http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
11 de juillet de 2022 Twitter Faceboock

Analyse internationale
Interview. Crise économique et lutte des classes : comprendre le soulèvement au Sri Lanka
Ahilan Kadirgamar

Les images de l’envahissement du Palais présidentiel à Colombo samedi ont fait connaître dans le monde entier l’important processus de lutte de classes en cours au Sri Lanka. Dans cette longue interview publiée dans International Socialist Journal, Ahilan Kadirgamar, sociologue sri-lankais, offre de nombreuse clés de compréhension des mobilisations en cours.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Interview-Crise-economique-et-lutte-des-classes-comprendre-le-soulevement-au-Sri-Lanka

Nous relayons cette interview, réalisée fin avril 2022, et parue en juin dans le numéro 175 de l’International Socialist Journal, la revue théorique du Socialist Workers Party anglais. Les positions exprimées ne reflètent pas nécessairement celles de Révolution Permanente.

Le Sri Lanka traverse sa pire crise économique et politique en près de 75 ans d’indépendance. Alors que les réserves de devises étrangères sont presque épuisées, que les remboursements de la dette montent en flèche et que la valeur de la roupie s’effondre, les dirigeants du pays ont été contraints de s’en remettre au Fonds monétaire international. Pour les gens ordinaires, il y a des pénuries de toutes sortes de produits de base, des coupures de courant régulières qui peuvent durer plus de 12 heures et d’énormes augmentations de prix, y compris pour les aliments de base et les médicaments.

Les manifestations quotidiennes visant le régime du président Gotabaya Rajapaksa, et toute la dynastie familiale qu’il dirige, ont commencé parmi les classes moyennes avec le hashtag populaire #gotamustgo. Ils se sont maintenant étendus à de larges sections de la classe ouvrière et des pauvres. L’État y voit une menace importante et a intensifié la répression, utilisant la police armée pour disperser les manifestations, même pacifiques, et tirer à balles réelles sur ceux qui refusent de quitter les rues. Début mai, le premier ministre Mahinda Rajapaksa, qui est également le frère de Gotabaya, a été contraint de démissionner après une journée de violence qui a fait cinq morts et a été marquée par des attaques généralisées contre des propriétés liées au parti au pouvoir. Des coups de feu ont été tirés depuis l’intérieur de sa résidence officielle alors que des milliers de manifestants ont bravé l’état d’urgence et le couvre-feu de la police pour franchir la porte principale et incendier un camion stationné. Dans un autre événement, un député a tiré sur deux personnes, tuant un homme de 27 ans, avant d’être lui-même retrouvé mort. La vague de protestations a conduit l’ancien premier ministre Ranil Wickremesinghe à décrire le mouvement comme semblable au « Printemps arabe ». Alors que les bouleversements commençaient à s’accélérer en avril, il a déclaré : « Je n’ai jamais vu ce type de scènes auparavant. J’ai vu des émeutes, j’ai vu des combats et j’ai vu des grèves. C’est différent. C’est une explosion de colère et de souffrance... Tout le système est en train de s’effondrer ».

Wickremesinghe, de retour au poste de Premier ministre pour son cinquième mandat, tente désespérément de mettre en place un cabinet qui pourrait résister à la prochaine vague de crise - qui émergera certainement d’un nouveau cycle d’austérité motivé par les exigences du FMI et de la Banque centrale du Sri Lanka. Mais la plupart des partis politiques sont bien conscients que le mouvement de protestation n’est pas encore arrivé à son terme et veulent éviter d’être ternis en rejoignant la nouvelle administration. Il y a aussi la question de savoir ce qu’il faut faire du dernier Rajapaksa - le président - qui, à l’heure où nous écrivons ces lignes, est complètement diminué mais reste en fonction.

Yuri Prasad a interviewé Ahilan Kadirgamar à la fin du mois d’avril 2022. Kadirgamar est maître de conférences en sociologie à l’Université de Jaffna au Sri Lanka, et a récemment été nommé vice-président national de la Fédération des associations de professeurs d’université.

Yuri Prasad : Pouvez-vous décrire la crise politique et économique au Sri Lanka et le mouvement de protestation qui s’est levé en réponse ?

