http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
7 de juillet de 2020 Twitter Faceboock

Gouvernement anti-féministe
Darmanin accusé de viol, Dupond-Moretti opposé à #MeToo : les militantes féministes dénoncent
Cléo Rivierre

Darmanin accusé de viol et anti-mariage pour tous, Dupond-Moretti opposé au mouvement #MeToo, etc. : la composition nouveau gouvernement est lourde d’anti-féminisme. Une symbolique dénoncée par de nombreuses militantes, sur les réseaux sociaux et dans la rue.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Darmanin-accuse-de-viol-Dupond-Moretti-oppose-a-MeToo-les-feministes-denoncent

Crédits photo : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Un gouvernement particulièrement anti-féministe

Parmi les membres du nouveau gouvernement qui brillent par leur anti-féminisme, Éric Dupond-Moretti le nouveau Ministre de la Justice, a défendu de nombreux hommes accusés de violences sexistes et sexuelles et a pris position contre le mouvement #MeToo. Comme le dénoncent plusieurs féministes dans une tribune intitulée « Remaniement ministériel : “en tant que féministes, nous ne pouvions imaginer pire scénario” » : « Affaire d’Outreau, affaire du Carlton, affaire Tron… celui que l’on surnomme “acquittator” est de tous les procès pour obtenir l’acquittement des violeurs, des pédocriminels et des proxénètes. La culture du viol alimente sa plaidoirie, il accuse les victimes d’être consentantes. Niant les stratégies des violeurs, les mécanismes d’emprise et les rapports de pouvoir, il affirme “à 30 ans, on n’est plus une potiche incapable de dire non”. Contre la création du délit d’outrage sexiste, il déclare que “les femmes regrettent de ne plus être sifflées”. Pour lui, des hommes accusés de proxénétisme aggravé dans l’affaire Carlton sont “des copains qui s’offrent du bon temps” ».

Gérald Darmanin, le nouveau Ministre de l’Intérieur, est sous le coup d’une enquête pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance. La même tribune dénonce : « Le 1er flic de France est accusé de viols, de harcèlement sexuel et d’abus de confiance. Le parquet a annoncé le 11 juin, souhaiter poursuivre les investigations ! L’affaire est en cours et l’accusé se retrouve en position d’avoir à orchestrer l’amélioration de l’accueil et l’accompagnement des femmes victimes de violences par les professionnel.le.s de police. L’impunité est totale. » De plus, l’ancien Ministre de l’Action et des Comptes publics n’a jamais caché son homophobie et son soutien à la « Manif pour tous ». Comme pour accentuer la symbolique, l’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, est devenue ministre déléguée à la citoyenneté... sous la houlette de Gérald Darmanin.

Élisabeth Moreno, dirigeante d’entreprise, conseille aux femmes harcelées au travail de « monter dans la hiérarchie » et ce sans trop critiquer les blagues sexistes

La nouvelle secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes, Élisabeth Moreno, ne relève pas le niveau. Plusieurs de ses déclarations ont fait réagir sur les réseaux sociaux, notamment sur la « complémentarité » supposée entre « les femmes et les hommes » – un vieux poncif tendant à aller contre les revendications d’égalité et un classique des discours de la droite réactionnaire. D’autre part, comme le relate FranceInter, « Élisabeth Moreno affirmait en 2018, lorsqu’on lui demandait un conseil pour lutter contre le sexisme dans une interview aux Échos, qu’il fallait "prendre davantage de responsabilités : plus vous montez dans la hiérarchie, moins vous êtes confrontée au sexisme." »

Selon le HuffingtonPost, « elle avait dirigé le groupe Lenovo en France. Une expérience dont elle s’est servie, expliquait-elle en 2018 dans un entretien à l’école de commerce Groupe Ionis, pour promouvoir l’égalité femmes-hommes, sans pour autant brusquer la gent masculine. (...) “Je ne veux surtout pas que les hommes se sentent gênés, car ils auraient le sentiment qu’il n’y en a que pour les femmes ! Les blagues à la machine à café sont très importantes, car il ne faut pas qu’on se sente verrouillé (...). Je ne veux pas d’un climat de défiance où le sexisme met tout le monde mal à l’aise et où chacun mesure constamment chaque mot qu’il utilise…”. » En d’autres termes, le « féminisme » de la nouvelle ministre ne veut pas trop bousculer les habitudes et s’avère totalement compatible avec le système actuel, profondément inégalitaire.

Les féministes dénoncent

Ce remaniement a été dénoncé comme une insulte aux femmes, aux féministes et aux victimes de violences sexistes sexuelles par de nombreuses personnses sur les réseaux sociaux.

[Un homme accusé de viol est désormais ministre de l’Intérieur. Un avocat qui a défendu un homme politique accusé de viol tout en critiquant les féministes et #MeToo est désormais ministre de la justice. Le nouveau gouvernement français respecte peut-être la parité, mais il ne respecte pas les femmes.]

En plus d’émettre leurs critiques sur les réseaux sociaux, les militantes féministes appellent aussi à exprimer cette colère dans la rue. Mardi dans la matinée, lors de la passation de pouvoir entre Christophe Castaner et Gérald Darmanin, des militantes se sont rassemblées à proximité du Ministère de l’Intérieur pour dénoncer cette situation. Elles ont été repoussées par la police.

Lors d’un rassemblement en fin d’après-midi à Lyon, les manifestantes scandaient notamment « Un violeur à l’Intérieur, un complice à la Justice ! » ou encore « Le premier flic de France est un violeur ».

Sur les réseaux sociaux, un appel à la mobilisation « devant les ambassades et consulats français ou autres lieux symboliques » le 10 juillet a également été lancé. À Toulouse, un rassemblement est donc appelé à 12h devant le Palais de Justice. À Montpellier, un rassemblement est organisé à 18h Place de la Comédie. À Marseille, un rassemblement est appelé devant le tribunal à 18h également.

Pour mettre fin aux oppressions, aucune confiance dans ce système politique !

Depuis quelques années, les manifestations féministes sont de plus en plus massives. Ces derniers mois, l’ampleur de la colère contre ce système patriarcal et capitaliste s’est exprimée dans tous les domaines, allant des manifestations dans la rue, qui réunissent toujours plus de monde dont beaucoup de jeunes femmes et secouant jusqu’au monde élitiste du cinéma, avec la condamnation de Weinstein et les dénonciations de Polanski. Ces phénomènes démontrent la profondeur du mouvement. Mais les sphères dirigeantes, si elles ont parfois été bousculées par cette « quatrième vague » féministe, restent fondamentalement les mêmes, avec les mêmes schémas de domination. Macron a d’ailleurs clairement affiché son mépris pour le féminisme avec ce remaniement et ce malgré avoir affirmé qu’il ferait de l’égalité femmes-hommes la « grande cause de son quinquennat ».

S’il est important de dénoncer Darmanin, Dupond-Moretti et les autres, il ne s’agit pas seulement de ces ministres, ni de ce gouvernement, ni de ce président. Le sexisme est une oppression structurelle : elle est ancrée dans les institutions et reproduite par elles. Ainsi, ce dont nous avons besoin, ce n’est pas d’un simple remplacement du personnel politique. Il est illusoire de faire appel à eux pour attendre une réelle politique féministe. C’est tout ce système qu’il s’agirait de renverser pour mettre fin au patriarcat ; et cela passera par la construction d’un puissant mouvement révolutionnaire.

Pour aller plus loin : Vidéo. Violences sexistes et système patriarcal : pourquoi l’Etat n’est pas notre allié

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com