http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
4 de avril de 2020 Twitter Faceboock

Les travailleurs en danger de mort
Scandale à PSA Vesoul. 128 ouvriers contaminés, les patrons imposent de continuer d’aller à l’usine
Vincent Duse, CGT PSA Mulhouse

128 ouvriers de PSA Vesoul ont été contaminés. En pleine pandémie l’usine continue de tourner, et le groupe compte mobiliser une poignée de travailleurs pour faire des respirateurs et justifier la reprise des lignes de montage de voitures. Face au virus il faut exiger l’arrêt des productions non-essentielles !

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Scandale-a-PSA-Vesoul-128-ouvriers-contamines-les-patrons-imposent-de-continuer-d-aller-a-l-usine

Crédits photo : ER /Bruno GRANDJEAN

Nous l’avons dénoncé et c’est une réalité aujourd’hui sur le site de PSA Vesoul. Sur les 1200 salariés qui y travaillent actuellement (au lieu des 2800 habituels), au moins 128 sont infectés par le coronavirus, soit 10% des effectifs. Et cela n’arrête pas d’augmenter, depuis le début cette usine n’a jamais cessé de livrer des pièces puisqu’il s’agit de la logistique – ils ne font pas de production mais de la livraison - et ce ne sont pas les mesures « barrière » tant vantées par la direction qui ont fait obstacle au virus. C’est même tout le contraire, puisqu’il est juste impossible de ne pas se côtoyer dans une usine surtout pour livrer des pièces qui ne sont pas indispensables. Dans cette période où ces salariés devraient être confinés ils sont mis en danger de mort, eux, leurs collègues et leurs familles. Il est des plus urgent de fermer ce site à Vesoul. C’est une question de vie ou de mort. Mais cela ne se fera pas seul : il faudra une mobilisation de tous pour y arriver ! Ceux qui prennent la décision de faire poursuivre le travail malgré un taux aussi élevé de contamination devront en payer les conséquences. C’est l’ensemble des dirigeants du groupe PSA qui eux sont en télétravail bien à l’abri mais envoient les ouvriers à la mort. Pire encore ils vont par là surcharger les hôpitaux de la ville qui sont déjà largement saturés avec les cas dans l’Est.

Pendant ce temps le groupe PSA veut redémarrer les autres usines du groupe

D’une part le groupe PSA ne ferme pas l’usine de Vesoul malgré le nombre de contaminations mais veut coûte que coûte, rouvrir les autres usines dans les semaines qui viennent alors que ce n’est pas une activité essentielle pour lutter contre le virus. C’est même le meilleur moyen de propager la pandémie, dans le seul but de faire des voitures, des moteurs et des boîtes de vitesses. Cette politique de mépris de la vie de ceux qui vont au front comme des milliers d’ouvriers partout en France est une véritable attaque de classe puisque ce sont bien les plus mal lotis qu’ils envoient à la mort pour faire des profits. N’oublions pas que le groupe PSA a fait plus de 3 milliards de bénéfices un record historique mais n’en a jamais assez, même en période de confinement et de danger mortel où les décès s’accumulent. Voilà que PSA veut propager le virus partout peu importe le nombre de salariés qui vont tomber malades et peut-être en mourir. Pas question dans ces conditions d’accepter d’être les dommages collatéraux de la soif de profits de Carlos Tavares et des actionnaires ni que le groupe PSA veuille mobiliser 600.000 masques pour les usines alors que les soignants en manquent. Pas de reprise du travail si c’est pour faire des voitures avant la fin de la pandémie ! Exigeons la fermeture de PSA Vesoul et de toutes les entreprises non-essentielles ! De la solidarité pour les soignants !

PSA veut faire payer la crise sanitaire aux salariés et tente de voler les congés

La direction de PSA est en guerre contre les salariés. Bon rien de nouveau sous le soleil, mais là c’est dans le cadre d’une crise sanitaire d’une ampleur sans précédent. La direction a convoqué les syndicats pour discuter de réduire les congés d’été 2020. C’est juste inacceptable alors que PSA a fait des milliards et sera intégralement remboursé avec de l’argent public sans verser un centime. Tout comme pour les pertes du chômage partiel ce sera aux salariés de prendre des jours dans leurs compteurs RTT. Cette perspective est rendue possible grâce au gouvernement et à Muriel Pénicaud qui poussent à voler une semaine de congés, pour servir le patronat. Il y a plein d’argent avec un pactole de 18 milliards en banque et les intérimaires, eux, ne seront pas payés. Pour ceux qui font tourner la société comme le fait l’ensemble de la classe ouvrière, il n’y a que du mépris et des sanctions. C’est l’organisation de notre classe qui sera déterminante pour imposer nos intérêts.

Fabriquer des respirateurs, pas des voitures

La direction de PSA s’est saisi de l’appel de Macron avec d’autres entreprises, du secteur automobile, et installera sur le site de Poissy un bloc central pour les respirateurs avant de les envoyer à l’entreprise Air Liquide pour le montage final. Cela mobilisera... 50 personnes ! C’est une nécessité impérieuse, mais bien tardive, et ce n’est qu’une petite production du site de Poissy alors qu’il y a des lignes de montage. Une production massive de respirateur à la place des voitures voilà ce qu’il faudrait réaliser partout sur le groupe PSA. L’opération actuelle n’est là que pour cacher la volonté de reprendre de production de voiture comme s’il y avait des gages minimaux à donner pour recommencer à fabriquer des voitures dans la période. C’est simplement criminel. Pour nous, c’est toujours #StopProductionNonEssentielle partout jusqu’à l’imposer par la grève.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com