Mode de (re)production

Le socialisme est-il bon pour la sexualité des femmes ?

Carla Biguliak

Le socialisme est-il bon pour la sexualité des femmes ?

Carla Biguliak

À travers de nombreuses analyses et statistiques, l’ethnographe nord-américaine Kristen Ghodsee souligne que le capitalisme génère des relations fondées sur une logique transactionnelle. Elle cherche à démontrer comment le socialisme d’État dans les pays du bloc de l’Est a garanti, grâce à l’indépendance économique des femmes, de meilleures conditions de travail et la socialisation du travail de soins, une meilleure vie sexuelle, non sans dénoncer en même temps l’abandon des libertés politiques fondamentales dans ces pays.

Comment le capitalisme affecte-t-il nos relations les plus intimes ? Dans le livre Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme, publié en 2018 aux États-Unis, et traduit et publié en octobre 2020 en français par l’éditeur Lux, la professeure et spécialiste du genre, du socialisme et du post-socialisme en Europe de l’Est, Kristen Ghodsee, avance plusieurs éléments qui rendent compte de la vie professionnelle, familiale et intime des femmes dans les États socialistes du bloc de l’Est.

Ainsi, l’autrice défend que le dit « socialisme d’État », correctement administré, favoriserait l’indépendance économique des femmes, garantit de meilleures conditions de travail qui leur permettent de concilier vie professionnelle et vie familiale et contribue à une vie sexuelle plus épanouie. Tout cela à partir d’une analyse consciemment axée sur la société américaine, ce qui la conduit à chercher à tout prix à défendre, bien qu’avec des critiques diverses, ces régimes qui sont encore aujourd’hui associés à la seule idée qui existe de ce qu’est le socialisme. Elle mentionne timidement par exemple que « l’Union Soviétique n’est pas immédiatement devenue un régime autoritaire à parti unique » [1]

C’est-à-dire qu’elle tente de relativiser les mauvais côtés des États ouvriers dégénérés et de montrer qu’enfin, tout n’est pas aussi mauvais que l’histoire officielle des Etats-Unis voudrait le faire croire.

Le capitalisme ne nous réserve que précarité, épuisement et souffrance

En ouvrant chaque chapitre par des anecdotes personnelles, mais en accordant une grande place aux résultats des enquêtes et des statistiques, l’autrice expose et rend parfaitement lisible la terrible inégalité dont les femmes souffrent dans les sociétés capitalistes, et qui se traduit par un niveau très élevé de précarité économique ainsi que par un manque d’égalité des chances qui favorisent leur dépendance vis-à-vis d’autres hommes. Ainsi, elle soutient que « le chômage et la pauvreté accablent les femmes avec enfants. Les femmes sans enfants sont défavorisées sur le marché de l’emploi parce que les employeurs ont peur qu’elles décident d’en avoir. Aux États-Unis, en 2013, les femmes de plus de 65 ans étaient bien plus nombreuses que les hommes à souffrir de la pauvreté, et elles étaient majoritaires dans la catégorie de l’‘extrême pauvreté’. De façon générale, les femmes sont davantage confrontées à des difficultés économiques. Elles sont souvent les dernières embauchées et les premières licenciées lors des récessions cycliques et, lorsqu’elles finissent par trouver un emploi, elles sont moins payées que les hommes » [2].
Ghodsee souligne que la division des sphères publiques et privées relègue les femmes au foyer, ce qui garantit en même temps le travail reproductif non rémunéré où les seuls qui en bénéficient économiquement sont les patrons, en tirant grâce à cela encore plus de profit, et prive en même temps les femmes d’éducation et d’opportunités professionnelles. Les femmes seraient alors confrontées à un énorme problème lorsqu’elles doivent choisir entre leur vie professionnelle ou familiale, ou lorsqu’elles décident de combiner les deux : les exigences du travail ne tiennent pas compte du travail domestique, et en même temps, les tâches ménagères sont difficiles à combiner avec les horaires et les exigences de l’emploi.

En conséquence, d’après l’autrice, les femmes occupent les emplois les plus précaires et les moins bien payés qui leur sont réservés et sont confrontées à une méfiance constante de la part des employeurs, qui les considèrent comme moins aptes et, en même temps, craignent toute forme d’absence ou de congé pour cause familiale (grossesse, maladie des enfants, etc.). Si les emplois les mieux payés et les plus stables sont, pour la plupart, réservés aux hommes, c’est en partie grâce à une sorte d’accord général selon lequel les hommes ne devraient jamais s’occuper de leurs enfants ou de leur famille.

