http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
14 de janvier de 2021 Twitter Faceboock

Contre la répression syndicale
Le gouvernement réprime les syndicalistes. Exigeons la réintégration de Gaël Quirante jeudi 14 janvier !
Fernand Alekse

Le licenciement scandaleux de Gaël Quirante par La Poste, autorisé par l’ex-ministre du travail Muriel Pénicaud veut servir d’exemple contre les militants et les travailleurs combatifs. Soyons nombreux pour exiger la réintégration de notre camarade le jeudi 14 janvier au tribunal administratif de Cergy !

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Le-gouvernement-reprime-les-syndicalistes-Exigeons-la-reintegration-de-Gael-Quirante-jeudi-14

Gaël Quirante, militant du mouvement ouvrier, secrétaire départemental de Sud Poste 92 et militant au Nouveau parti anticapitaliste est de ces militants syndicaux et politiques combattifs, mobilisés dans toutes les grandes dernières batailles, des Gilets Jaunes aux grèves contre la réforme des retraites. Suite à une lutte acharnée avec sa direction (dix tentatives de licenciement et près d’un an de mises à pied cumulées) d’au moins 10 ans, il est licencié le 25 mars 2018 après le passage en force entériné par la décision de l’ex-ministre du travail Muriel Pénicaud.

En réponse au licenciement de Gaël et aux suppressions d’emploi, 150 facteurs, factrices des hauts de seine ont entamé une grève dès le 26 mars 2018 qui a duré près de 15 mois. Une grève qui a permis à Gaël Quirante de garder son rôle syndical, de rester au près des travailleurs et de continuer à lutter à leurs côtés.

L’inspection du travail et les services du Ministère du Travail avaient pris position contre ce licenciement, en déclarant qu’il y avait eu une discrimination syndicale à l’encontre de Gaël. Mais les patrons de La Poste ont fait appel à Muriel Pénicaud pour contourner les décisions qui rejetait le licenciement de notre camarade. Ceci démontre bien que ce licenciement est strictement politique, et que la ministre a cherché à en faire un exemple, et il n’est pas le premier dans ce cas. En effet la répression à l’encontre des syndicalistes et des travailleurs qui osent relever la tête est féroce. Les sanctions pleuvent à l’encontre de travailleurs des services publics qui osent refuser l’agenda néo-libéral des différents gouvernements qui se succèdent. On pense notamment à Eric Bezou (SNCF), Alex El Gamal (RATP), Boris (éducateur spécialisé) ou encore Manu de GRDF, sympathisant CGT.

La décision de l’ex-ministre a été attaquée au tribunal administratif. Sans illusion sur la justice de classe qui opprime les plus faibles et sanctionne ceux qui se batte contre l’exploitation, nous devons montrer que Gaël n’est pas seul et que son combat est le nôtre. Seul un soutien important pourra mettre la pression pour espérer un jugement en sa faveur. La réintégration de Gaël serait une belle victoire pour la classe ouvrière et un avertissement contre le patronat et le gouvernement qui cherchent à réprimer toujours plus celles et ceux qui se battent et luttent.

Une audience au tribunal devait avoir lieu le 5 novembre dernier pour exiger sa réintégration, mais en vue des conditions sanitaires elle avait été reporté à une date ultérieur. Cette date est tombée, ce sera le 14 janvier à 9h30 au tribunal de Cergy à 9h30, il est important d’aller soutenir massivement notre camarade. Et montrer au patronat et à son gouvernement que dès qu’un travailleur est touché, c’est l’ensemble de la classe ouvrière qui est attaquée.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com