Ahilan Kadirgamar : Des milliers de personnes manifestent quotidiennement dans les rues, principalement contre les difficultés économiques, mais aussi pour s’opposer au régime de Rajapaksa au pouvoir. L’économie est en chute libre, et c’est ce qui préoccupe le plus les gens alors que les manifestations se multiplient. Actuellement, il y a des pénuries de la plupart des produits essentiels. On manque de tout, du carburant à la nourriture en passant par le lait en poudre, et les importations sont affectées de manière considérable. En outre, les salaires des personnes chutent, en particulier ceux des travailleurs journaliers.

La nature généralisée des mobilisations et le sentiment de la population contrastent fortement avec la situation d’il y a deux ans et demi, lorsque Gotabaya Rajapaksa a remporté l’élection présidentielle avec une victoire écrasante en novembre 2019. Aujourd’hui, il est complètement délégitimé et fait face à un appel populaire à ce que toute la dynastie Rajapaksa « rentre à la maison ! ». Il y a une énergie et un sentiment semblables à ceux du Printemps arabe. Mais, bien sûr, cela soulève des questions pour nous. Dans quelle mesure ce sentiment est-il organisé ? Jusqu’où peut-il aller au-delà de l’appel à la destitution des Rajapaksa ? Et que se passera-t-il ensuite ?

Depuis que Rajapaksa a été élu, il a renforcé sa position. Il a militarisé l’administration civile en nommant d’anciens généraux à sa tête et a nommé ses secrétaires triés sur le volet dans divers ministères. Malgré la pandémie de Covid-19, le régime est allé de l’avant avec les élections parlementaires de 2020 et a mobilisé sa base sociale, en utilisant une forte rhétorique anti-musulmane. Après avoir remporté ces élections, il a ensuite cherché à consolider davantage le pouvoir du président. Le Sri Lanka dispose déjà d’une présidence exécutive très puissante, mais Rajapaksa a introduit un amendement constitutionnel qui étend son pouvoir en mobilisant sa majorité des deux tiers au Parlement. Le projet de loi sur la ville portuaire de Colombo, qui s’inscrit dans le cadre d’une tentative de création d’un centre financier pour les banques offshore et autres, a ensuite été adopté. Ce type de financiarisation a constitué une grande partie de l’agenda du régime.

Cependant, tout au long de la première année et demie de mandat de Rajapaksa, la résistance avait déjà commencé à augmenter, se nourrissant de la décision du gouvernement d’ignorer complètement la souffrance de la population. La pandémie nous a frappés quatre ou cinq mois après l’arrivée au pouvoir de Rajapaksa. Si vous regardez les données pour 2020, le Sri Lanka a dépensé environ seulement 0,8 % de son PIB pour lutter contre le Covid-19, alors que de nombreux autres pays d’Asie du Sud ont dépensé entre 1,5 et 2,5 %. La population a été négligée.

Les manifestations silencieuses se sont multipliées ; la plupart des gens ne manifestaient pas leur mécontentement, mais on sentait qu’ils n’étaient pas satisfaits du gouvernement. Parfois, même l’armée, qui avait pour mission de distribuer des vaccins et de mettre en place des mesures de confinement au plus fort de la crise, a dû faire face à la colère des habitants des zones rurales. La tension montait dans la société et a finalement explosé lorsque le gouvernement a tenté de faire passer le projet de loi sur l’université de défense nationale de Kotelawala. Au Sri Lanka, toutes les universités sont des universités d’État, mais ce projet de loi introduisait une université militaire payante, menaçant ainsi à la fois de militarisation et de privatisation du système éducatif. Le syndicat des enseignants a pris la tête de l’opposition à cette nouvelle législation et d’autres syndicats se sont joints à la lutte. La force de l’opposition était telle que le gouvernement a abandonné le projet de loi, alors qu’il aurait pu l’adopter en utilisant sa majorité simple au parlement. Ainsi, divers facteurs ont créé une vague d’opposition sociale efficace au régime. Il y a environ huit mois, il était devenu évident que le gouvernement était délégitimé, et les dirigeants ont donc tenté de réagir en remaniant le cabinet.

