http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de janvier de 2021 Twitter Faceboock

« Je ne livre pas aux Juifs » : dénoncer les propos antisémites mais aussi l’instrumentalisation raciste
Gabriella Manouchki

Deux restaurateurs strasbourgeois ont porté plainte contre un livreur, qui aurait refusé de prendre des commandes casher en évoquant des motivations antisémites. Ces propos antisémites doivent être dénoncés avec vigueur, de même pour l’instrumentalisation qui en est faite à des fins racistes et islamophobes.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Je-ne-livre-pas-aux-Juifs-denoncer-les-propos-antisemites-mais-aussi-l-instrumentalisation-raciste

Crédit Photo : Deliveroo

À Strasbourg, selon une information notamment relayée par Le Parisien, deux restaurateurs casher ont été confrontés jeudi dernier au refus d’un livreur Deliveroo, sans que l’on sache pour le moment s’il s’agit du même individu ou de deux personnes différentes, de prendre une course sous le prétexte antisémite de ne pas vouloir « livrer aux Juifs ». Une plainte contre le ou les livreurs a été déposée par les deux restaurateurs, ainsi que par le consistoire israélite du Bas-Rhin et le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme qui ont également porté plainte contre Deliveroo.

Condamner l’antisémitisme

Si les résultats de l’enquête pourront éclaircir les faits et au-delà de ce cas précis, il est évident que l’antisémitisme est un phénomène bien réel et toujours d’actualité au sein de différents secteurs de la société, notamment parmi les travailleurs et les classes populaires. De la même manière que le racisme et l’islamophobie bien qu’avec des racines historiques différentes, l’antisémitisme constitue une oppression profondément ancrée dans les structures de notre société, qui tend à se renforcer en temps de crise en réponse à un besoin croissant de trouver une figure de bouc-émissaire à qui faire porter la responsabilité de la situation. De ce fait, les thèses antisémites peuvent se répandre dans des périodes telles que celle que nous traversons, où de larges secteurs de la population sont menacés ou déjà touchés par une précarité accrue.

Pourtant, cela va totalement à l’encontre des intérêts des travailleurs, qui gagneraient à s’unir et à se battre contre toute forme d’oppression pour faire front face aux licenciements et à la dégradation de leurs conditions de travail, et ce quelle que soit leur religion, leur nationalité ou encore leur genre. Il est donc central de dénoncer fermement toutes les manifestations que peut prendre l’oppression.

Condamner son instrumentalisation à des fins racistes

Mais une chose est de condamner l’antisémitisme, une autre est d’instrumentaliser ces propos antisémites à des fins racistes. En effet, sur twitter, cette affaire a donné lieu à un flot de commentaires spéculant sur l’identité de l’accusé et criant déjà au « grand remplacement » ou encore au danger que représenterait le « racisme anti-blanc », comme si les personnes racisées avaient le monopole d’un prétendu « nouvel antisémitisme ». En réalité, l’idéologie antisémite n’a rien de nouveau et a été historiquement construite à des fins nationalistes par la classe dominante, en particulier en France où l’État a joué un rôle central de ce point de vue, comme nous le soulignions ici.

Il ne peut y avoir aucune ambiguïté dans la dénonciation de l’antisémitisme. Mais de la même manière, et a contrario de ceux qui instrumentalisent l’antisémitisme pour souffler sur les flammes de l’islamophobie, combattre l’antisémitisme, c’est combattre aussi toute forme de racisme.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com