http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
17 de mars de 2021 Twitter Faceboock

Non au licenciement de Rozenn !
Gaspillage, pollution, sexisme : Chronodrive maintient l’omerta et menace de licencier une syndicaliste
Lily Inaya

Depuis plusieurs années, les grandes enseignes s’efforcent de nous montrer une image lisse et parfaite. Chronodrive fait ainsi campagne sur un développement durable qui protège l’écologie de demain et l’humain. Ironie du sort : depuis le 6 mars, Rozenn, étudiante et travailleuse au sein de Chronodrive Toulouse, se retrouve mise à pied et menacée de licenciement après un tweet dénonçant le gaspillage alimentaire de l’enseigne.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Gaspillage-pollution-sexisme-Chronodrive-maintient-l-omerta-et-menace-de-licencier-une-syndicaliste

A l’instar de plusieurs grandes enseignes, Chronodrive, filiale d’Auchan, mène une véritable communication autour du développement durable où l’écologie et l’humain sont au centre de « leurs préoccupations » comme le démontre leur slogan « faire mes courses, un enjeu écologique ! ». Une communication cependant hypocrite qui va à l’encontre d’une étude de Reporterre affirmant qu’Auchan, avec Casino, Natixis et Total, ferait partie des « entreprises françaises les plus nuisibles au climat ».

Le gaspillage alimentaire (10 millions de tonnes de déchets par an en France) représente 15,3 millions de CO2 rejetés soit près de 3% des émissions de gaz à effet de serre. A titre d’exemple, le gaspillage alimentaire pollue plus que le trafic aérien intérieur français. Et cela sans compter que la majorité du gaspillage alimentaire ne se fait pas uniquement à la vente mais bien en amont.

La standardisation de la production comme l’élevage massif, le transport des marchandises par voie aérienne et par fret, l’exploitation des ressources primaires et humaines dans les pays dits néocoloniaux à moindre coût ainsi que le monopole des prix exercent une pression des prix sur les producteurs qui font que les matières premières sont détruites avant même d’être mise en vente. Par exemple, les producteurs de lait, sous la pression de la grande distribution se voient souvent contraints de jeter les ressources car pas assez rentables.

Pour remédier à cela, les grandes enseignes font don à des associations telles que la Croix Rouge ou l’Unicef de leurs invendus afin de redorer leur image mais surtout pour bénéficier d’exonération d’impôts. Ce type d’opérations reste pour Auchan du marketing. Comme l’expliquait le Nouvel Obs, Auchan fait partie des « mauvais élèves » : « L’entreprise indique que 100% de ses hypermarchés pratiquent chaque jour le don alimentaire, sans indiquer dans quelles proportions. »

Pour la plupart des grands enseignes, même si une partie est collectée par les associations, une très grosse partie est jetée dans les bennes car le ramassage de dons ne peut se faire quotidiennement, notamment pour les produits frais à date courte, mais également parce que jeter les invendus est la solution la plus économique pour ces grandes enseignes. Et c’est ce que Rozenn, étudiante et travailleuse de Chronodrive Toulouse a pointé du doigt sur les réseaux sociaux.

Le 6 mars, Rozenn a été mise à pied, privée de salaire et menacée de licenciement après cette publication par sa direction. Une annonce qui montre l’hypocrisie d’une enseigne qui se veut bienveillante auprès des « collaborateurs » et se dit très engagée par les problèmes écologiques actuels. En plus la sanction arrive peu après que Rozenn se soit battu, avec d’autres travailleuses, contre le harcèlement sexuel au sein de l’entreprise où régnait jusqu’à là une totale omerta.

Chronodrive fait partie du groupe Mulliez et représente à lui seul un chiffre d’affaires de près de 500 millions d’euros sur l’année 2019. La sanction de Rozenn montre la politique du groupe vis-à-vis des salariés qui osent relever la tête contre les violences sexistes, la précarité ou encore contre le gaspillage alors que des nombreux étudiants n’ont pas de quoi manger : soumission ou démission. Ces attaques, ne peuvent plus être passées sous silence.

Non au licenciement de Rozenn, retrait de toutes les sanctions !

Pour soutenir Rozenn, étudiante et salariée ayant mené une lutte contre le sexisme à Chronodrive, aujourd’hui menacée de licenciement, signe et partage cette pétition

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com