http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
23 de avril de 2021 Twitter Faceboock

Crise sanitaire
Incendies et hôpitaux saturés : la catastrophe sanitaire en Inde
Coline Isabel

“La pire flambée du monde”. C’est de cette manière que l’Hindustan Times a qualifié la situation indienne vis-à-vis de la crise sanitaire catastrophique qu’elle traverse. Atteignant un record mondial de nouveaux cas détectés en 24H, des hôpitaux en surchauffe et des incendies mortels, le peuple indien se trouve en péril face à un gouvernement qui croise les bras et des entreprises pharmaceutiques qui ne pensent que profits. 

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Incendies-et-hopitaux-satures-la-catastrophe-sanitaire-en-Inde

Crédits : Punit Paranjpe, Archives AFP

Parmi les pays les plus impactés au monde par le Covid-19, l’Inde se range à la deuxième place, juste devant le Brésil. Les chiffres sont clairs et font tourner la tête : la situation de l’Inde vire au désastre et menace le monde entier. Ce jeudi 22 avril, le pays doté de 1,3 milliard d’habitants a atteint le record mondial de contamination en 24h : 315 909 nouveaux cas ont ainsi été détectés par test PCR et 2 102 décès ont été recensés. Chiffres qui résultent aussi de la découverte du “double mutant” qui provoquent de violents symptômes aux malades, bien que le variant anglais reste le plus destructeur à ce jour. 

Delhi en vient même à lancer des “appels à l’aide” par manque d’oxygène et tout simplement de moyens au sein des services hospitaliers. “Des défaillances systémiques apparaissent partout” informe l’Hindustan Times, il faut maintenant demander de l’aide à la société civile elle-même pour espérer sauver des malades. Il est aussi réclamé de “faire circuler les besoins des patients et de leurs familles sur les réseaux sociaux”. 

Mais le journal ne manque pas de rappeler l’aide essentielle de l’Etat qui possède les moyens d’apporter de l’aide aux hôpitaux, mais qui a trop peur d’agir en appliquant des mesures restrictives face aux conséquences économiques. Mesures difficiles à respecter alors que plus de la moitié de la population sert de réservoir de main d’œuvre pas chère aux puissances impérialistes. C’est ce même gouvernement qui organise de grands meetings politiques ou qui sanctionne les conducteurs et conductrices portant un masque au volant. 

Et comme si cela ne suffisait pas, ce vendredi matin s’est déclenché un incendie dans un hôpital de la banlieue de Bombay. « Dix-sept patients étaient dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital Vijay Vallabh quand un incendie s’est déclaré, 13 sont décédés et quatre autres ont été transférés dans d’autres établissements  », a expliqué un responsable des pompiers. Début avril, quatre malades étaient également morts dans les mêmes circonstances dans l’incendie d’une clinique privée du Maharashtra. Sans oublier le feu en mars dernier qui avait fait 11 morts à Bombay. Ces feux, dont les causes ne sont pas encore élucidées, sont en réalité l’illustration d’hôpitaux mis à l’abandon étant incapables de faire face à ce genre d’incident. 

Ainsi, comme nous l’écrivions dans un article le mercredi 21 avril, “Contre ces gestions nationales et criminelles de cette crise sanitaire sans précédent, les travailleurs et les classes populaires du monde entier doivent lutter pour l’abolition des brevets, l’accès pour tous aux vaccins et aux soins, et pour une gestion internationaliste de la crise sans laquelle il apparaît clair qu’il sera impossible d’endiguer l’épidémie.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com