http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
25 de février de 2016 Twitter Faceboock

Résultats financiers
PSA. Des profits juteux pour les patrons, et des miettes pour les salariés

par Vincent Duse

Le groupe PSA a annoncé en grande pompe les résultats financiers de l’année 2015, avec un bénéfice net de 1,2 milliards, un ROC (Résultat Opérationnel Courant) de 2,7 milliards et des liquidités (le free cash-flow) de fond de roulement de 3,8 milliards. Au total donc, le groupe PSA n’est pas loin des 10 milliards. De quoi augmenter tous les salaires de plus de 300 euros et il en resterait encore beaucoup, et embaucher massivement tous les précaires sur l’ensemble du groupe.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/PSA-Des-profits-juteux-pour-les-patrons-et-des-miettes-pour-les-salaries

Une communication de Carlos Tavares lui-même pour essayer d’enfumer les travailleurs

Tous les médias était là pour annoncer à tout le pays que les salariés allaient toucher une prime d’intéressement de 2 000 euros et ceci au détriment du salaire de base, qui ne va quasiment pas augmenter dans les négociations salariales qui vont suivre. Mais comme à chaque fois, les patrons « omettent » de dire que la fameuse prime de 2 000 euros est comptabilisée en net, et non en brut, ce qui est une grosse différence pour les salariés ! Le calcul de la prime des 2 000 euros brut correspond au montant moyen de l’addition de l’intéressement auquel s’ajoute les 450 euros de prime retraite chapeau. En définitive l’écrasante majorité des salariés ne vont toucher que le minimum, c’est à dire 1 800 euros brut et au final en net 1 600 euros : plus rien à voir avec les 2 000 euros tant vantés par PSA ! Un vol caractérisé de tous les salariés qui ont fait le boulot avec des salaires bloqués pendant 3 ans... Et le plus scandaleux, c’est que les intérimaires eux ne toucheront rien alors qu’ils sont de plus en plus nombreux dans les usines PSA sans jamais décrocher de CDI. Il nous faut engager la bagarre pour des salaires en fonction de nos besoins et faire vivre nos familles ouvrières !

Stop au mensonge, ce n’est pas la vision fantastique du PDG du groupe PSA qui a permis au groupe de renouer avec les profits, mais la politique de suppressions d’emplois massives et des suppressions de postes pour faire des gains de productivité, à se tuer la santé avec des cadences toujours plus élevées ! Voici les vraies raisons des bons résultats : l’exploitation jusqu’à la mort.

Pendant que les ouvriers crèvent au boulot pour des salaires de misère, Carlos Tavares s’en met pleins les poches

Du 1er janvier au 30 mars 2014, le PDG Carlos Tavares gagnait 104 100 euros mensuels, soit 3 470 euros par jour, week-end compris. Depuis le 31 mars 2014 sa rémunération est passée à 265 440 euros mensuel, soit 8 848 euros par jour : 255 % d’augmentation ! Et c’est ce même PDG qui dit aux salariés qu’ils coûtent trop cher ! Sur le site de Mulhouse en septembre 2015 il déclarait devant les syndicats : « le problème, c’est que les salariés regardent toujours leurs fiches de paye, et cela ce n’est plus possible »...

Ce qui n’est plus possible, c’est les bas salaires, les suppressions de postes et la précarisation des emplois. La colère monte dans les usines du groupe PSA et ce n’est pas une prime qui pourra longtemps faire taire la frustration pour notre classe sociale qui fait tourner la société. Les ouvriers peuvent vivre sans patrons mais les patrons ne sont que des parasites, incapables de faire fonctionner les usines sans les ouvriers, et c’est cela notre force.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com