Malheureusement, les commentateurs au Sri Lanka ne s’intéressent aujourd’hui qu’aux deux derniers mois de protestation et pas plus. Je dirais que la colère monte depuis un certain temps. Lentement, les gens se sont joints aux manifestations, et les classes moyennes ont également commencé à participer. C’est un grand changement car les classes moyennes sri-lankaises protestent rarement. En fait, elles se plaignent généralement des étudiants et des autres groupes qui manifestent, leur reprochant de perturber la circulation, etc. Mais les pénuries de produits vitaux ont fait sortir les classes moyennes. En raison du caractère généralisé du mouvement, d’autres groupes de personnes, notamment les travailleurs, se sentent encouragés à manifester également.

Jusqu’à il y a quelques mois, les syndicats n’étaient pas vraiment intervenus et n’avaient pas pris la tête du mouvement, si bien que ce sont surtout les jeunes qui se sont impliqués, et les protestations étaient quelque peu dépourvues de sens, au-delà de la revendication populaire « Gota Go Home ». Cependant, au cours des dernières semaines, les syndicats ont commencé à s’impliquer réellement. Le jeudi 28 avril, plus de 1 000 syndicats se sont mis en grève. Les manifestations du 1er mai de cette année sont un test de force pour les syndicats, et il est question d’une grande grève, semblable à une grève générale, le 6 mai. Tout cela montre que le mouvement syndical s’engage et soutient la jeunesse. [NdT : l’interview a été réalisée fin avril 2022]

L’entrée des syndicats pourrait donner au mouvement un plus grand degré de concentration, de stabilité et de direction. Ce qui m’inquiète, c’est que, si les manifestations n’ont pas une vision et une stratégie claires, elles risquent d’être détournées par diverses forces. Une question clé pour nous est : que se passera-t-il si nous réussissons et que Gota s’en va ? Que se passera-t-il ensuite ? Les syndicats ont un rôle absolument crucial à jouer dans la résolution de cette question.

YP : Les travailleurs des plantations, les ouvriers agricoles et les agriculteurs rejoignent-ils aussi le mouvement à ce stade ?

AK : Publiquement, pas encore. Jusqu’à présent, la lutte se déroule dans les zones urbaines, et je pense que cela s’explique en partie par le fait que les agriculteurs et les communautés de pêcheurs veulent une vision de la manière dont leurs préoccupations vont être traitées. Cela n’existe pas encore. C’est un autre exemple de la déconnexion entre la demande politique – « Gota Go Home ! » - et la réflexion du mouvement sur le type de trajectoire économique nécessaire. Cette déconnexion est un problème assez sérieux étant donné que l’énergie du mouvement provient de la crise économique. La plupart de ceux qui sont aux commandes pour faire face à la crise économique, comme les partis politiques d’opposition, sont pour la poursuite de la même voie que les Rajapaksas. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les négociations avec le FMI sur un accord de prêt et les mesures d’austérité du FMI, qui commencent déjà à être appliquées. Néanmoins, jusqu’à présent, il n’y a pas de critique de la direction que nous prenons sur le plan économique, même de la part des syndicats.

YP : Y a-t-il un signe d’émergence d’un leadership au sein du mouvement ?

AK : Ce ne sont pas seulement les Rajapaksas qui ont été discrédités - c’est en fait l’ensemble de l’establishment politique. C’est pourquoi les manifestants ont demandé aux politiciens de ne pas venir sur les principaux sites de mobilisation. Dans le même temps, les partis politiques mobilisent leurs bases sociales. Tant le principal parti d’opposition, Samagi Jana Balawegaya (Pouvoir populaire uni), que le parti d’extrême gauche Janatha Vimukthi Peramuna (JVP ; Front de libération du peuple) ont organisé de grandes manifestations ces derniers mois. Ils se préparent tous deux à des élections futures. Mais il n’y a pas de direction claire pour le mouvement de protestation de rue, en partie parce qu’il représente la réunion de différentes forces.

Aujourd’hui, la gauche est principalement concentrée dans les syndicats, car les partis politiques de « gauche » ont été discrédités par leur affiliation avec les Rajapaksas. C’est le cas notamment du Lanka Sama Samaja Party (Parti de la société égale du Sri Lanka) et du Parti communiste du Sri Lanka. Il existe une gauche forte parmi les étudiants, notamment autour du Frontline Socialist Party, qui s’est séparé du JVP il y a environ dix ans. Les étudiants ont toujours été militants, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles le Sri Lanka dispose toujours d’un enseignement gratuit, et ils ont récemment organisé une manifestation très sérieuse qui a encerclé la maison du premier ministre. Néanmoins, ils manquent de revendications et d’une voie claire à suivre et n’ont pas non plus réussi à proposer le type de programme nécessaire pour mettre fin à la crise.

