http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
12 de janvier de 2017 Twitter Faceboock

#Assezdeviesbroyées
Pour éviter l’humiliation de la prison, un jeune Malien de 16 ans se suicide en sautant du huitième étage

C’est un drame qui s’est déroulé à Châlons-en-Champagne, dans la Marne, vendredi dernier. Denko, jeune malien de 16 ans, s’est jeté du huitième étage du foyer pour mineurs isolés dans lequel il vivait depuis quelques semaines. La raison de ce geste désespéré ? « Il n’aurait pas supporté l’idée humiliante qu’on vienne l’arrêter et le mettre en prison, » selon RESF.

Karel Venuvitch

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Pour-eviter-l-humiliation-de-la-prison-un-jeune-Malien-de-16-ans-se-suicide-en-sautant-du-huitieme

« Ces jeunes sont mal accueillis [...] ils sont maintenus dans une situation de torture psychologique »

Denko, 16 ans, n’avait pas le profil type du migrant tel qu’il est définit par les reportages TV. Arrivé en France en novembre dernier, le jeune homme n’est « pas passé par la "jungle" de Calais, mais a traversé l’Italie avant de se présenter spontanément au commissariat de Reims le 3 novembre dernier », selon le procureur de la République de Châlons-en-Champagne, Éric Virbel. Placé dans un centre pour mineurs isolés, Denko voit son dossier administratif rester au stade des prémices durant près de deux mois. C’est alors que le conseil départemental émet « un doute sur sa minorité » et entend procéder à des vérifications.

C’est cette procédure de traque qui a poussé, selon RESF, Denko au suicide. « Il s’est jeté du huitième » parce qu’ « il n’aurait pas supporté l’idée humiliante qu’on vienne l’arrêter et le mettre en prison », selon le communiqué de l’association. « Ces jeunes sont mal accueillis, [...] ils sont maintenus dans une situation de torture psychologique qui dure parfois des mois, en attendant de connaître leur sort », a par ailleurs dénoncé Marie-Pierre Barrière, membre de RESF. Une explication qui tient la route, tant les réfugiés sont la cible privilégiée, de l’extrême droite jusqu’au gouvernement, des discours les plus réactionnaires. Un lot quotidien de persécution, de parcage dans des centres, de traques et d’expulsion qui ont fini par pousser Denko à un geste désespéré. Loin, très loin, d’être un simple fait divers.

#Assezdeviesbroyées. Exigeons l’ouverture des frontières et la régularisation de tous les sans-papiers !

Ce geste de désespoir total de Denko n’est en effet « compréhensible » que si on prend en compte le contexte global. Celui de milliers de mort aux frontières européenne, et notamment en méditerranée. Celui des attaques répétées contre les centres d’accueil. Celui des expulsions vers des pays que les réfugiés fuient, et qui n’offrent que guerre et misère. Celui d’une traque sans relâche, dans la rue, où la police vient ôter jusqu’aux couvertures en plein mois de janvier. L’Etat français est directement responsable de la mort de Denko.

Pour sortir de cette impasse morbide, il s’agit plus que jamais de porter haut et fort nos revendications de solidarité envers les réfugiés. L’ouverture des frontières tout d’abord, pour mettre fin à la traite humaine des passeurs et les bains de sangs aux abords de l’Europe forteresse. Mais cela ne peut suffire, il s’agit de régulariser tous les sans-papiers, pour mettre fin à la traque interne et la surexploitation à l’intérieur du territoire, et les barbelés internes qui coûtent des vies, comme à Calais. Dans une situation politique focalisée sur les élections présidentielles de 2017, la candidature de Philippe Poutou est la seule à porter ce programme. Pour ces raisons, comme bien d’autres, sa présence dans le débat présidentiel est indispensable.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com