http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
13 de octobre de 2021 Twitter Faceboock

Impérialisme
Retour sur le contre-sommet Afrique-France, une initiative anti-impérialiste
Julien Anchaing

Pour Macron, les 7 au 9 octobre auront fait l’objet d’un véritable spectacle de l’impérialisme français. Avec Révolution Permanente, nous étions présent.e.s durant le Contre-Sommet Afrique-France, une initiative anti-impérialiste nécessaire. Une occasion de rappeler qu’aucune intervention française, quelle qu’elle soit, n’a pour autre but que la défense des intérêts de l’empire français.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Retour-sur-le-contre-sommet-Afrique-France-une-initiative-anti-imperialiste

Coup de com et écran de fumée sur la refondation de la Françafrique

C’est généralement un exercice traditionnel pour les présidents Français. Pour ce sommet Afrique-France, Macron aura pu se pavaner pendant 2 jours d’une prétendue « rupture » avec les méthodes traditionnelles de la Françafrique en décidant d’inviter essentiellement des acteurs de la « société civile » africaine et sans la présence habituelle des chefs d’Etat africains. Pas de quoi revendiquer une grande rupture, sachant que les présidents avaient déjà été invités en mai dernier durant le Sommet sur le financement des économies africaines.

« Si le sommet de Montpellier nous embarrasse tant, c’est aussi parce qu’il nous met brutalement en face de cette cruelle vérité. Que Macron ait cru pouvoir décider tout seul du jour, du lieu, des modalités et des acteurs de la joute verbale à venir est la preuve qu’il tient pour quantité négligeable des intellectuels africains francophones qui ne lui ont jamais fait ombrage. C’est Achille Mbembe lui-même qui rapporte avec une surprenante candeur cette audience à l’Élysée au cours de laquelle son illustre hôte se fait presque suppliant : « On ne me met pas assez la pression ! Mettez-moi la pression ! » En somme, c’est le maître qui se plaint que l’esclave ne râle pas assez... ». C’est ainsi en tout cas que Boubacar Boris Diop explique la manœuvre macronienne de l’exercice de com et de joute verbale qui aura avant tout eu pour objectif une re-légitimation de la France. Inviter des faiseurs d’opinion voire « dompter » des intellectuels comme Mbembe avait avant tout pour objectif pour la France de remettre de l’ordre dans la fourmilière après plusieurs années de la montée des questionnements de la place de la France en Afrique, notamment au Sénégal et au Tchad plus récemment.

Pas grand-chose de nouveau sous le soleil quand on regarde les résultats de ce sommet : la France continuera d’adouber ses dictateurs laquais, de maintenir les économies de la zone franc dans la soumission du Franc CFA (faussement réformé) et de la main mise monétaire et d’intervenir militairement pour défendre ses intérêts politiques et économiques. Comme l’indique Survie, l’une des associations à l’initiative du Contre-Sommet, « tout s’est passé comme prévu pour l’Elysée […] Après les précédentes annonces de « rupture » (avec Nicolas Sarkozy, puis François Hollande), celle de ces jours-ci innove peut-être dans la forme, mais l’écran de fumée aura tôt fait de se dissiper. »

Un contre-sommet anti-impérialiste réprimé mais réussi

Organisé par plusieurs organisations anti Françafrique comme Survie, la Marche des Solidarités, Attac, la Carmagnole, les Amis du Monde Diplo et soutenu par de nombreuses organisations syndicales et politiques, le contre-sommet revêtait plusieurs objectifs : « Le contre-sommet Afrique-France a pour principal objectif de mettre en lumière la continuité de la politique française sur le continent africain, par-delà les ravalements de façade entrepris récemment par l’Elysée. À travers une analyse des volets économiques, militaires et anti-migrant.e.s de cette politique, ces rendez-vous montreront en effet que la politique de la France vis-à-vis de l’Afrique n’a pas plus changé de cap durant le quinquennat d’Emmanuel Macron que durant celui de ses prédécesseurs, qui revendiquaient pourtant aussi une « rupture » avec la Françafrique, trop vite résumée au « Foccartisme » ».

