http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
5 de avril de 2021 Twitter Faceboock

SCANDALE
Montpellier. Un SDF de 19 ans condamné à 645€ pour non port du masque
Igor Jenkins

Tandis que la bourgeoisie parisienne fait la fête dans des clubs privés, ignorant les gestes barrières, d’autres sont confrontés à des mesures répressives. Alex, un jeune sans-abri de 19 ans, accumule les amendes pour non port du masque, d’un montant total de 645€.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Montpellier-Un-SDF-de-19-ans-condamne-a-645EUR-pour-non-port-du-masque

Crédits photo : Joël Saget/AFP

Un article du journal Midi Libre relate le cas du jeune homme : depuis novembre de l’année dernière, le jeune de 19 ans est à Montpellier sans domicile fixe. Le 9 avril, il sera jugé pour non-respect des règles de lutte contre la pandémie. Après plusieurs contrôles au cours desquels il n’a pas toujours correctement mis son masque, il se retrouve à devoir payer plusieurs centaines d’euros. Alex, qui se sent harcelé, déclare : « Et mon masque, je le porte. Après, je dis pas, sur toutes les fois où j’ai été contrôlé, peut-être que deux, trois fois, je le portais pas bien et ça m’a agacé qu’ils me verbalisent. C’est difficile de porter un masque pendant huit heures. »Cette répression s’inscrit dans la gestion autoritaire de la crise où la police verbalise des personnes qui ont à peine de quoi se nourrir. On est bien loin des belles paroles de Macron qui annonçait vouloir reloger 100% des SDF pour que plus personne ne se retrouve à vivre dans la rue. Aujourd’hui, ce sont 300 000 personnes qui sont à la rue en France, 300 000 personnes qui subissent plus que tous les conséquences de cette crise. Ne pouvant compter que sur la manche pour manger, les confinements ne cessent de les entraîner dans la précarité extrême.

Par ailleurs, alors que ce jeune SDF doit 645€ à l’Etat, une somme qu’il ne pourra sûrement jamais récolter, les bourgeois de la capitale s’offrent des repas qui valent presque la même somme lors de soirées clandestines de luxe, loin de toute préoccupations sanitaires. Un récent reportage de M6 a montré clairement que la vie quotidienne des riches peut se dérouler sans les mesures sanitaires et sans les punitions. Au Palais Vivienne, par exemple, situé au centre de Paris et appartenant au collectionneur Pierre-Jean Chalençon, sont célébrées des fêtes secrètes des grands cercles. Pas de masques, pas d’écarts et tout y est avec des menus qui coûtent entre 160 et 400 euros par personne. Des sources anonymes ont également signalé la présence de ministres à plusieurs de ces événements.

Cette répression deux poids deux mesures est à l’image de la gestion de la crise sanitaire avec les confinements à double vitesses entre ceux qui peuvent aller dans leur maison de campagne et ceux contraints à rester dans de minuscules studios ou à la rue. La politique du gouvernement reste la même depuis un an : les bourgeois peuvent se retrouver autour de dîners à 300€ tandis que le président demande aux soignants de faire des efforts supplémentaires tout en renforçant toujours plus les mesures répressives et autoritaires, à l’image de la sanction donnée à Alex.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com