http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
10 de juin de 2021 Twitter Faceboock

Surtitre : ouvrez les frontières !
Chasse aux migrants : Macron souhaite « accélérer l’expulsion des étrangers irréguliers »
Olga Hagen

C’est une nouvelle offensive (très) à droite que mène Macron après avoir réuni plusieurs de ses ministres ce mercredi 9 juin, réclamant « une meilleure efficacité des expulsions d’étrangers en situation irrégulière ». Un projet qui s’inscrit directement dans la surenchère sécuritaire et réactionnaire du gouvernement à un an des présidentielles, alors que la crise migratoire est à son comble en Méditerranée.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Chasse-aux-migrants-Macron-souhaite-accelerer-l-expulsion-des-etrangers-irreguliers

Crédits : Ludovic MARIN / AFP

Ce mercredi 9 juin, Macron a réuni Jean Castex (Premier ministre), Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Affaires Etrangères) et une représentante d’Eric Dupond-Moretti (Justice, gardien des sceaux). Un conseiller s’est plaint des demandes d’asile qui seraient « de plus en plus détournées », du fait que les migrants demanderaient « systématiquement l’asile en sachant que l’examen de leur dossier dure plusieurs mois » et qu’ils seraient « pris en charge de manière très avantageuse ».

Un discours xénophobe décomplexé quand il y a quelques semaines la photo d’un bébé secouru par un garde espagnole à Ceuta mettait en lumière les conditions catastrophiques de ces milliers de migrants cherchant à fuir la misère et la guerre.

De ce constat, le président a demandé aux ministres « d’activer de manière volontariste les dispositifs en vigueur » et d’intensifier les négociations avec les pays d’origine pour qu’ils acceptent le retour de davantage de leurs émigrés.

Fin 2020, la commissaire européenne aux Affaires intérieures avait estimé devant le Sénat que le taux d’exécution moyen d’une décision d’expulsion est de 30 % en Europe, mais s’élève à « seulement » « 13, 14 % pour la France ». L’Élysée avance le chiffre de 15,3 %. Or Macron, au début de son quinquennat, évoquait l’objectif d’un taux d’exécution de 100 %. Il a ainsi demandé mercredi des mesures « opérationnelles très rapidement ».

Selon Macron, il ciblerait en priorité l’expulsion des étrangers irréguliers auteurs d’actes terroristes ou fichés pour radicalisation, mais le président ne s’embarrasse pas pour autant de faire passer cette attaque pour une mesure anti-terroriste puisqu’elle vise explicitement l’ensemble des migrants en situation irrégulière. L’objectif est ainsi de les emmener directement à l’aéroport dès leur sortie de prison.

Ainsi, le projet vise aussi les étrangers irréguliers ayant commis des « crimes et délits et autres infractions graves », qui subiront l’objet d’expulsions systématiques. De fait, cela n’est pas chose nouvelle puisque Darmanin ordonnait la même démarche fin 2020 en surfant sur la mort de Samuel Paty. De plus, nombreux sont les procès menés contre les individus venant en aide aux migrants, du moins jusqu’à ce que la Cour de Cassation relaxe définitivement le militant Cédric Herrou.

De toute évidence, cette réunion s’inscrit dans une démarche ouvertement raciste, dans la lignée de la Loi contre les Séparatismes, déclarant ouvertement ce mercredi que les migrants dans le collimateur du gouvernement sont « essentiellement des personnes venant du Maghreb − Algérie, Maroc, Tunisie − mais aussi de Russie et d’Afrique ». Et au niveau européen, cela fait écho à la mesure anti-migrant testée en Grèce, consistant à user de canons à son capables de lésions irréversibles.

Cette attaque témoigne bien de la surenchère sécuritaire que mène Macron à un an des présidentielles, dans l’espoir de souffler l’électorat acquis à LR et au RN qui le critiquent sur son laxisme en la matière, et ainsi passer le cap du second tour pour ensuite faire « barrage à LePen ».

Contre ces mesures répressives et racistes, il est aujourd’hui nécessaire de revendiquer l’ouverture des frontières et la régularisation de tous les sans-papiers. Cela passe par la lutte contre la politique impérialiste de L’État français dans les pays d’Afrique – entre autres - qui est la principale responsable du devenir d’une partie de leur population, qui n’a pas d’autre choix que de fuir la misère et la guerre.

Ainsi, ce n’est certainement pas du côté du gouvernement ni même des partis de la gauche qui cautionnent voire accompagnent le tournant qu’on luttera conséquemment contre toutes les mesures liberticides, racistes et xénophobes, qui ne sont pas que l’apanage de l’extrême-droite, mais dans la rue.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com