http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
7 de janvier de 2021 Twitter Faceboock

Élections aux États-Unis
Mince majorité démocrate au Sénat après la victoire en Géorgie. Et maintenant ?
Jean-Michel Larhot

Les élections sénatoriales américaines se sont achevées avec le second tour du suffrage en Géorgie. Cet État traditionnellement acquis au parti Républicain a élu deux sénateurs démocrates après la campagne la plus chère de l’histoire pour des sénatoriales. Ce résultat est autant attribuable à l’attitude de Trump depuis la présidentielle qu’à la promesse de Biden d’un chèque de 2000 dollars pour les particuliers dans le cadre du plan pour contrer la crise du covid-19.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Mince-majorite-democrate-au-Senat-apres-la-victoire-en-Georgie-Et-maintenant

Crédits photo : Elijah Nouvelage/AFP

Les élections sénatoriales se sont closes cette semaine aux États-Unis avec le second tour en Géorgie. Ce type de second tour n’est pas commun dans cet État. En effet, ce dispositif n’a lieu que lorsque le candidat qui arrive le premier n’obtient pas plus de 50% des voix. Dans le système biparti américain, cela n’est pas commun. Il faut aussi noter que le Sénat américain ne fonctionne pas comme le Sénat français (où les sénateurs sont élus au suffrage indirect), ils sont élus au suffrage universel direct aux USA. Cependant, tous les États ont deux sénateurs. Tous les États ont donc le même poids, peu importe leur population, ce qui sur-représente les États ruraux, moins peuplés et en général plus à droite.

Le « passage » de la Géorgie aux démocrates est dû à plusieurs facteurs, au premier rang desquels il faut noter la « guerre civile » au sein du parti Républicain qui a éclot après 4 ans de présidence de Donald Trump. En effet, une partie de l’appareil républicain ne supporte plus le président Trump, en particulier suite au triste spectacle qu’a constitué la période suivant la victoire de Joe Biden. Le point d’orgue ayant été atteint lorsque Trump a demandé au gouverneur républicain de Géorgie de « trouver » les voix manquantes pour son camp, dans une conversation enregistrée et fournie aux médias, dévoilant à l’échelle même de cet État, les contradictions internes du parti Républicain. La gouverneure a décidé de se ranger du côté de l’élection de Biden alors que les deux candidats au Sénat, David Perdue et Kelly Loeffler se sont rangés derrière Trump en soutenant ses allégations affirmant que les élections présidentielles avaient été truquées.

La candidate Kelly Loeffler est aussi accusée de délit d’initié dans le cadre de la pandémie de covid-19. En effet, elle aurait investi dans les logiciels de télétravail et les sacs mortuaires peu après un briefing à la Maison Blanche au début de la pandémie. Il faut aussi noter que les clips de campagnes des candidats républicains ont mobilisé un grand nombre de ressors rhétoriques racistes (en assombrissant la peau d’un des candidat démocrate), ou anti-communistes, associant les démocrates au péril rouge.

Les deux candidats démocrates quant à eux, par opportunisme électoral, s’opposent à la généralisation de Medicare (sécurité sociale américaine, réservée aux personnes âgées) et au Green New Deal popularisé par l’aile gauche du parti Démocrate. Ils sont donc bien loin d’incarner le renouveau que certains électeurs du parti Démocrate espèrent.

Avec ces deux nouveaux sièges, les démocrates obtiennent un 50/50 parfait au sénat, le vote étant départagé par la vice-présidente Kamala Harris. Cette marge demeure très faible et servira certainement d’excuse aux démocrates en cas de mauvais bilan.

Il faut aussi noter que ces deux sièges conduisent le parti Démocrate à la majorité dans les deux chambres, une première depuis le début de l’ère Obama. Cette majorité toute relative permettra à Joe Biden de pousser une de ses promesses de campagnes : donner aux américains un chèque de 2000$ et aller plus loin que les 600$ de l’administration Trump.

Cette majorité nouvelle va aussi mettre le parti Démocrate face à ses contradictions. En effet, les discours « radicaux » comme le Green New Deal ou Medicare for all sont facilement tenable lorsqu’en minorité, mais il sera maintenant beaucoup plus compliqué de ménager la chèvre et le chou avec la majorité au parlement. Les démocrates ont voulu se créer une image de défenseur de l’« américain moyen » qui va être compliqué à maintenir en parallèle de leurs affinités avec la bourgeoisie et l’impérialisme américain, que des hommes comme Biden démontrent depuis le début de leur longue carrière politique.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com