Il faudrait ajouter que, s’il est vrai que le système capitaliste a toujours cherché à séparer les sphères publique et privée, le fait est que, contradictoirement, la participation des femmes au marché du travail a atteint le pourcentage historique le plus élevé. Comme l’explique Paula Varela, cette métamorphose du travail « implique la combinaison d’un nombre croissant de femmes au marché du travail, de salaires de plus en plus bas pour répondre aux besoins de la famille active par le biais du marché, et d’un budget de l’État de moins en moins important pour répondre à ces besoins par le biais des services publics ». Andrea d’Atri souligne en outre dans ce sens qu’« aujoud’hui, [la classe ouvrière] compte des millions de femmes dans ses rangs. Le capitalisme a produit cette contradiction, entre autres. La bourgeoisie crée et recrée de manière permanente son propre fossoyeur » [3].

La marchandisation de nos corps et de nos désirs

De là, nous pouvons comprendre que la principale chose dans les relations amoureuses et le mariage au sein des systèmes capitalistes est la stabilité qu’ils promettent. L’autrice soutient que dans le capitalisme, le sexe et l’argent sont toujours liés, directement ou indirectement, et que les relations sont basées sur une logique de transaction où ce sont les hommes qui donnent (pas nécessairement de l’argent, mais aussi l’accès au système de santé — rappelons qu’elle parle depuis les États-Unis —, un foyer, etc.) et les femmes qui rétribuent par le sexe. Ceci est intimement lié à l’image, depuis longtemps répandue, que les femmes ne sont pas des sujets de désir, qu’elles ne s’intéressent pas au sexe et ne le font que pour en tirer un certain bénéfice en retour, et que les hommes, en revanche, ont un appétit sexuel intense et sont prêts à le payer avec différents moyens. Et, en même temps, ceci laisse entendre que le désir des femmes ne serait fondé que sur le bénéfice qu’elles pourraient tirer de ces relations sexuelles.

Une étude claire que l’autrice mobilise pour rendre explicite cette marchandisation des relations dans le capitalisme est la théorie économique du sexe. Cette étude est parue dans un article publié en 2004 dans la revue Personality and Social Psychology review intitulé « La théorie économique du sexe : le sexe comme moyen d’échange social à la disposition des femmes dans les interactions hétérosexuelles » [4]. Cette théorie soutient que pour comprendre les relations entre hommes et femmes, il faut les inscrire dans la dynamique du marché, où, comme tous les autres échanges, elles fonctionnent selon la loi de l’offre et de la demande : lorsque la demande est supérieure à l’offre, les prix augmentent, et inversement. Comme les femmes sont moins motivées par leurs pulsions sexuelles, elles ont le pouvoir dans les relations sexuelles avec les hommes.

Avec une lecture assez simpliste des mécanismes des différentes oppressions dans ce système, cette théorie soutient que lorsque le prix du sexe baisse et que les hommes peuvent l’obtenir à bon marché, ils ne s’efforcent pas de construire ce que nous pourrions définir comme une « vie réussie » : avoir un emploi, une maison ou une sorte de stabilité. En d’autres termes, cette thèse avance l’idée que les « femmes faciles » et sans morale seraient alors responsables non seulement de la baisse du taux de mariage, mais aussi des maux sociaux qui affligent les jeunes nord-américains aujourd’hui. Le moyen de sauver une génération entière d’hommes d’une vie de paresse serait de faire de la sexualité le seul moyen de subsistance des femmes.

Mais Kristen Ghodsee soutient que cette théorie a l’avantage de reconnaître que le statut des femmes dans la société est un facteur important dans le fonctionnement du marché du sexe. L’étude montre également que si les femmes baissent le prix du sexe, c’est parce que leur vie professionnelle leur offre d’autres moyens de satisfaire leurs besoins les plus essentiels. Sur la base d’une enquête, les auteurs de cette théorie montrent que dans les pays où l’égalité entre les sexes est plus grande, il y a également plus de rapports sexuels occasionnels, plusieurs partenaires sexuels par personne et même une approbation de la sexualité prénuptiale. La conclusion de la théorie de Roy F. Baumeister et kathleen D. Vohs est donc que l’indépendance économique des femmes s’accompagne d’un assouplissement des mœurs.

