http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
13 de février de 2017 Twitter Faceboock

Souffrance animale
L’ours noir d’Asie, torturé pour sa bile

En allant visiter les cascades de Tat Kuang Si au Laos, j’ai pu y découvrir « un sanctuaire » pour les ours d’Asie (aussi appelés ours Malais) tenu par l’ONG Free the Bears fondée par Mary Hutton en 1995. Cette ONG se consacre principalement à la protection des ours dans le monde entier et travaille dans six pays d’Asie, où les ours sont capturés illégalement, torturés et massacrés pour l’utilisation des parties de leur corps comme leurs pattes ou leur bile.

Cindy D.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/L-ours-noir-d-Asie-torture-pour-sa-bile


En haut risque d’extinction à l’état sauvage

Cette espèce d’ours est menacée depuis maintenant plusieurs années, comme pour beaucoup d’autres d’espèces notamment les éléphants d’Asie, la déforestation et la dégradation de leur habitat en étant grandement la cause. Les raisons principales de la déforestation sont l’expansion des plantations de palmiers à huile en Indonésie ainsi que dans certaines parties de l’Asie du sud comme le Cambodge, mais aussi l’industrie du bois et les feux incontrôlés.

Le trafic y est aussi important, la demande d’oursons comme animal de compagnie est élevée, les chasseurs tuent les mères et récupèrent les petits vivants afin de les vendre aux particuliers, mais il existe aussi la chasse qui, malgré son interdiction, sévit énormément. Les ours sont chassés principalement pour leur vésicule biliaire, en raison de ses vertus médicales et est vendu à quelques centaines d’euros le gramme séché (le salaire moyen d’un laotien n’est que de 100 dollars par mois) et leurs pattes pour des raisons culinaires.

L’extraction de bile, une torture pour les ours

La bile est extraite des ours alors qu’ils sont encore vivants, maintenus en immobilité dans des cages minuscules, très peu nourris afin d’augmenter le taux de bile dans la vésicule biliaire, un cathéter est introduis et laissé en place jusqu’à la mort à la suite d’une longue agonie de l’animal. La bile est prélevée deux fois par jour infligeant de grandes souffrances à l’animal.

La croyance populaire lui accorde des vertus aphrodisiaque, mais aussi une faculté de dissoudre les calculs biliaires et rénaux, et de calmer les inflammations. La bile de l’ours est principalement constituée d’acide ursodesoxycholique, une molécule fabriquée chimiquement dans les pays occidentaux et utilisé aussi pour les problèmes de calculs biliaires. Cependant dans beaucoup de pays d’Asie, quasiment uniquement des médicaments contrefaits circulent, et peu de vrais hôpitaux existent, perpétrant de ce fait des médecines approximatives et destructrices autant pour les hommes que pour ces animaux. Car l’extraction de bile, en plus de faire succomber un grand nombre d’ours, est aussi dangereuses pour les humains ingérant cette bile, qui est constitué en grande partie de pus, de bactéries et de toxines virulentes.

La population d’ours malais a diminué de 30% pendant les 30 dernières années, des ONG tel que Animal Asia, Free The Bears mais aussi des personnalités tel que Patrick Rouxel se battent pour populariser ce combat et sauver de nombreux ours de ce funeste destin. Leur combat contre la souffrance animale est en réalité indissociable de la lutte contre le système capitaliste, qui amène de nombreuses disparités à travers le monde, qui sont d’autant plus frappantes dans ces pays et dont il est indispensable de prendre connaissance afin de lutter avec eux pour un monde plus éthique pour chaque être vivant sur terre.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com