L’organisation a cependant été durement touchée par la répression de Macron et du préfet, à travers l’arrestation jeudi après-midi de plusieurs militants sans-papiers venus de Paris pour débattre et manifester contre le Sommet macronien. Un scandale grave qui montre le vrai visage de la « refondation » de la Françafrique pour Macron : une opération de com sur la « société civile » des entrepreneurs, pendant que les flics de l’Hérault répriment les sans-papiers venus dénoncer la manœuvre.

Au long des conférences et débats organisés par les membres du Contre-Sommet, des sujets tels que la domination monétaire du CFA, la présence militaire de la France au Sahel ou encore l’assassinat de Thomas Sankara ont été abordés.

Une façon de s’armer en tant que militants anti-impérialistes et internationalistes d’outils nécessaires à la compréhension de la domination française des pays d’Afrique, ex-colonies ou non et des tensions qui traversent une région où la lutte contre les dictateurs adoubés par Macron (au Tchad) ou contre les grandes entreprises françaises comme au Sénégal.

L’un des débats touchait notamment à la question de la place du Franc CFA dans la zone Franc qui concerne 14 pays sous domination française. Fanny Pigeaud, journaliste et membre des Amis du monde diplo était présente pour revenir sur les différents mécanismes qui constituent la domination monétaire de la France. A travers l’illusion de la « garantie » du CFA par la France, l’outil monétaire sert avant tout à asservir la politique monétaire et économique des pays africains et à les maintenir dans des échanges qui ne servent qu’aux élites africaines et aux grandes entreprises françaises.

De son côté, Raphaël Granvaud, militant membre de Survie et auteur du livre Areva en Afrique : une face cachée du nucléaire français aura à son tour participé à un débat sur la présence militaire de la France au Sahel pour avant tout rappeler une donnée essentielle : aucune intervention de la France, quelle qu’elle soit n’a d’objectif humanitaire. De Serval à Barkhane en passant par les 47 autres interventions militaires ayant eu lieu entre 1957 et 2008 dénombrées par l’auteur dans la région, la France a toujours eu pour principal objectif la défense de ses intérêts dans sa zone d’influence historique.

Des débats essentiels animés par les membres des différentes organisations présentes ainsi que par de nombreux membres des diasporas africaines d’opposition aux gouvernements soutenus par Emmanuel Macron. Nous avons-nous même avec Révolution Permanente participé à ses débats et ses discussions.

Les débats ont été suivis d’une manifestation importante dans les rues de Montpellier parvenant à mobiliser près de 1000 personnes dans la rue pour une manifestation anti-impérialiste.

L’initiative des militants ayant organisé ce contre-sommet est donc une réussite et aura porté des débats salutaires pour la construction d’un véritable combat anti-impérialiste en France et contre la Françafrique. Elle démontre avant tout l’importance pour tout courant anti-impérialiste et plus particulièrement pour les révolutionnaires de porter un véritable discours de rupture avec l’impérialisme français et la Françafrique, contre le maintien du Franc CFA (sous toutes les réformes qu’elles soient), le maintien des troupes françaises en Afrique et des dettes souveraines mais aussi pour la construction d’une véritable lutte contre les entreprises françaises qui vivent de l’exploitation de millions de travailleurs africains, comme Bolloré ou Castel, géant français de l’industrie de la boisson en Afrique. C’est notamment ce que nous porterons avec la campagne présidentielle d’Anasse Kazib, afin de porter un véritable discours de rupture avec l’impérialisme français, basé sur les forces des travailleurs et travailleuses et des classes populaires françaises et africaines pour lutter contre l’impérialisme mortifère de la France et de toutes les grandes puissances.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com