YP : Qu’en est-il de la composition ethnique des protestations ? Cela fait longtemps qu’il n’y a pas eu de mouvement de protestation multiethnique au Sri Lanka. Est-ce que c’est ce que nous voyons maintenant ? Les manifestations rassemblent-elles la population cinghalaise majoritaire, la communauté tamoule opprimée et d’autres minorités ethniques et religieuses ?

AK : A Colombo, la communauté cinghalaise constitue la majorité des personnes mobilisées, ce qui n’est pas surprenant étant donné sa taille. Cependant, nous voyons également un nombre très important de musulmans s’impliquer. C’est important car les musulmans ont été dépeints comme l’ennemi au Sri Lanka au cours de la dernière décennie. Nous avons assisté à un discours islamophobe virulent ainsi qu’à des attaques physiques et même à des pogroms contre les musulmans. Il est donc très significatif qu’ils sortent, se joignent aux manifestations et travaillent ensemble avec les Cinghalais.

Certains jeunes Tamouls des collines, originaires des plantations de thé du centre du Sri Lanka, ont également rejoint le mouvement. Les Tamouls des collines descendent des travailleurs sous contrat amenés d’Inde au cours des deux derniers siècles. Cependant, les protestations au sein de la communauté tamoule du Sri Lanka, y compris dans les régions du nord du pays, ont été plus discrètes. Il y a des raisons à cela. Premièrement, ces régions ont connu un haut degré de militarisation depuis la fin de la guerre civile entre l’État sri-lankais et les Tigres de libération de l’Îlam tamoul en 2009, de sorte que seules les sections les plus organisées de la société protestent.

Deuxièmement, les nationalistes tamouls qui dominent la politique tamoule s’inquiètent des mouvements ayant un programme national et multiethnique, car ils ont toujours considéré la politique tamoule comme distincte des préoccupations nationales. Ainsi, les politiciens nationalistes tamouls demandent aux gens de ne pas participer aux manifestations. La faible participation des Tamouls résulte donc de l’expérience de la guerre et de la réticence subséquente à participer aux manifestations, ainsi que des positions idéologiques du nationalisme tamoul. Cependant, cela pourrait maintenant changer. Par exemple, mon lieu de travail, l’université de Jaffna, se trouve dans une ville à majorité tamoule, mais notre association d’enseignants et le personnel non académique ont organisé une manifestation. Au fur et à mesure que la crise s’aggrave, il est probable qu’il y ait une plus grande participation dans les régions du nord du pays.

YP : Comment la classe dirigeante réagit-elle au mouvement ?

AK : Le régime Rajapaksa a toujours compté sur sa base sociale - les bouddhistes nationalistes cinghalais et les anciens militaires - mais il a également essayé de se renforcer en s’alignant sur les partis de gauche et en cooptant les syndicats. Aujourd’hui, cette base s’est fissurée et le régime est très nerveux. Quelque chose de similaire s’est produit lors de leur précédent passage au pouvoir entre 2010 et 2015, lorsque les protestations syndicales ont commencé à augmenter. Ils savaient que s’ils essayaient d’écraser les manifestations, ils seraient confrontés à une réponse sociale beaucoup plus importante. De même, les Rajapaksas sont actuellement très prudents. Ils savent que les mobilisations exigent qu’ils soient poursuivis pour corruption, et c’est précisément la raison pour laquelle ils ne démissionneront pas. Ils savent également qu’ils n’ont plus le soutien de l’appareil d’État.