La guerre froide dans le terrain de la sexualité

Cela nous permet d’affirmer que dans les sociétés où l’égalité entre hommes et femmes est plus grande, où la liberté reproductive est garantie, ainsi que l’accès à la santé et à l’éducation, les femmes ne devraient pas s’inquiéter du prix de leur sexualité sur le marché. Citant Alexandra Kollontai, Marx et Engels, ou encore August Babel, l’auteur montre que la théorie économique du sexe ne serait pas loin de prouver une critique socialiste historique au capitalisme : ce système marchandise toutes les interactions humaines.

En effet, une grande partie du livre est consacrée aux analyses socialistes de la vie familiale et sexuelle des femmes, notamment aux réflexions d’Alexandra Kollontaï, qui a fortement dénoncé la manière dont la sexualité des femmes était échangée contre de l’argent, des biens, des services ou même un changement de position sociale. Elle a ainsi défendu le fait que seul un régime socialiste permettrait aux gens de rompre le lien entre sexualité et propriété et d’avoir ainsi des relations sexuelles en tant qu’individus libres, fondées sur l’attraction et l’amour mutuel.

À travers plusieurs entretiens et enquêtes réalisés en Union soviétique, en Hongrie, en Allemagne de l’Est, en Bulgarie ou même en Pologne, Kristel Ghodsee veut montrer que dans les pays du bloc de l’Est, où les femmes ont eu accès à la formation et au travail et ont jouit d’une indépendance économique bien plus grande que dans le reste des pays capitalistes, et où elles ont disposé en même temps de structures d’accueil des enfants qui les soulagent un minimum du travail reproductif, elles étaient beaucoup plus satisfaites sexuellement et déclaraient avoir des relations beaucoup plus profondes et plus épanouies.

L’exemple le plus frappant est celui des deux Allemagnes. Alors que l’Allemagne de l’Ouest a adopté les rôles traditionnels des sexes, assignant les hommes au travail salarié et les femmes au foyer, en Allemagne de l’Est, l’objectif d’émancipation féminine lié au manque de main-d’œuvre a conduit à l’intégration massive des femmes dans la vie active. Ainsi, la propagande encourageait les hommes à partager plus équitablement les tâches ménagères.

S’appuyant sur un livre de Kurt Starke et Walter Friederich publié en 1984, l’autrice affirme que « deux tiers des jeunes femmes rapportent qu’elles atteignaient “presque toujours” l’orgasme, et 18 % d’entre elles disaient l’atteindre “souvent” ». Une autre étude réalisée en 1988, cette fois par Starke et Ulrich Clement, permet à l’autrice de dire que « les jeunes est-allemandes disaient apprécier le sexe plus que leurs homologues ouest-allemandes et rapportaient un plus haut taux d’orgasme » [5].

Une autre étude réalisée en 1990 montre que « les préférences des hommes et des femmes étaient plus en phase à l’Est qu’à l’Ouest : à l’Est, 73 % des femmes et 74 % des hommes souhaitaient se marier, alors qu’à l’Ouest, c’était le cas de 71 % des femmes et de seulement 57 % des hommes ». Cette même étude montre également que le plaisir était bien plus grand derrière le rideau de fer, puisque « 75 % des femmes et 74 % des hommes se disaient satisfaits à l’Est, tandis qu’à l’Ouest c’était le cas de 84 % des hommes et d’à peine 46 % des femmes » [6]. Il convient également de mentionner que l’Église a joué un rôle beaucoup plus important en Allemagne de l’Ouest, en contrôlant les corps et les désirs de la population.

Cependant, il faut rappeler que ces pays étaient bien loin d’être un paradis pour les travailleurs ou même pour les femmes, et ce à bien des égards. Il convient de mentionner que, bien que l’autrice soit assez timide pour avancer une critique au Bloc de l’Est, elle n’oublie pas de mentionner l’atteinte aux libertés de la population, ainsi que la répression et même la pénurie de produits essentiels pour les femmes, tels que les serviettes hygiéniques et le savon. Enfin, il faudrait ajouter que les relations entre les personnes du même sexe étaient pénalisées en URSS.

