http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
6 de janvier de 2021 Twitter Faceboock

En grève !
3ème journée de grève à Grandpuits : sur le piquet, les raffineurs déterminés à faire plier Total
Simon Derrerof

Depuis le lundi 4 janvier les raffineurs de Grandpuits sont en grève reconductible contre le plan de suppressions d’emplois que veut leur imposer Total. Ce mercredi 7 janvier pour leur troisième jour de grève reconductible, les grévistes sont déterminés à continuer le combat.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/3eme-journee-de-greve-a-Grandpuits-sur-le-piquet-les-raffineurs-determines-a-faire-plier-Total

Une grève qui s’installe

Depuis trois jours les raffineurs de Grandpuits, sont en grève, contre un plan de suppressions d’emplois annoncés par Total le 24 septembre dernier, qui présentait alors un plan d’arrêt des activités de raffinage sur le site et sa reconversion, à grands renforts de greenwashing. C’est contre ce plan qui entraînera, contrairement à ce que prétend Total, la suppression de 700 emplois, que les salariés ont décidé de se lancer en grève le lundi 4 janvier. En grève depuis maintenant trois jours, les grévistes sont maintenant installés et préparés à lutter sur le long terme.

Pour ce troisième jour, la grève reste extrêmement majoritaire : après la relève de 14h seul un salarié n’était pas gréviste et plus de 90% des salariés étaient grévistes sur le tiers du matin.

Barnum, barbecue, brasero, le matériel est de sortie et les grévistes sont parés pour faire face à une grève reconductible qui s’annonce durer au moins jusqu’au 9 février prochain. Un gréviste affirme en rigolant : « le confort c’est important pour faire grève et pour durer  ». C’est donc autour du barbecue, autour des merguez, saucisses et pommes de terre dans les braises, que les grévistes se retrouvent pour s’organiser et échanger.

Pendant que certains cuisent les patates et les merguez, d’autres se réchauffent dans le barnum spécialement installé pour l’occasion. Partout la même détermination est présente et les grévistes ne cessent d’affirmer vouloir lutter jusqu’au bout, « on est bien partis, on le sent bien  » nous confie un raffineur. Paul Feltmann, délégué CGT, affirme : « les gens sont majoritairement grévistes et il sont déterminés  »

La présence sur le piquet est organisée par roulements, les grévistes suivant souvent le calendrier des 3/8 habituels et assurent dès lors une présence quotidienne et nombreuse sur le piquet. Les grévistes se sont organisés : pour chaque ligne, des délégués ont été élus par les grévistes. Ces représentants s’occupent du piquet, gèrent l’approvisionnement en vivres et en bois ; ce sont également eux qui gèrent le planning. Par ailleurs, dans les raffineries, la présence d’une partie des salariés est obligatoire en continue du fait du classement Seveso du site. Aussi, il s’agit d’organiser les relèves des grévistes contraints de travailler, ainsi que la répartition dans la caisse de grève de ces heures travaillées.

Des grévistes déterminés à se battre

Ce jeudi 7 Janvier est une journée importante pour les raffineurs de Grandpuits. À 14h une Assemblée Générale décidera de reconduire ou non la grève avant de faire un point presse à 15h. Pour les grévistes présents aujourd’hui, l’objectif est clair : il s’agit de continuer le combat contre un plan de suppressions d’emplois qui va impacter toute la région.

En effet, la raffinerie de Grandpuits, nous expliquent les travailleurs, est un des principaux créateurs d’emplois de la région et on ne peut, pour eux, réduire uniquement la catastrophe à celle qui s’abat sur les travailleurs du site. « Ce qui va se passer, c’est que tout ces emplois, mieux payés que les autres dans la région vont disparaître, ça va ensuite entraîner la disparition d’autres emplois, la boulangère va être touché par la fermeture de Grandpuits, dans les écoles il y aura moins de jeunes, c’est catastrophique pour la région » nous explique un raffineur.

La colère est grande face à un géant du capitalisme qui justifie un plan de fermeture du site derrière un greenwashing pourrissant : « Ici personne n’est dupe, Total se repeint en vert, il paraît qu’ils vont mettre le « l » de Total en vert sur leur logo d’ailleurs, mais si Total ferme Grandpuits c’est pour aller construire des sites en Afrique pour faire plus d’argent, là où les normes sociales et environnementales sont moins élevées qu’ici  » nous raconte Paul. Les raffineurs s’accordent pour dire que le choix de fermeture de Grandpuits n’est en rien une volonté écologique de la boîte mais plutôt le choix du profit. «  Grandpuits c’est plus de 20 millions d’euros par an, en Mozambique ils seront à plus de 40, le choix de Total est celui du profit, sur notre dos, il n’a rien d’écologique. »

La colère aussi face à des conditions de travail qui n’ont cessé de se dégrader, avec une maintenance du site qui est passée d’obligatoire tous les 3 ans à tous les 6 ans, avec donc des conditions de travail toujours plus dangereuses. Les salariés ont même surnommé la raffinerie de Grandpuits « la raffinerie de la mort » et déplorent un état du site qui se dégrade, par manque de moyens, à cause de politiques d’économie faites sur le dos des travailleurs et de leur santé, par la direction. 

La colère encore face au dernier tweet de Patrick Pouyanné, directeur du groupe Total, qui souligne l’engagement de l’entreprise pour les jeunes. Les grévistes dénoncent eux l’hypocrisie du patron alors qu’il ferme un site qui joue un rôle important pour l’emploi dans la région et une fermeture du site qui fermera autant d’emplois pour les jeunes.

Face à Total, exprimer sa solidarité

Le départ de la grève en illimitée a montré le refus des travailleurs à démanteler l’activité et à voir le site fermer. La détermination est grande et la grève s’annonce pour durer. Face au géant Total, la solidarité devra être la plus large possible contre le plan anti-social que veut imposer Total.

Les grévistes sont nombreux à revendiquer « zéro suppressions d’emploi » chez les sous-traitants comme chez Total et à exiger l’augmentation du nombre d’emplois, emplois qui manquent et sont nécessaires.

Face à la multinationale Total soyons le plus nombreux possible à exprimer notre solidarité et à soutenir le combat des grévistes de la raffinerie de Grandpuits. En ce sens il est primordial de participer à la caisse de grève

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com