La classe dirigeante en général - l’élite des affaires, etc. - devient peu à peu plus critique à l’égard des Rajapaksas, mais le Sri Lanka ne dispose pas d’une classe capitaliste forte et indépendante comme c’est le cas, par exemple, en Inde. La classe dirigeante du Sri Lanka est en grande partie une classe capitaliste compradore qui n’a jamais vraiment pris le contrôle total du pouvoir de l’État pour servir les intérêts capitalistes. Au lieu de cela, elle s’est toujours contentée de négocier avec celui qui est au pouvoir. Ce n’est pas vraiment un problème pour eux à l’heure actuelle, car ils sont d’accord avec les politiques économiques menées par le gouvernement et avec l’accord proposé par le FMI. Cependant, si les manifestations prennent une tournure plus radicale sur le plan économique et soulèvent des exigences qui remettent en cause leurs intérêts, nous devrons alors attendre et voir s’ils sont prêts à accepter, par exemple, une amélioration de la protection sociale.

YP : Y a-t-il des précédents dans l’histoire du Sri Lanka en termes d’ampleur en comparaison avec le mouvement actuel ?

AK : Un parallèle historique avec le mouvement actuel au Sri Lanka est le grand « hartal » de 1953 - un terme utilisé pour décrire les grèves de masse et les manifestations de désobéissance civile dans le sous-continent indien - qui a eu lieu quelques années après l’indépendance vis-à-vis des Britanniques et à la fin de la guerre de Corée. La guerre avait entraîné un boom des prix du caoutchouc, ce qui avait grandement profité à l’industrie du caoutchouc sri-lankaise et permis au pays d’importer de la nourriture, qui était notre principale importation à l’époque. Mais, à la fin de la guerre, le Sri Lanka a connu une très grave crise de la balance des paiements, semblable à celle que nous connaissons actuellement. La Banque mondiale et la banque centrale sri-lankaise ont toutes deux recommandé au gouvernement de réduire sa subvention au riz, ce qu’il a fait, et les prix ont presque triplé du jour au lendemain, passant de 25 à 70 cents la mesure. Cela a donné lieu à ce qui a probablement été le plus grand mouvement de protestation de l’histoire du Sri Lanka. Le gouvernement a eu tellement peur qu’il a dû se réunir à bord d’un navire de guerre britannique. Le premier ministre a démissionné, déclenchant un changement politique et économique qui a éloigné le pays de l’Occident et l’a rapproché du mouvement des non-alignés. À l’époque, le Sri Lanka ne produisait que 25 % de son propre riz, qui est l’aliment de base, mais la crise a rapidement obligé le gouvernement à changer de politique. Au cours des 25 années suivantes, le Sri Lanka est devenu autosuffisant à 90 % en riz, même si la population a augmenté rapidement pendant cette période.

YP : Vous avez dit que les manifestations pourraient s’étendre à davantage de travailleurs et de syndicats, et donc devenir potentiellement plus radicales. Le régime ne risque-t-il pas de se tourner vers la droite dure ou l’armée pour reprendre le contrôle de la situation ?

AK : Je pense que nous sommes actuellement dans une crise longue et prolongée, et que les changements politiques peuvent également être longs et prolongés. Je crains que nous assistions à un basculement vers l’opposition libérale, dont les politiques sont également très néolibérales. S’ils devaient imposer des charges encore plus lourdes à la population, nous pourrions assister à un basculement vers la droite nationaliste dans un an ou deux. Cette fois, ce ne seront peut-être pas les Rajapaksas qui monteront au sommet, mais un autre démagogue populiste ou fasciste qui pourrait mobiliser les militaires et d’autres acteurs politiques chauvins.

YP : Quel sera, selon vous, l’impact probable de l’accord avec le FMI ? Va-t-il entraîner une nouvelle vague d’austérité ?

AK : Une nouvelle vague d’austérité a déjà commencé. Par exemple, le FMI a demandé que le cours de la roupie sri-lankaise soit flottant, ce qui a été fait. Cela a entraîné une dévaluation majeure, d’environ 200 roupies pour un dollar à environ 350 aujourd’hui. L’augmentation conséquente du coût des importations a été répercutée sur le consommateur. Le résultat est que les prix de l’essence ont doublé, le prix du pain a doublé, le gaz de cuisine GPL a presque triplé. Le FMI a demandé que l’inflation soit contrôlée en augmentant les taux d’intérêt, ce que le gouvernement a fait - il les a plus que doublés pour atteindre 14 % au cours du dernier mois et demi et, ce faisant, il a limité le crédit disponible pour les agriculteurs. L’actif de secours des ruraux et de la classe ouvrière urbaine, ce sont leurs bijoux en or, et les taux d’intérêt sur les biens mis en gage sont passés à 25 %. Il va donc y avoir une dépossession à grande échelle, les gens ne pouvant plus cultiver et perdant leurs bijoux en gage. Le gouvernement a clairement indiqué qu’il souhaitait équilibrer le budget de l’État en réduisant les dépenses et en recourant aux impôts, ce qui impliquera très probablement une augmentation des impôts indirects, notamment des taxes sur les achats telles que la TVA. Cela fera à nouveau peser davantage de charges sur les travailleurs et les pauvres. La voie est déjà tracée ; le secrétaire au Trésor a envoyé des circulaires demandant à tous les départements gouvernementaux d’arrêter immédiatement toutes sortes de projets publics et de réduire les subventions là où c’est possible.

