http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
25 de avril de 2022 Twitter Faceboock

Augmentez les salaires !
Appel à la grève pour les salaires chez le sous traitant aéronautique 3A
Rafael Cherfy, responsable section CGT Chronodrive

Chez le sous-traitant aéronautique 3A, une grève est appelée le 26 avril pour des augmentations de salaires à la hauteur de l’inflation. Après un PSE en 2020, supprimant plus de 400 postes avec la complicité des syndicats FO et CFE-CGC, la colère est forte chez les salariés et la grève s’annonce suivie.

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Appel-a-la-greve-pour-les-salaires-chez-le-sous-traitant-aeronautique-3A

Crédit photo : Karine Pellat/FTV

Face à l’explosion des prix, dans de nombreuses entreprises, les NAO (négociations annuelles obligatoires) aboutissent systématiquement à des augmentations de salaire en dessous de l’inflation. C’est le cas chez le sous-traitant aéronautique 3A (Assistance Aéronautique et Aérospatiale) où les négociations arrivent à leur fin mardi 26 avril. Face aux propositions méprisantes de la direction, une grève est appelée pour cette dernière réunion de négociation.

La direction de 3A propose seulement 2% d’augmentation générale et 1% d’augmentation individuelle aux non-cadres pour l’année 2022 (pour les cadres, une augmentation individuelle de 3,1%). Pour rappel, ces augmentations individuelles constituent une enveloppe répartie de manière inégalitaire, « à la tête du client », ce qui accentue la concurrence et la division entre les salariés. C’est donc une proposition très en deçà de la forte inflation prévue à 3,7 % en moyenne par la Banque de France pour 2022. Les travailleurs de 3A sont donc menacés de perdre du salaire si les NAO en restent là.

De plus, la suppression de 567 postes en 2020 et tous les efforts fournis pendant la pandémie laissent un goût amer aux salariés du sous-traitant aéronautique. Après une forte reprise de l’activité dans le secteur aéronautique, le PSE ("plan de sauvegarde de l’emploi") a eu pour conséquence d’augmenter les cadences. Dans ce contexte certains salariés virés suite au PSE ont même été réembauchés en intérim avec des salaires inférieurs à ceux qu’ils avaient avant. Une démonstration de plus du mépris de la direction pour les salariés, qui se répète encore aujourd’hui à travers les négociations pour les salaires.

Dans la continuité de la trahison des syndicats FO et CFE CGC pour le PSE en 2020, ces derniers comptent par ailleurs une nouvelle fois se ranger derrière la direction. Leurs revendications sont totalement adaptées, avec la CFE-CGC qui propose 2 % d’augmentation générale et une enveloppe de 3 % d’augmentation individuelle quand FO demande 3 % d’augmentation générale et 2 % d’augmentation individuelle. Au vu de l’inflation actuelle, avec les propositions faites par les syndicats FO et CFE-CGC, ces derniers acceptent que les travailleurs de 3A perdent du salaire réel. C’est grâce à la complicité de ces syndicats, qui sont à eux deux majoritaires dans l’entreprise, que la direction impose sa politique aux salariés.

C’est sur cette base qu’a émergé un appel national à la grève de la CFDT 3A pour la dernière réunion de clôture des NAO mardi 26 avril. L’appel à la grève revendique « des augmentations générales de minimum de 5 % comme nécessité pour maintenir un minimum de pouvoir d’achat » et promet des rassemblements sur les différents sites 3A (Toulouse, Saint Nazaire, Tarbes, Bordeaux, Nantes, Carquefou, Meaulte, Marignane, Biarrtiz). Face au mépris de la direction, « la grève s’annonce très suivie, plus que pendant le PSE de 2020 où certains salariés avaient encore des illusions », nous confie Arnaud, élu CFDT 3A.

C’est donc un appel à la grève pour les salaires qui s’inscrit dans la continuité de nombreuses luttes récentes sur cette même question, particulièrement dans l’aéronautique où les deux principaux donneurs d’ordre Airbus et Thalès ont aussi connu des mobilisations inédites dans le cadre des NAO. Seulement, ces luttes se développent sur la base de NAO spécifiques à chaque entreprise, ce qui désynchronise les mobilisations et limite la convergence entre les grèves qui portent pourtant des revendications identiques. Ces grèves sont donc l’occasion de tisser des premiers liens entre les salariés des différentes entreprises de l’aéronautique, dans la perspective de se coordonner sur les prochaines mobilisations. C’est dans ce sens qu’il est important de soutenir les grévistes de 3A ce mardi en venant aux rassemblements devant les différents sites à partir de 9h30 !

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com