http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
2 de mars de 2021 Twitter Faceboock

1 jeune 1 mentor : 30 millions d’euros pour les entreprises, des miettes pour la jeunesse
Emilia Louise

Alors que la détresse et la précarité de la jeunesse ne cessent d’augmenter, Emmanuel Macron doit annoncer de nouvelles mesures pour faciliter leur insertion professionnelle. L’opération 1 jeune, 1 mentor, qui est un projet qui vient accroître une idéologie méritocratique, n’est en réalité qu’un cache misère du chômage massif qui attend les jeunes.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/1-jeune-1-mentor-30-millions-d-euros-pour-les-entreprises-des-miettes-pour-la-jeunesse

Crédits photo : THIBAULT CAMUS/AFP

En déplacement sur le nouveau campus Industreet, financé par la fondation Total, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place de l’opération « 1 jeune, 1 mentor ». Le choix de site pour annoncer des mesures en faveur des jeunes n’est pas anodin lorsqu’on sait que Total supprime en ce moment des emplois qui sont autant de postes en moins pour les futurs arrivants sur le marché du travail. "Ce que je veux, c’est que chaque jeune qui en a besoin puisse avoir un mentor. Et aussi qu’on offre la possibilité à des cadres en entreprise, à des jeunes qui ont déjà une expérience, d’aider d’autres jeunes, de leur faire confiance, de les accompagner, de leur apporter leur propre exemple de vie" a déclaré Macron lundi après midi

Concrètement, il s’agit de faire bénéficier les jeunes des conseils professionnels d’un mentor. Ce dernier travaille de façon bénévole et peut être actif ou retraité. Les jeunes souhaitant bénéficier de ce programme pourront s’inscrire sur la plateforme 1 jeune 1 solution, dont nous avions déjà dénoncé les mensonges lors de son lancement. L’accompagnement consiste en une aide d’une ou deux heures par mois sur le plus ou moins long terme, à partir du collège. Le but recherché serait celui "d’augmenter l’égalité des chances" en permettant aux jeunes de bénéficier d’un mentor. En réalité, ces mesures ne viennent en rien résoudre les manques structurels de moyens dans l’éducation nationale et l’enseignement supérieur, qui creusent sans cesse les inégalités. De plus, ils viennent légitimer une politique culpabilisatrice qui permettait à Macron de dire qu’il "suffit de traverser la rue pour trouver un emploi".

Un gros cadeau de 30 millions d’euros pour Total, BNP Paribas et Axa.

Le nouveau dispositif de Macron n’est rien d’autre qu’une aide de 30 millions d’euros pour des associations, mais surtout des grandes entreprises qui embaucheront des mentors pour aider les jeunes. On trouve notamment des multinationales comme Axa, Accenture BNP Paribas ou encore Total, qui seraient selon le site du gouvernement " des entreprises trés impliquées" dans le domaine de l’emploi. Quel cynisme de la part du gouvernement, lorsqu’on sait que c’est la même entreprise, Total veut supprimer 700 emplois dans la raffinerie de Grandpuits.

Une logique méritocratique dans l’intérêt des grandes entreprises capitalistes

Ce qui est présenté par Emmanuel Macron comme un « levier essentiel contre l’assignation à résidence et le déterminisme social », apparaît comme une solution pro-patronale et ridicule face à l’ampleur de la détresse des jeunes. Cette mesure vise surtout à redorer l’image des grandes entreprises en les associant à un programme méritocratique. Alors que ces entreprises continuent d’engranger des milliards d’euros de bénéfice sur le dos des travailleur.euse.s, il est illusoire de penser que ce système de mentorat permettra de lutter contre le chômage. Au mieux, il bénéficiera à quelques « chanceux », dans une pure logique de concurrence, justifiée par une soi- disant méritocratie, sur un marché du travail complètement bouché.

Cette mesure est un aveu de l’échec du système scolaire actuel à offrir à chacun un avenir, et à endiguer la reproduction sociale qui rend l’insertion sur le marché du travail extrêmement difficile pour la majorité des étudiants ne bénéficiant pas d’un « réseau », notamment familial.

Cette annonce s’apparente une fois de plus à un coup de communication du gouvernement et en aucun cas à une solution face à la précarité et au chômage des jeunes, qui va s’aggraver encore plus avec les conséquences de la crise sanitaire. Ce n’est pas en s’alliant avec des entreprises comme Total qui licencient qu’il faut espérer une amélioration de l’avenir pour la jeunesse.

Ce gouvernement veut faire payer le prix de la crise économique à la jeunesse, en mettant les jeunes en compétition entre eux pour espérer obtenir des contrats précaires ou du chômage. Face à cela, il nous faut lutter contre la politique de casse sociale du gouvernement. Alors que le taux de chômage chez les moins de 25 ans en Europe atteint les 17,7 %, contre 15% avant la crise du Covid-19, il est urgent de se battre contre l’austérité et contre l’avenir que prépare le gouvernement. Après 1 jeune 1 solution, qui promettait aux jeunes que des emplois précaires , la nouvelle mascarade du gouvernement 1 jeune 1 mentor, n’est qu’une cynique manière de donner 30 millions d’euros a des entreprises. On ne peut avoir aucune confiance dans le gouvernement pour résoudre le problème de l’emploi, et ça n’est que par la lutte que l’on pourra mettre fin à la misère sociale qu’est entrain d’administrer le gouvernement ! Les jeunes doivent se battre au côté des travailleur.euse.s contre les suppressions d’emplois et pour le partage du temps de travail sans diminution des salaires !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com