http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
23 de février de 2021 Twitter Faceboock

En pleine crise sanitaire, Darmanin en croisade contre les repas végétariens à la cantine

Suite à la décision de la mairie de Lyon de présenter un repas unique et sans viande, en raison du protocole sanitaire renforcé lié à la crise du Covid-19, une polémique des plus absurdes émerge de l’exécutif et prend une ampleur nationale.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/En-pleine-crise-sanitaire-Darmanin-en-croisade-contre-les-repas-vegetariens-a-la-cantine

Crédits photo : ©Martin BUREAU / AFP

"Idéologie scandaleuse", tels sont les termes employés par Gerald Darmanin pour définir la décision de la mairie de Lyon de présenter un repas unique et sans viande dans les cantines de la ville en raison du protocole sanitaire renforcé lié à la crise du Covid-19. La "polémique" a tôt fait de prendre une ampleur nationale par l’intermédiaire de la droite et du centre, qui juge ainsi que la municipalité EELV se sert du contexte sanitaire actuel pour imposer sa vision aux enfants lyonnais. Face à ces attaques, la mairie se défend en expliquant que cette mesure prend effet dans le but de mieux respecter les nouvelles mesures sanitaires imposées par le protocole de Blanquer. En effet, dès la rentrée, les enfants devront manger à deux mètres de distance les uns des autres. Imposer un repas unique sans viande permet ainsi de fluidifier le service et de faciliter le respect des consignes sanitaires, sachant que même avant la crise sanitaire, la moitié des enfants choisissait déjà le menu sans viande à la cantine.

Quand Darmanin se préoccupe soudain des "enfants des classes populaires"

Darmanin, fidèle à son poste, nous offre ainsi une nouvelle démonstration réactionnaire particulièrement teintée de mauvaise foi. En effet, lorsqu’il était maire PS de Lyon avant de devenir ministre LREM, Gérard Collomb avait en son temps appliqué la même mesure dans les cantines lyonnaises et ceci n’avait suscité aucune réaction de la part de ses confrères. Un paradoxe assez comique, qui illustre les priorités du gouvernement, à l’heure où les professeurs et parents d’élèves revendiquent des moyens dans les écoles pour faire face à crise sanitaire.

La polémique franchit un nouveau palier sur l’échelle du culot lorsque sur Twitter, Gérald Darmanin affirme que les enfants des classes populaires "n’ont souvent que la cantine pour manger de la viande". Une affirmation absolument fausse qui témoigne ici d’une instrumentalisation de la misère. Bien au contraire, pour des raisons matérielles, dans le cadre d’un accès plus limité à une alimentation saine, il est établi que les ménages de classes populaires sont les premiers consommateurs de viande. En revanche, le déficit alimentaire parmi ces secteurs de la société se retrouve plutôt dans la consommation de fruits et légumes de qualité. Malgré les injonctions alimentaires en matière de santé, la composition d’un repas équilibré – voire bio – reste en effet peu abordable pour les familles aux revenus modestes.

Mais surtout, l’instrumentalisation de la question sociale par Darmanin dans cette affaire est d’autant plus scandaleuse que le ministère géré par Gerald Darmanin est à l’origine de nombreux actes de criminalisation de la misère. On peut notamment évoquer l’intervention de CRS, ce 9 Février, qui ont empêché une distribution de vivres en vertu d’un couvre-feu qui se veut, par essence, discriminant envers les personnes les plus précaires. Plus largement, le gouvernement où officie l’actuel ministre de l’intérieur se pose régulièrement en gestionnaire de la précarité. L’élargissement de la "garantie jeune" en est un bon exemple, puisqu’il institutionalise la précarisation de la jeunesse.

Une manœuvre politique en vue des élections régionales et présidentielles

En réalité, la croisade de Darmanin contre les repas végétariens est une manoeuvre qui vise à opposer les secteurs "stratégiques" de la petite bourgeoisie que sont les bouchers et les agriculteurs à EELV, qui avait mis en déroute LREM dans son fief lyonnais aux dernières élections municipales, en vue des élections régionales et présidentielles.

Suite à la polémique, plusieurs syndicats - FDSEA et JA du Rhône - ont d’ailleurs lancé un appel à manifester ce lundi 22 février devant la mairie de Lyon. Plusieurs dizaines d’agriculteurs ont installé une "mini-ferme" devant l’Hôtel de ville pour organiser une dégustation de viande, en demandant à rencontrer le maire EELV de Lyon Grégory Douce pour s’opposer à la mise en place du menu unique sans viande dans les cantines de la ville.

Dans une moindre mesure, cette manœuvre n’est pas non plus déliée de l’enjeu que constitue pour le gouvernement l’adoption de la loi séparatisme. En assimilant la défense du végétarisme à une "idéologie scandaleuse", pour rester dans le même registre que celui des "idéologies qui gangrèneraient l’université", Darmanin use de tous les moyens pour apparaître comme le défenseur des "principes de la république" - en l’occurrence un régime "traditionnel" carné pour les enfants.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com