http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
24 de février de 2021 Twitter Faceboock

Extrême-droite
Blanc-Mesnil : opération propagande d’extrême-droite à la bibliothèque municipale
Olive Ruton

Le conseil municipal de Blanc-Mesnil commence fort l’année 2021 avec une subvention de 20 000 euros par an à une association d’extrême droite pour sa plateforme de conseils de lectures et l’achat de 4 000 livres référencés dans sa base de données.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Algorithme-de-la-bibliotheque-du-Blanc-Mesnil-nouvel-outil-de-propagande-de-l-extreme-droite

En ce début d’année 2021, la mairie de Blanc Mesnil (93) se lance dans une opération de « démocratisation de la lecture » qui tient bien plus d’une orientation, très à droite, de l’offre et des conseils de lecture de sa bibliothèque. Et c’est main dans la main avec l’association Aristote et Alexandre que le conseil municipal entend s’atteler à la tâche à travers 20 000 euros de subventions à l’association et à sa plateforme « Dis-nous qui tu es, nous te dirons quoi lire ! », à laquelle ont également été remis le choix des 4 000 ouvrages qu’acquerra la bibliothèque en ce début d’année.

Le choix de cette association interpelle pour le moins, de la part d’un Thierry Meignen qui, ayant à peine endossé son rôle de maire de la ville en 2014 avait revendiqué des baisses drastiques voire des arrêts de subventionnement pour des associations comme la Ligue des Droits de l’Homme ou la Confédération nationale du logement « Il n’y a pas de raison que la ville paye pour des associations à caractère politique » avait-il alors affirmé. La direction d’Aristote et Alexandre est loin d’être un choix politique neutre, lorsqu’on sait qu’elle se compose de Sarah Knafo qui n’est autre que la conseillère rapprochée d’Eric Zemmour – curieusement, auteur très souvent proposé par l’algorithme – et qui « œuvrerait pour sa candidature à la prochaine présidentielle » et d’Alexandre Galien dont le CV contient par exemple un passage à la direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris.

« Nous avons établi cette liste à partir de nos bibliothèques respectives, nous avons le sentiment que c’est plutôt paritaire. » se défendent les fondateurs de l’association, contre le personnel et les syndicats de la bibliothèque qui, n’ayant pas été consulté dans ce choix, dénoncent une « ingérence dans la politique documentaire, d’une forme de pression politique ». « Ces livres, achetés sur le budget de la mairie, échappent à notre politique d’acquisition et nous n’aurons aucun regard sur eux. À la médiathèque, nous n’avons pas de livres de propagande en tant que tels, comme ceux d’Éric Zemmour. Cela ne fait pas partie de notre politique documentaire », explique une bibliothécaire, toujours auprès de L’Humanité.

Dans la réalité, le marquage très à droite de l’algorithme est par ailleurs facilement observable dès lors qu’on effectue une recherche. Ainsi, on trouve très bien référencé des « Eric Zemmour, Jean Raspail, Eugénie Bastié et Henri Guaino », et cela y compris dans la catégorie « Culture progressiste », où à leurs noms « s’ajoutent ceux d’Édouard Philippe et de Philippe Séguin. », toujours selon L’Humanité. Une manière peu subtile voire ouvertement provocatrice de mettre en avant les idées les plus réactionnaires sous couvert de création d’un « algorithme qui aiderait à trouver le bon ouvrage à lire et au bon moment. »

Cette mise en avant des idées réactionnaires de l’extrême-droite sous couvert de « neutralité », loin d’être isolée se fond dans un paysage politique et médiatique tiré vers la droite, de l’opération de dé-diabolisation du RN, à la présence récurrente d’Eric Zemmour sur les plateaux de télévision en passant par l’élaboration de la loi séparatisme ou le débat Darmanin-Lepen en guise de lancement à la présidentielle de 2022. Un climat dont le personnel de la bibliothèque n’entend pas se faire le relai, comme le déclare le communiqué de la CGT du Blanc-Mesnil qui dénonce « une vile opération de marketing politique repeinte aux couleurs défraîchies de la culture pour tous ? » dans un communiqué du 11 février 2021 appelant « les professionnels et les usagers qui défendent au quotidien une autre idée de la culture, généreuse, citoyenne et désintéressée, à ne pas tomber dans [ce] piège ».

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com