http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
8 de décembre de 2021 Twitter Faceboock

Crise sanitaire
Plus de 61 000 cas en 24h : le gouvernement fait l’autruche, il nous faut un plan d’urgence !
Irena Mathilde

Alors que les contaminations connaissent un bond, avec un chiffre de 61 340 nouveaux cas positifs en 24h, le gouvernement continue de faire l’autruche. Plus que jamais et face à la cinquième vague, il faut des moyens dans l’hôpital public !

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Plus-de-61-000-cas-en-24h-le-gouvernement-fait-l-autruche-il-nous-faut-un-plan-d-urgence

Crédits photo : Martin BUREAU / AFP

Ce mercredi, Santé Publique France a recensé 61 340 nouveaux cas positifs durant les dernières 24 heures. Un saut important dans la situation sanitaire, comparé aux 49 610 cas recensés mercredi dernier. « La tension hospitalière s’est accentuée depuis plusieurs jours avec actuellement 1188 patients Covid-19 en hospitalisation conventionnelle (530 fin octobre) et 505 en soins critiques (265 fin octobre) » écrit l’ARS d’Île-de-France dans un communiqué. Selon Le Figaro, le taux d’incidence, lui, est monté à 446 cas pour 100 000 habitants, contre 300 mercredi dernier. Le nombre d’hospitalisations, lui, est monté à 13 044.

C’est dans ce contexte que, dans plusieurs régions, l’ARS a décidé de réactiver le plan blanc, une mesure d’urgence consistant à mobiliser l’ensemble des moyens à disposition dans des moments d’afflux de patients pour augmenter les capacités d’accueil. En Île-de-France, à Lyon, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, aux Pays de la Loire ou encore en Occitanie, les soignants sont à nouveau sollicités en branle-bas de combat et doivent déprogrammer certaines opérations non-urgentes pour faire face à la hausse des contaminations. Dans les Hauts-de-France, l’ARS a ainsi ordonné aux hôpitaux de déployer 114 lits de réanimation supplémentaires. Dans le même temps, l’ARS Île-de-France a également décidé de réactiver la cellule régionale « d’appui aux transferts intra-régionaux de malades en soins critiques ainsi que la cellule de renforts RH et la cellule régionale de gestion des lits afin d’appuyer les établissements dans la gestion des flux de patients. »

Pourtant, la mise en place de ces plans blancs risque bien de rencontrer des obstacles, et en premier lieu le manque de moyens, de lits et de personnels. Ainsi, en Occitanie, selon l’ARS, le taux d’occupation des lits de réanimation est de « 92% et même 100% dans plusieurs départements. » Pour faire face à ce manque de moyens, l’ARS a lancé un appel à tous les professionnels de santé volontaires de la région pour venir en aide aux soignants à l’hôpital. Une fois de plus, la gestion de la crise repose sur les soignants à l’hôpital, déjà épuisés par les quatre vagues précédentes, et sur le volontarisme de la population.

Alors que le gouvernement continue de fermer les yeux et de mener la politique du MEDEF, refusant de revenir sur la non-gratuité des tests, il est plus que jamais essentiel de se mobiliser pour imposer un plan sanitaire à la hauteur de la situation. Un plan qui réponde à la nécessité impérieuse de briser les chaînes de contamination, et ce en imposant la gratuité des tests, mesure essentielle pour endiguer l’envolée des cas, mais qui passe plus largement par l’injection de moyens dans l’hôpital public, des embauches massives et l’augmentation des salaires des soignants, en première ligne depuis le début de la crise.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com