http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
29 de novembre de 2021 Twitter Faceboock

Darmanin et Dupond-Moretti mentent
Tentes de migrants lacérées par la police : Darmanin et Dupond-Moretti mentent sur leur politique criminelle
Adrien Belarc

Suite à la mort de 27 personnes migrantes dans la Manche la semaine, Dupond-Moretti et Darmanin sont intervenus aux micros des journalistes pour défendre le bilan de l’État et de sa police en matière de politique migratoire. Quitte à mentir ouvertement sur les violences faites aux migrantes et aux migrants.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Tentes-de-migrants-lacerees-par-la-police-Darmanin-et-Dupond-Moretti-mentent-sur-leur-politique

[AFP/François Lo Presti]

La semaine dernière, la noyade d’au moins 27 migrantes et migrants dans la Manche a mis un coup de projecteur sur les conséquences de la politique migratoire ultra-répressive de la France et de l’Union européenne. Un drame face auquel le gouvernement a commencé par chercher à se dédouaner, tout en défendant sa politique criminelle. Samedi dernier, le Garde des Sceaux a ainsi fait un passage remarqué sur France 5 dans l’émission C l’hebdo où il réagissait à l’accusation des journalistes sur la répression des migrants à la frontière avec l’Angleterre. Il a déclaré à cette occasion : « Je veux vous dire que le gouvernement, naturellement, n’a aucune posture hostile en ce sens que l’on permettrait impunément - rendez-vous compte ! - de lacérer des tentes, et même qu’on l’encouragerait et qu’on ne distribuerait pas de vivres à ces migrants... »

Lors de ce bout d’émission, Dupond-Moretti s’est mis en scène : « Je ne peux pas me résoudre à laisse des gens mourir de froid ». Une fois interrogé par les journalistes sur les lacérations de tente et sur les évacuations violentes qu’opéraient la police depuis plusieurs années à Calais, il n’a pas hésité à couper la parole ses interlocuteurs pour dédouaner la responsabilité de l’Etat et de sa police, qui serait sujette à « un certain nombre de dysfonctionnements », impuissants face à « des drames inexplicables ».

Dimanche, c’est Gérald Darmanin qui s’est exprimé à l’issue d’une réunion intergouvernementale de crie à Calais, expliquant que les personnes sauvées étaient « relogées » et nourries. Il a ensuite affirmé à propos d’images que : « ce qu’on a pas vu c’est que les migrants utilisaient les bébés et menaçaient de les jeter d’une eau à quelques degrés, sur un moteur, si jamais ils venaient les interpeller. » Ce lundi, au micro de BFMTV, il est également venu en appui aux déclarations de son collègue. « Ce ne sont pas les policiers et les gendarmes qui prennent des cutters et qui lacèrent les tentes » a-t-il notamment expliqué, pointant la responsabilité d’une « société privée » avant d’expliquer que « les policiers et les gendarmes à Calais sauvent des vies ».

Darmanin a d’ailleurs profiter de son passage antenne pour tacler le gouvernement britannique en leur attribuant la seule responsabilité de la crise migratoire qu’il nomme à dessein la « question anglaise ». Il faut tout de même rappeler que ces déclarations existent sur fond de tension avec l’Angleterre où la France joue un rôle actif en excluant des dernières réunions Priti Patel, son homologue d’Outre-Manche.

Face aux violences policières contre les migrant.e.s, le gouvernement ment

Plusieurs réactions se sont faites entendre depuis samedi dernier suite aux déclarations de Dupond-Moretti, notamment d’associations s’occupant de l’accueil des migrants comme c’est le cas de Manuel Domergue de la Fondation Abbé Pierre :

C’est aussi le cas d’associations d’aide aux personnes migrant.e.s Utopia56 qui a démenti les déclarations du premier ministre sur les actions menées par le gouvernement français sur l’accueil et le relogement des personnes naufragées.

Ils ne sont pas les seuls à dénoncer la farce mis en scène par les deux ministres. Dans un fil twitter, le compte Human Rights Observers revient sur ce fameux bilan positit et expose les mensonges de Darmanin vidéo à l’appui en montrant les opérations de la police à la frontière qui sont accompagnés d’officiers de « démantelement » munie d’un couteau pour lacérer des tentes alors que des personnes se trouvent toujours à l’intérieur. Et comme le montre une vidéo de 2018 qui relate ces mêmes faits, les expulsions violentes et inhumaines des personnes migrantes ne datent pas de ces derniers jours.

Comme nous l’avons écrit le 17 novembre dernier, des camps comme celui de Grande-Synthe sont les cibles d’une augmentation du nombre de démantèlements ultra-violents depuis le début de l’année. En septembre dernier, ce sont 800 migrants qui ont été évacués dans cette ville. Le 13 octobre, ce sont 1000 personnes qui ont été évacuées.

Ce n’est pas la seule ville dans ce cas. A Calais, les migrant.e.s subissent un harcèlement policier permanent dénoncé par les associations sur place. Les policiers font preuve d’un acharnement en les évacuant, détruisant leurs habitations de fortune et les forçant à se regrouper dans des centres d’accueils qui ne sont souvent pas destinés à accueillir autant de monde comme ça a été le cas des 1.400 personnes chassés par la police début novembre.

De plus, selon les chiffres de l’OMCT, ce sont 1.146 personnes qui ont perdu la vie dans la mer Méditerranée durant la première moitié de 2021, ils insistent en rajoutant que plus de 40.000 personnes se sont noyées depuis 2014. Concernant la Manche, ce sont environ 31500 personnes qui auraient quitté les côtes françaises pour se rendre en Angleterre dans des conditions majoritairement désastreuses.

Pour l’accueil des migrant.e.s et la régularisation de tous les sans-papiers !

Alors que les tensions entre l’Angleterre et l’Union Européenne continuent de s’accentuer dans un « combat de coq » xénophobe et anti-migratoire, les conditions désastreuses dans lesquelles survivent les migrant.e.s dans les camps ainsi que les dangers que posent une traversée de la Manche dans des embarcations de fortunes imposent des mesures d’urgences !

Contre l’Europe des barbelés, les organisations politiques et syndicales de gauche doivent se positionner pour l’ouverture des frontières, ainsi que la régularisation immédiate de l’ensemble des sans-papiers. Aussi, la réquisition des logements vides est une nécessiter pour reloger dans des conditions dignes les personnes migrantes.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com