux “#ACAB” suivi ironiquement de “#AllCopsAreBisounours”. Cette blague, a fortement déplu au présentateur le plus réactionnaire de CNews qui ne s’est pas empêché de demander le renvoi de Guillaume Meurice sur le plateau de L’Heure des pros.

Avec l’approbation du plateau, Pascal Praud appuie son argumentaire : « Laurence Bloch, directrice de France Inter, madame Veil, qui dirige Radio France, qu’est-ce que vous allez faire ? Rien ! Rien ! On a le droit de dire « Tous les policiers sont des bâtards » par quelqu’un qui est payé par nos impôts ! Mais c’est un scandale ! Un véritable scandale ! [...] Je ne sais pas s’il sera sanctionné par sa direction, Laurence Bloch, mais je trouve ça tellement absolument incroyable. ».

Pourtant dans le contexte actuel, la dénonciation des violences policières reste essentielle face à une institution qui tue et un système qui les maintient dans une impunité la plus totale. Souvenons-nous de l’assassinat de Zineb Redouane qui après deux ans, demande encore reconnaissance et justice. Dénoncer les violences policières est aussi un moyen de lutter contre les lois liberticides du gouvernement de Macron.

Lorsqu’une blague remet en question l’institution d’État qu’est la police, Pascal Praud se permet de demander la censure du chroniqueur qui en est à l’origine. Lorsqu’Eric Zemmour ou d’autres chroniqueurs expriment ouvertement leurs idées islamophobes sur ce même plateau, ils sont encensés de toutes parts.

Une fois de plus le plateau de Cnews, fait montre de la liberté d’expression à deux vitesse qui règne sur les plateaux télé. Dans la lignée d’une politique d’État de plus en plus agressive envers les voix alternative, comme en témoignent les différents articles du projet de loi Sécurité Globale qui vise à faire taire les médias indépendants. Les médias dominants comme Cnews quant à eux relaient l’idéologie nauséabonde du gouvernement. Après avoir intenté un procès en « islamo-fascisme à Révolution Permanente pour un live contre l’Islamophobie, un humoriste s’est fait virer de Canal+ pour un sketch parodiant l’émission de Pascal Praud.

Ce double discours reflète encore et toujours un climat environnant toujours plus réactionnaire, qui ne reconnaît pas les crimes commis par la police et légitime la haine et la violence envers les personnes opprimées.

Pour souligner cette hypocrisie de la part de Pascal Praud, Guillaume Meurice lui répond de manière très simple en reprenant une de ses expressions favorites : « J’ai l’impression qu’on ne peut plus rien dire ».

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com