http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
15 de mai de 2019 Twitter Faceboock

Interdiction de manifester
Toulouse : Moudenc joue la carte des commerçants contre les Gilets Jaunes et interdit les manifestations
Melody Neslon

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, a écrit un courrier au préfet, lui demandant de déclarer interdites les manifestations ayant lieu entre le 13 et le 16 juin. En utilisant la mise en place « d’une opération commerciale » pour « soutenir les commerçants durement touchés par les manifestations des gilets jaunes », Moudenc emboîte le pas à la marche autoritaire de Macron, en s’attaquant à la liberté même de manifester.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Toulouse-Le-maire-joue-la-carte-des-commercants-contre-les-Gilets-Jaunes-et-interdit-les

Une « opération commerciale » doit se dérouler du 13 au 16 juin à Toulouse. Jean-Luc Moudenc, le maire de la ville, a envoyé un courrier au préfet afin de réclamer une interdiction de manifester durant ces quatre jours. La lettre a été signée non seulement par Moudenc, mais aussi par Philippe Robardey, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), Vincent Aguilera, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA), et Jean-Marc Martinez, président de la fédération des commerçants. Cette demande vise bien évidemment les Gilets Jaunes, qui entameront ce samedi le 27ème acte de leur mobilisation, et s’inscrit dans une politique liberticide, qui réduit de plus en plus le droit à manifester.

Selon le communiqué, cette « opération commerciale » a lieu dans le contexte d’un « plan d’action exceptionnel », visant à aider les commerçants « durement touchés par les manifestations des gilets jaunes ces derniers mois ». Cette opération, qui serait délimitée dans le même périmètre que la grande braderie toulousaine, aurait pour objectif de « créer un flux commercial en centre-ville et d’inciter les clients à se réapproprier le coeur de Toulouse en toute sérénité ». Les quatre signataires ne se contentent pas de réclamer au préfet l’interdiction de manifestation, ils menacent tout simplement d’annuler l’évènement si l’interdiction n’est pas validée, prétextant qu’il est voué à l’échec si les manifestations en centre-ville perdurent.

Sous couvert d’évènement commercial, Moudenc assène un coup supplémentaire à la liberté de manifester, et ce, après les annonces d’Edouard Philippe interdisant l’accès à la place du Capitole (https://www.revolutionpermanente.fr/Toulouse-Interdiction-de-manifester-au-Capitole-Moudenc-aux-anges). La ville de Toulouse, particulièrement concernée par les manifestations, est une des villes-clés du mouvement social ; il est donc facile d’imaginer que le maire souhaite les empêcher. En instrumentalisant les difficultés des commerçants, il tente d’imposer un « retour au calme » pendant ce week-end et s’aligne sur la politique répressive de Macron, qui s’intensifie depuis le début du mouvement.

Si l’on y ajoute la mise en application de la loi anti-casseurs, cette interdiction est également une menace pour les Gilets Jaunes qui iront manifester le samedi 15 juin, puisqu’elle donne d’autant plus de prétendue légitimité à la répression policière. Si l’interdiction est validée par le préfet, tous les coups seront permis pour les forces de l’ordre, qui, on peut en être sûrs, ne se priveront pas de faire usage de violence envers les manifestants, et de multiplier les arrestations suivies de répression judiciaire.

Dans le contexte national, la politique liberticide est donc en marche, et les détenteurs du pouvoir le font savoir. Toulouse nommée par les Gilets Jaunes locaux « capitale de la contestation », et lieu de grandes démonstrations de force depuis le début du mouvement ne fait pas exception à la règle. Les précédentes interdictions n’ont pourtant pas empêché le mouvement d’atteindre l’acte 26 et de montrer leur détermination !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
siterevolutionpermanente@gmail.com
www.revolutionpermanente.com