http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
6 de décembre de 2021 Twitter Faceboock

« Zemmour casse-toi ! »
Paris. Plusieurs milliers de manifestants contre Zemmour et les idées d’extrême-droite le jour de son meeting
Yann Olivier

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris ce dimanche à l’appel de différentes organisations antifascistes et du mouvement ouvrier contre la candidature d’Éric Zemmour et la montée des idées d’extrême-droite.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Paris-Plusieurs-milliers-de-manifestants-contre-Zemmour-et-les-idees-d-extreme-droite-le-jour-de

Crédit photo : SAMEER AL-DOUMY/AFP

Ce dimanche 5 décembre, Eric Zemmour tenait son premier meeting après s’être officiellement déclaré candidat aux élections présidentielles de 2022 il y a quelques jours. D’abord prévu au Zénith de Paris, le meeting a été déplacé à Villepinte après un appel à manifester contre sa tenue par des dizaines d’organisations politiques, associatives et du mouvement ouvrier.

Partant du quartier de Barbès, plusieurs milliers de manifestants ont donc manifesté ce dimanche contre le meeting de Zemmour et les idées d’extrême-droite, répondant à l’appel d’au moins 64 organisations parmi lesquelles la CGT, Solidaires, la Jeune Garde, la Coordination des sans-papiers de Paris, Act-Up, l’UCL, la FSE, etc.

«  Ils veulent la division entre les français et les immigrés. On est visés par les Zemmour, les Marine Le Pen, les Pécresse. Mais on ne va pas les laisser nous détruire, on va rester debout  » a expliqué Ahamada du Collectif des sans-papiers de Montreuil au micro de Révolution Permanente.

Entre slogans et pancartes la manifestation s’est déroulée dans une ambiance combative et déterminée contre la venue de Zemmour à Paris. Derrière la banderole de tête, sur laquelle était inscrit «  Paris fera taire l’extrême droite  » les slogans ont fusé : «  Zemmour casse-toi, Paris n’est pas à toi  ».

La manifestation a pris fin devant le Zénith au parc de la Villette, où Zemmour avait initialement prévu de tenir son meeting, avant que la pression de la mobilisation ne le force à fuir à Villepinte. Là-bas, quelques centaines de personnes étaient également mobilisées pour tenter de s’opposer à la tenue du meeting. Celles-ci ont fait face à une très violente répression policière, côte à côte avec des groupuscules d’extrême-droite. Au total, la police évoque pas moins de 62 interpellations à l’issue de charges violentes dont a témoigné le journaliste indépendant Piotrovski : « La police charge, frappe, crie, aboie bref la police est en roue libre. La BRAV tourne autour des manifestants antifa, l’ambiance est très angoissante, à tout moment ils pouvaient nous sauter dessus. »

Dans le même temps, dans l’enceinte du meeting, des militants de SOS Racisme ont été tabassés par des dizaines de partisans de Zemmour pour avoir porté des t-shirts disant « Non au racisme ».

Une police qui a donc été mobilisée en nombre pour défendre Éric Zemmour et la violence de ses partisans d’extrême-droite à Villepinte, et qui avait carte blanche pour réprimer et terroriser ceux qui se sont opposés à la tenue du meeting du candidat raciste.

«  C’est le gouvernement qui est responsable de la montée de Zemmour et de l’extrême-droite  »

Si la candidature de Zemmour à la présidentielle est porteuse des idées les plus réactionnaires, racistes, sexistes et misogynes, les manifestants ont également insisté sur la nécessité de ne pas oublier le rôle joué par l’ensemble des forces politiques dans le développement de ces discours réactionnaires. Et Pour cause, le gouvernement et la droite, en lançant des offensives sécuritaires et islamophobes, ont fait le lit aux idées que porte le polémiste d’extrême-droite. Toute comme une partie de la gauche institutionnelle, qui contribue à légitimer les thématiques xénophobes de la sécurité et de l’immigration en participant aux manifestations des syndicats de police ou en stigmatisant les sans-papiers.

À ce titre Ariane, militante de Révolution Permanente affirmait dimanche : «  C’est le gouvernement qui est responsable de la montée de Zemmour et de l’extrême-droite. C’est Darmanin, Blanquer et Schiappa qui ont commencé à parler d’islamo-gauchisme, de wokisme  »

Si la mobilisation de dimanche était finalement plus réduite que prévue, à Barbès comme à Villepinte, avec des difficultés alimentées par le changement de lieu et les divisions sur la tactique à adopter, il est essentiel de continuer à construire des mobilisations dans la rues pour s’opposer à l’extrême-droite mais aussi au gouvernement et à l’ensemble de ceux qui relaient les discours réactionnaires.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com