http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
18 de juin de 2022 Twitter Faceboock

Violences islamophobes
Islamophobie. Une élève menacée et humiliée avant une épreuve du bac parce qu’elle porte le voile
Mélanie Florch

Alors qu’elle passait son bac au lycée Charlemagne à Paris, une élève a été prise à partie et empêchée de pénétrer dans l’établissement. Elle n’a pu se présenter à son épreuve qu’avec du retard, alors même qu’elle avait retiré son voile. Une violence islamophobe dont témoignent des élèves et personnels pour Révolution Permanente.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Islamophobie-Une-eleve-menacee-et-humiliee-avant-une-epreuve-du-bac-parce-qu-elle-porte-le-voile

Crédits photo : AFP - FRANÇOIS GUILLOT

Alors qu’elle se présentait à son centre d’examen pour composer son épreuve du baccalauréat de français, Sarah* a été violemment prise à partie et empêchée de pénétrer dans l’établissement parce qu’elle porte le voile. Élève de première dans un autre lycée parisien, elle porte le voile au quotidien mais s’est toujours conformée à la loi qui lui interdit de le porter dans son établissement pendant le temps scolaire.

C’est pourtant à une humiliation publique et à des menaces qu’elle a été confrontée, allant jusqu’à l’empêcher de démarrer son épreuve à l’heure, alors même qu’elle avait retiré son voile.

Sarah* et plusieurs membres du personnel ont accepté de témoigner pour Révolution Permanente. L’élève explique ainsi avoir été prise à partie par une CPE du lycée avant même de franchir le pas de la porte du lycée, où s’opérait un contrôle des convocations des élèves venus passer le baccalauréat. 
 
« Elle m’a tout de suite dit "retire ton truc sur ta tête" », raconte Sarah*. « Je me suis alors tout de suite exécutée. Mais elle a commencé à me parler violemment devant tout le monde et m’a mise de côté tandis qu’elle laissait passer tous les autres élèves. On m’a dirigée dans les bureaux de l’administration du lycée et décrit comme si j’étais un monstre, racontant que j’avais enfoncé la porte et forcé pour porter mon voile ».

Et ce n’est qu’après de longues minutes d’attente que Sarah* peut enfin accéder à sa salle d’épreuve, avec du retard et après avoir reçu des menaces. « À ce moment-là j’ai fondu en larmes, j’étais complètement bouleversée, et en retard sur mon épreuve. Mentalement, je pensais juste à toutes les répercussions que je pouvais avoir », se souvient-elle.

Victor* et Mathias* personnels du lycée ont été choqués par la violence de la scène à l’encontre de cette jeune lycéenne. « J’essayais de calmer [la situation], d’expliquer qu’elle avait retiré son voile et que c’était lui mettre une pression énorme le jour de son épreuve », « il y avait un niveau d’intensité qu’on avait jamais vu, à tel point qu’une commerçante de la rue s’en est mêlée » raconte Mathias. « C’était vraiment de l’acharnement contre l’élève », abonde Victor.

Sarah souligne : « J’étais traitée comme une malpropre, voir comme un animal, personne n’a essayé de m’expliquer la situation. » . Elle ajoute : « Je n’ai reçu aucune excuse. Je pense qu’ils ont essayé d’étouffer l’affaire en croyant que je n’allais avoir aucune séquelles. ».

« C’était humiliant. J’ai été directement prise pour cible, réduite à mes convictions religieuses et à mes origines maghrébines. [...] Et je ne pense pas que je suis la première ni que je serai la dernière malheureusement », déplore-t-elle. Pour dénoncer l’agression subie par Sarah , une lycéenne a publié un thread sur Twitter relatant les faits. Plusieurs lycéennes et lycéens ont d’ailleurs commenté sous le thread avoir subi eux aussi – au lycée Charlemagne ou dans d’autres établissement – des réflexions racistes et/ou islamophobes.

Cet acte islamophobe, loin d’être isolé, est une expression de l’offensive idéologique réactionnaire et islamophobe dont Blanquer a été le fer de lance dans l’éducation, à coups de dénonciations en « islamo-gauchisme », de lutte contre le « wokisme » et d’une politique ultra répressive. Dernière polémique en date, l’offensive actuelle contre la soi-disant « épidémie de tenues islamiques » à l’école contribue à approfondir ces violences islamophobes. « Ce comportement est assez symptomatique de la politique de Blanquer et de l’islamophobie dans l’éducation nationale », confirme Victor*.

Selon Clara*, personnel du lycée, ce n’est pas la première fois que des comportements islamophobes ont lieu dans le lycée. Elle se souvient en effet qu’une élève s’était déjà fait conditionner son entrée dans le lycée au retrait de son bandeau de 5 cm dans les cheveux, par un autre CPE. « Quand je l’ai interpellé, il s’est justifié en disant que comme elle était musulmane -retirant habituellement son voile à l’entrée du lycée, elle le cherchait bien ».

Sarah l’exprime elle aussi dans son témoignage : « Je pense que ce qui m’est arrivé n’est pas sans lien avec le gouvernement actuel qui a mené des attaques à l’encontre des femmes musulmanes notamment contre le port du voile, soi-disant pour la liberté des femmes mais en réalité la freinant complètement, et en imposant un non-choix. [Des attaques] qui sont contre la liberté des femmes en général, je pense notamment à la campagne sur les crop tops des jeunes filles. C’est ça qu’on subit quand on est lycéenne, quand on s’habille "trop court" on est prises pour cible et quand on est « trop couvertes » on est radicalistes ou islamistes. »

Le thread sur l’agression subie par Sarah s’est vu largement repartagé et soutenu, mais aussi l’objet d’une campagne de la part de la fachosphère sur Twitter ; il a notamment été relayé sur le site d’extrême droite FdeSouche. Un raz-de-marée réactionnaire à l’image de celui suite au post de prévention sur la canicule de la Croix-Rouge il y a quelques jours, sur lequel le dessin d’un femme voilée buvant de l’eau a provoqué une avalanche de commentaires islamophobes et racistes.

Nous réaffirmons le droit élémentaire aux femmes et aux jeunes filles à disposer de leur corps comme elles l’entendent, que celui ci ne soit pas un sujet de débats politiques réactionnaire constant. Aussi trop couverte ou pas assez c’est à nous de décider !
 
Solidarité avec Sarah face à cette vague de haine qu’elle subit de la part de l’extrême droite !
 
*les prénoms ont été modifiés

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com