YP : Qu’en est-il de la rivalité entre la Chine et l’Inde pour dominer économiquement le Sri Lanka ?

AK : Au cours de la dernière décennie, le Sri Lanka a été un pion dans le jeu géopolitique, et je pense donc qu’il est important de garder à l’esprit une perspective d’économie politique mondiale. Beaucoup de gens désignent l’Inde et la Chine comme les principaux acteurs externes du Sri Lanka, mais je dirais que l’Occident est un acteur tout aussi important. Oui, il y a eu des investissements chinois à grande échelle, mais aussi des investissements indiens. En outre, c’est principalement par le biais du levier économique que se joue la géopolitique. Cependant, les marchés financiers internationaux ont joué un rôle similaire en piégeant le Sri Lanka dans un maillage d’emprunts commerciaux. Environ 60 à 70% de nos exportations sont destinées à l’Europe et aux États-Unis, ce qui donne à l’Occident un moyen de pression, notamment en raison de ses accords commerciaux préférentiels. De nombreux commentateurs grand public ne cessent de parler d’un « piège de la dette chinoise », mais si vous examinez la dette extérieure du Sri Lanka, vous constatez que seuls 10 % de celle-ci sont dus à la Chine. De même, environ 10 % de la dette est due au Japon. Cependant, 40 % de la dette extérieure du Sri Lanka est constituée d’obligations souveraines empruntées sur les marchés financiers mondiaux. Je dirais donc qu’il y a trois acteurs principaux à l’œuvre : l’Occident et ses marchés financiers, l’Inde et la Chine. Bien sûr, cette rivalité géopolitique n’est pas nouvelle. Le Sri Lanka a toujours été dans le périmètre de sécurité de l’Inde. Lorsque le Sri Lanka s’est mis à dos l’Inde, il a eu des problèmes ; un exemple de cela a eu lieu au début du conflit ethnique au Sri Lanka, lorsque l’Inde a soutenu activement les militants tamouls.

Le rôle de la Chine est beaucoup plus important aujourd’hui qu’il y a quelques décennies. Son influence s’est principalement manifestée par des investissements dans de grands projets d’infrastructure. Mahinda Rajapaksa, pendant son mandat présidentiel de 2010 à 2015, a pu créer des niveaux élevés de croissance grâce à l’afflux de capitaux chinois et occidentaux.

L’Inde n’a jamais pu égaler l’ampleur de la volonté d’investissement de la Chine, mais l’année dernière, elle a intensifié ses efforts en organisant des échanges de devises et des lignes de crédit pour les importations, ce qui équivaut presque à ce que faisait la Chine. Dans le processus, l’Inde a obtenu le consentement du gouvernement sri-lankais pour les investissements des entreprises indiennes. La délégitimation des Rajapaksas a mis la Chine dans une position difficile, car elle était très proche d’eux. L’Inde, cependant, a gardé ses options ouvertes, se montrant prête à travailler soit avec les Rajapaksas, soit avec l’opposition. L’Inde pourrait donc se retrouver dans une position plus forte que la Chine par rapport au Sri Lanka.

