http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de janvier de 2021 Twitter Faceboock

Bayonne. Nathalie, tuée par un tir de la police après un contrôle routier
Fernand Alekse

Dans la nuit de dimanche à lundi, une femme a été tuée par balle par un policier à la suite d’un contrôle. Si les circonstances ne sont pas éclaircies, il n’en reste pas moins qu’il s’agit pour débuter l’année 2021 d’une nouvelle victime de la police.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Bayonne-Sabrina-tuee-par-un-tir-de-la-police-apres-un-controle-routier

Une femme est morte dans la nuit de dimanche à lundi à Bayonne, tuée par un tir de la police suite à un contrôle policier. Vers 1 heure du matin, la police a opéré un contrôle routier après avoir repéré une voiture zigzaguant sur la route. Le tir par balle de la police a touché mortellement la victime, décédée 2 heures après son transfert à l’hôpital. Un nouveau mort tué par la police.

Pour l’heure, les circonstances restent à déterminer : seule la version policière et celle du procureur de la République ont été médiatisées. Selon le procureur de Bayonne, Jérôme Bourrier, ce serait « suite à un refus d’obtempérer initial de la conductrice » que le contrôle policier serait monté en tension. Ensuite « la voiture a percuté délibérément la voiture de police dont les deux fonctionnaires se trouvaient à l’extérieur ». L’un d’eux aurait été blessé au genou. Par la suite, « il y a eu une ouverture des feux, dont les circonstances restent à préciser », précise le procureur.

Par la suite, deux enquêtes ont été ouvertes. La première, contre le policier ayant fait feu, pour « homicide par personne dépositaire de l’autorité public », tandis qu’une seconde procédure judiciaire a été ouverte pour « tentative d’homicide sur une personne dépositaire de l’autorité publique ». Le policer auteur du tir est actuellement placé en garde à vue.

Comme par habitude, les grands médias cherchent à criminaliser de prime abord la victime, pointant notamment qu’elle était connue des « services de police pour des affaires de délit de fuite, de menace de mort et de vol ». Or ce procédé tend à minimiser la mort de cette femme, construisant le portrait non pas d’une victime d’un tir policier mais d’une femme habituée aux « menaces de mort ». Une manière donc pour les grands médias de dédouaner les policiers de leur geste, sans même connaitre les circonstances exactes qui ont mené à la mort d’une femme de 37 ans.

Après Adama Traoré et tous les autres, une nouvelle fois, donc, une personne a été tuée par la police. Une nouvelle illustration que la police tue, cette fois suite à un contrôle policier, dont on ne connait pas encore tous les contours. Une mort qui raisonne avec la mort d’Ibrahima en Belgique. Cela démontre encore qu’il est plus que jamais nécessaire de faire front contre les violences policières, et contre les mesures et lois comme la Loi Sécurité Globale, qui visent à donner toujours de pouvoir et d’impunité à la police.

*Selon de nouveau éléments, le prénom de la victime serait Nathalie. Le prénom a donc été modifié.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com