http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
18 de février de 2021 Twitter Faceboock

#VidalDemission
« Islamo-gauchisme » : après les présidents d’université, le CNRS dénonce les attaques de Vidal !
Anna Ky

Après les interventions médiatiques de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sur « l’islamo-gauchisme qui gangrène les universités », le CNRS emboîte le pas de la conférence des présidents d’université pour dénoncer la remise en cause de « la liberté académique ».

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Islamo-gauchisme-apres-les-presidents-d-universite-le-CNRS-denonce-les-attaques-de-Vidal

Crédits photo : SEBASTIEN BOZON / AFP

Lors d’une récente apparition sur Cnews, Frédérique Vidal, ministre de l’ESR, s’en est prise tout particulièrement aux chercheurs en Sciences Sociales qui travaillent sur le post-colonialisme, l’intersectionnalité et la construction sociale du racisme en affirmant que « l’islamo-gauchisme gangrène les universités » et qu’elle allait demander « au CNRS de faire une enquête sur l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets dans l’université de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève […] du militantisme et de l’opinion ».

Ces déclarations réactionnaires s’inscrivent dans la droite lignée de l’offensive sécuritaire et islamophobe du gouvernement, cherchant à imposer un consensus raciste pour mieux justifier ses mesures répressives (loi sécurité globale, loi sur les « séparatismes », dissolution d’organisations de défense des musulmans). Mais le fait de s’en prendre à l’université et à la « liberté académique » a provoqué une fronde qui dépasse largement les milieux anti-racistes traditionnels.

Le CNRS, directement concerné par ces déclarations de la ministre, a pris position ce mercredi, dénonçant notamment l’emploi du terme « islamo-gauchisme » qui ne « correspond à aucune réalité scientifique » :

« « L’islamogauchisme », slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique. Ce terme aux contours mal définis, fait l’objet de nombreuses prises de positions publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées. Le CNRS condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques. Le CNRS condamne, en particulier, les tentatives de délégitimation de différents champs de la recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur le terme de « race », ou tout autre champ de la connaissance. »

Ce communiqué s’inscrit dans la lignée de la déclaration des présidents d’université, qui décrétaient la veille :

« La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’« islamo-gauchisme » à l’université. « L’islamo-gauchisme » n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités. »

La ferme condamnation par ces deux institutions centrales de l’Enseignement supérieur et de la Recherche des propos de leur propre ministre constitue un véritable camouflet pour Frédérique Vidal. Mais ce que ces communiqués qui défendent la « liberté académique » et dénoncent l’ingérence gouvernementale dans la recherche scientifique ne disent pas, c’est surtout que si le terme « islamo-gauchisme » n’est pas une réalité scientifique, il s’agit pour autant d’un terme qui recouvre un véritable projet politique réactionnaire. Derrière cette rhétorique, il y a la volonté de stigmatiser l’ensemble de la population musulmane ou considérée comme telle, d’aggraver les mesures liberticides à leur encontre, et d’en profiter pour s’attaquer à l’ensemble des organisations et courants de pensée qui s’attachent de près ou de loin à combattre le racisme d’Etat. Et c’est dans ce contexte qu’il s’agit de continuer à exiger la démission de Vidal et le retrait de l’ensemble des mesures liberticides et racistes mises en place par le gouvernement.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com