L’accord avec le FMI renforce la main de l’Occident, et la Chine a exprimé un certain mécontentement quant à la direction prise par le Sri Lanka. Cela n’est pas surprenant étant donné que la restructuration de la dette inclura également la dette chinoise et que la Chine perdra une partie de son capital dans le processus. La situation est donc toujours en mouvement, notamment parce que nous ne voyons pas d’atterrissage sûr pour cette crise économique. Les gens supposent que, d’une manière ou d’une autre, un accord avec le FMI ramènera tout à la normale dans environ six mois. Mais l’ampleur de la crise et les conditions économiques mondiales sont telles que je pense qu’il sera extrêmement difficile pour le Sri Lanka de revenir à la situation antérieure et de continuer à emprunter à des conditions commerciales afin de pouvoir refinancer sa dette. Je pense que nous envisageons des scénarios dans lesquels nous allons encore trébucher sur cette crise économique pendant cinq à dix ans. L’évolution de la géopolitique au Sri Lanka sera également un processus très inégal et imprévisible.

Le discours dominant des économistes néoclassiques est que tout a commencé avec la réduction des impôts de Gotabaya Rajapaksa après sa victoire à l’élection présidentielle. Ils se concentrent sur le déficit budgétaire, qui a explosé après ses réductions d’impôts entrées en vigueur en décembre 2019. Pourtant, en réalité, il s’agit d’une crise liée au compte du commerce extérieur, et elle se creuse depuis un certain temps. Je dirais que cela remonte à la libéralisation économique et au projet néolibéral initié à la fin des années 1970. Ses partisans ont fait pression pour la libéralisation du commerce et la convertibilité du compte de capital, ce qui a rendu le Sri Lanka plus dépendant de l’économie mondiale en termes de commerce et de finances. Nous avons connu deux accords avec le FMI au cours de cette période, le Sri Lanka s’éloignant du Mouvement des non-alignés et se rapprochant de l’orbite des États-Unis. Cela a poussé le pays vers un modèle économique orienté vers l’exportation, avec des zones de libre-échange, etc.

YP : Vous dites que pendant les deux crises économiques et politiques précédentes, l’élite a tenté d’accroître la division ethnique au Sri Lanka. Est-ce un danger aujourd’hui, et quelle est l’alternative ?

AK : Oui, c’est un danger, mais pas immédiat. Néanmoins, si la crise actuelle n’est pas résolue en soulageant le peuple, un régime plus divisé pourrait effectivement émerger. Il y a un danger que l’élite crée des boucs émissaires pour la crise, comme cela s’est produit après la fin de la guerre civile en 2009, quand un énorme travail idéologique a été fait pour créer un sentiment populiste anti-musulman parmi les Cinghalais. Cela s’est appuyé sur le discours islamophobe qui avait pris de l’ampleur au niveau mondial, et cela a des liens avec ce qui s’est passé au Myanmar et le chauvinisme hindou en Inde. À l’époque, les musulmans étaient présentés comme la cause de la crise économique au Sri Lanka.

Je pense que beaucoup dépend du rôle que jouent les syndicats, surtout en l’absence d’un mouvement politique ayant une vision progressiste. Par le passé, le Sri Lanka a été capable de mettre en place de nouvelles directions assez rapidement à certains moments, en s’appuyant sur les relations entre les syndicats, la classe ouvrière, les agriculteurs et les pêcheurs.

La question est de savoir ce que nous allons faire de notre structure étatique très centralisée. Il y a des discussions sur l’abolition de la présidence exécutive - après tout, si cette crise doit être longue et prolongée, il est dans l’intérêt des travailleurs de se battre pour une plus grande dévolution et décentralisation du pouvoir. Au milieu de cette crise, ces types de changements politiques seraient importants pour aider à soutenir le mouvement. Ils pourraient contribuer à empêcher un autre régime de profiter de la crise pour s’emparer du pouvoir et ensuite utiliser la puissance concentrée de l’État pour écraser le mouvement populaire.

Pendant ce genre de crises, le Sri Lanka a l’habitude de changer l’État non seulement en termes de pouvoir répressif, mais aussi en termes de bien-être social et de droits sociaux. Ainsi, dans les années 1930 et 1940, nous avons traversé une grave crise économique qui a ouvert la voie à des politiques d’éducation gratuite, de soins de santé gratuits et de subventions alimentaires. Aujourd’hui, l’une des principales revendications pourrait être d’inverser le cours des quatre dernières décennies de politiques néolibérales et d’accroissement des inégalités par le biais de la protection sociale, de l’impôt sur la fortune et de la redistribution. L’ampleur de la crise actuelle est telle qu’elle peut entraîner des changements majeurs dans l’économie politique du Sri Lanka.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com