http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de décembre de 2020 Twitter Faceboock

#StopLoisLiberticides
Toulouse. Malgré la répression, 2000 personnes contre le gouvernement et ses lois liberticides !
Gabriella Manouchki

Malgré le déploiement d’un important dispositif policier et le temps pluvieux, un millier de personnes ont marché dans les rues de Toulouse pour dénoncer le projet de loi de sécurité globale et pour exiger plus de moyens dans la santé publique. Un cortège contre l’islamophobie d’État et la loi séparatisme, dispersé par la police en amont, a également pris place dans la manifestation.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Toulouse-Malgre-la-repression-2000-personnes-contre-le-gouvernement-et-ses-lois-liberticides

Ce samedi, plusieurs rassemblements avaient été appelés. Un premier, à 13H place Jean Jaurès appelé par le Comité Vérité et Justice, dénonçait le projet de loi contre le séparatisme et, plus largement, l’islamophobie d’État. Interdit par la préfecture la veille, il a été directement réprimé par la police qui a encerclé les personnes réunies et procédé à une dispersion quasi-immédiate. Nous dénonçons fermement cette répression dans une vidéo.

À 14H, avec après plus d’un mois de mobilisation contre le projet de loi de sécurité globale et malgré les tentatives de dissuasion du préfet qui a interdit d’autres rassemblements et déployé un important dispositif policier, 2000 personnes ont battu le pavé toulousain - selon la CGT CHU - à l’appel de 30 organisations coordonnées, dont la CGT CHU, Sud Santé Sociaux, le NPA 31, l’UET ou encore la LDH.

Cet appel unitaire, autour du mot d’ordre "La Sécurité Sociale, pas la "sécurité globale" - Un plan d’urgence pour notre santé, pas pour les profits" rompt avec la dispersion du week-end précédent, où pas moins de quatre manifestations s’étaient succédées tout au long de la journée à l’appel de différents secteurs. On ne peut cependant que regretter que l’UD CGT n’ait pas appelé à manifester aujourd’hui, alors même qu’elle avait rejoint la mobilisation le 21 novembre dernier au côté des soignants qui avaient initié la mobilisation une semaine auparavant. En effet, la lutte contre le projet de loi sécurité globale n’est pas déliée de celle contre la précarité grandissante et des centaines de milliers de licenciements qui s’abattent sur notre classe.

Au contraire : cette mobilisation prend place dans un contexte où le gouvernement, confronté à l’impasse de sa gestion de crise sanitaire et économique, revient à la stratégie de la matraque avec la mise en place du couvre-feu, moyennant notamment le déploiement annoncé de 100 000 policiers le soir du nouvel an pour contraindre la population à respecter l’ordre bourgeois dans lequel nos vies devraient être strictement réduites à une exploitation accrue au travail, au mépris de notre santé et de notre vie sociale.
Les secteurs les plus opprimés de notre classe sont en première ligne de cette offensive liberticide qui est aussi profondément raciste, les personnes racisées et les habitants des quartiers populaires étant les premières victimes des violences policières que la loi sécurité globale vient légitimer. Il est à ce titre central de souligner que le combat contre la loi de sécurité globale doit s’élargir à la revendication du retrait de l’ensemble des lois liberticides et racistes du gouvernement, au premier rang desquelles la loi séparatisme - qui stigmatise les personnes musulmanes ou assimilées comme telles et dont l’article 25 équivaut à l’article 24 tant décrié de la LSG - doit être fermement dénoncée.

Plus que jamais, c’est tous ensemble et sans concession que nous devons lutter contre l’ensemble de l’offensive liberticide et raciste du gouvernement, en nous organisant depuis nos lieux de travail et d’études et depuis nos quartiers.

Le collectif étudiant Le Poing Levé Mirail organise une réunion publique pour nous organiser dans ce moment charnière de la mobilisation, mercredi 16 décembre à 17h.Inscris-toi sur l’évènement Facebook !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com