http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
24 de janvier de 2023 Twitter Faceboock

Réforme des retraites
« Il faut que toute la fac soit en lutte » : à Paris 1, une AG pour préparer la mobilisation
Le Poing Levé Paris 1

Quelques jours après la mobilisation massive du 19 janvier, les étudiant·e·s mobilisé·e·s de Paris 1 se sont réunis en une seconde Assemblée générale ce mardi pour discuter de la mobilisation sur l’université. La centaine d’étudiant-e-s présente a notamment insisté sur l’importance de mobiliser la jeunesse aux côtés des travailleurs pour contribuer à faire reculer Macron.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Il-faut-que-toute-la-fac-soit-en-lutte-a-Paris-1-une-AG-pour-preparer-la-mobilisation

[Crédits photo : Révolution Permanente]

Depuis la première AG du 19 janvier, les étudiant·e·s mobilisé·e·s s’organisent chaque jour pour tracter et faire des tours d’amphis pour appeler massivement à rejoindre et construire le mouvement de contestation. A midi, 120 étudiant·e·s et une dizaine de membres du personnel se sont retrouvés en amphi J du centre PMF pour une seconde AG contre la réforme des retraites. Rapidement, les étudiants votent l’ordre du jour de l’AG : quels bilans tirer de la mobilisation massive du 19 et comment se préparer à la suite.

Les interventions des étudiant·e·s se succèdent, et toutes s’accordent sur la nécessité de massifier le mouvement, avec la conscience que la jeunesse doit se mobiliser aux côtés des travailleur·euse·s. Pour construire la mobilisation sur Paris 1, il faut lier les étudiant·e·s et le personnel, mais pas seulement les professeurs et les membres du personnel administratif : « En plus des BIATSS et des profs, ce sont les sous-traitants de l’université, que ce soit au CROUS, au nettoyage ou à la sécurité, qui sont les plus précaires, qui vont être les plus touchés par la réforme et il faut qu’on fasse en sorte qu’ils puissent se mobiliser », insiste Ariane, militante au Poing Levé. Après une grève massive jeudi 19 janvier, notamment dans les secteurs du privé, les intervenants s’accordent pour dire que c’est en créant des ponts entre travailleur·euse·s et étudiant·e·s que la mobilisation pourra prendre de l’ampleur, et entraîner toujours plus largement les travailleur·euse·s dans la grève et la lutte.

Les débats se concentrent ensuite sur les moyens de toucher plus largement la jeunesse et de la convaincre de rejoindre la bataille des retraites, notamment avec l’échéance de la prochaine journée de mobilisation du 31 janvier. De nombreuses interventions insistent sur la possibilité de frapper fort contre le gouvernement Macron, non seulement contre la réforme des retraites mais aussi contre « l’avenir de merde », fait de crises économiques et écologiques, qu’il promet à la jeunesse. Cathu, vacataire à l’université et militant au Poing Levé, insiste sur « l’intérêt immédiat qu’a la jeunesse à se mobiliser maintenant contre la réforme mais surtout contre le gouvernement et l’avenir qu’il veut nous imposer » notamment en ravivant chez elleux l’espoir d’une victoire contre Macron et son gouvernement.

Plusieurs étudiant·e·s témoignent aussi de leur solidarité contre la répression de la mobilisation à Strasbourg et à l’EHESS, « une preuve que cela fait peur au gouvernement ». Un groupe s’organise pour se rendre au rassemblement de 14h30 devant l’EHESS, en soutien aux 20 étudiant·e·s placé·e·s en garde à vue pour avoir utilisé une salle pour se réunir et échanger. Une répression qui témoigne de la fébrilité du gouvernement vis-à-vis d’un éventuel mouvement étudiant contre la réforme des retraites, qui pourrait participer à étendre la mobilisation et embraser le pays.

Après une heure de discussion, l’AG passe aux votes. D’abord sur des questions pratiques, la création de cadres d’organisation pour coordonner au mieux les actions des étudiant·e·s d’ici le 31 janvier. Ensuite, pour planifier une nouvelle Assemblée générale d’étudiant·e·s et personnels le 30 janvier, avec l’objectif d’être toujours plus nombreux·euses. Enfin, concernant le 31 janvier, les étudiant·e·s votent à l’unanimité un départ en cortège commun ainsi que la banalisation des cours les jours de mobilisation nationale. En attendant, c’est pour mobiliser leurs camarades de promo et leurs collègues en passant discuter dans les cours qu’étudiants et personnels présents à l’AG se retrouveront dans les prochains jours.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com