http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
7 de avril de 2016 Twitter Faceboock

Le burn-out au travail
Le pompier « au bois dormant ». S’endormir au boulot, le nouveau motif de licenciement

Un pompier d’un aéroport vient de se voir licencier pour faute grave. Quelle était cette faute si grave ? S’être endormi au travail...

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Le-pompier-au-bois-dormant-S-endormir-au-boulot-le-nouveau-motif-de-licenciement

C’est une véritable histoire à dormir debout. Un pompier travaillant au sein d’un aéroport a été licencié après avoir été retrouvé, par sa direction, en train de dormir. Pour la direction de l’aéroport, « faire une sieste » constitue un motif assez grave pour le renvoyer pour faute grave. Selon elle, il aurait même été « confortablement installé » dans son camion, une soi-disant preuve de l’irresponsabilité de celui qui devait être « joignable à tout moment » par les contrôleurs aériens.

Ce travailleur licencié pour s’être endormi à son poste a porté plainte devant les prud’hommes comme la cour d’appel. Mais à chaque fois les juges ont pris parti en faveur de la direction. Il explique pourtant que s’il s’est endormi, c’est seulement en raison de sa fatigue due à une surcharge de travail que la direction lui imposait.

Les véritables (ir)responsables de cette situation sont en dernière instance les patrons et les managers qui imposent des rythmes et des charges de travail insupportables. Dans certaines villes ou boîtes, les pompiers sont obligés de travailler 24 heures d’affilé sans pouvoir dormir. Dans d’autres métiers, comme chez les cheminots ou les hospitaliers, les journées de travail s’allongent alors que les journées de repos diminuent et tout cela au détriment surtout de la santé des salariés eux-mêmes !

La loi travail défendue à l’heure actuelle par le gouvernement et le MEDEF, qui prévoit un véritable retour au XIXe siècle en termes de conditions de travail et de vie pour la majorité d’entre nous, ne fera qu’accentuer ce fléau qu’est le burn-out et auquel les travailleurs font face tous les jours. Le cas de ce pompier, épuisé par le boulot, qui a eu le malheur de s’assoupir au travail nous concerne donc tous. Car, demain, on pourrait tous éventuellement être le prochain salarié « au bois dormant ».

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com