Perspectives pour jouir plus et mieux

Ce livre montre clairement que dans les sociétés capitalistes, l’émancipation des femmes dans les sphères publiques et privées laisse beaucoup à désirer. Comment pouvons-nous alors nous en débarrasser et créer une société plus juste qui nous permette de jouir pleinement de notre corps et de notre sexualité ?

L’autrice répète à plusieurs reprises que sa position est loin de préconiser un retour aux formes de « socialisme d’État » qui ont eu lieu au XXe siècle et se distingue clairement des idées révolutionnaires qui pourraient appeler à un changement de système, en appelant à plusieurs reprises à concentrer la lutte sur la perspective électorale. Ouvertement en faveur de Sanders, elle laisse entendre qu’un ensemble de réformes sociales assez simples pourraient suffire à améliorer le niveau de bien-être sexuel, conjugal et familial des femmes : « plutôt que d’essayer d’obliger les entreprises à être plus justes, les femmes pourraient s’unir pour faire élire des politiques qui pourront réduire le cout social de la discrimination sexiste » [7]. Ainsi, l’autrice laisse quelques indices dans l’analyse des social-démocraties scandinaves, qui disposent de congés maternité et paternité avantageux et favorisant entre autres l’embauche des femmes au sein de la fonction publique.
Loin d’une lecture marxiste de l’État, conçu comme un ensemble d’appareils au service de la classe dominante, Ghodsee considère l’État comme quelque chose de « vide » que l’on peut orienter à sa guise : « ce que nous appelons “l’État” n’est en soi ni bon ni mauvais. C’est un navire dirigé par ceux qui sont aux commandes à tel ou tel moment, c’est pourquoi on parle de “vaisseau de l’État” » [8].
Dans ce sens, cependant, l’autrice se montre prudente quand il s’agit d’expliquer les nombreux coups portés par la bureaucratisation de l’État ouvrier sous Staline à l’émancipation des femmes et des personnes LGBTI. Le livre décrit que pendant les premières années qui ont suivi la Révolution, les bolcheviques ont mené une politique claire de libération des femmes, qui consistait à mettre fin au travail domestique par la socialisation, la légalisation de l’avortement, les unions libres, l’extinction de la famille bourgeoise et l’incorporation au monde du travail, réalisant ainsi d’immenses transformations, jamais vues auparavant dans l’histoire, en avance sur tout État capitaliste en termes démocratiques.

Toutes ces avancées ont été faites dans le but de parvenir à la destruction de l’appareil d’État afin de libérer intégralement les classes opprimées et d’en finir avec la famille, selon les idées de Lénine. Mais la bureaucratisation de l’État sous Staline a mis fin à la tradition révolutionnaire du marxisme pour la libération des femmes. À partir de ce moment, il a avancé que les politiques d’extinction de la famille allaient conduire au « libertinage sexuel ». En 1934, l’homosexualité, les unions libres et l’adultère ont été criminalisés. Les procédures de divorce ont à nouveau été entravées. En 1936, le Code de la famille a interdit l’avortement et Staline a soutenu que seul l’égoïsme poussait les femmes à avorter. Le « Genotdel », département des femmes ouvrières et paysannes du parti bolchevique, a été supprimé en 1930 et Staline a déclaré que la question des femmes avait été résolue. Sans parler de cette trahison de la Révolution et de la bureaucratisation de l’État, Ghodsee explique ce revers historique par les crises économiques et les famines.

Si nous sommes d’accord avec Ghodsee pour dire que, dans la lutte pour l’émancipation des femmes, le combat pour l’épanouissement sexuel et le temps libre est important, nous pensons que limiter les perspectives de changement aux urnes serait se résigner à n’avoir que quelques miettes dans les « bons moments », à la merci des renversements de conjoncture. La libération des femmes est intrinsèquement liée à la libération de tous les opprimés, et notre lutte ne peut être réalisée sans un changement fondamental de la société qui mette les moyens de production entre les mains de ceux qui font fonctionner la société, et qui aujourd’hui n’ont rien. Nous savons, et cela a été démontré, que les personnes au pouvoir qui veillent aux intérêts de la bourgeoisie répondront violemment à cette lutte. Mais nous soutenons que c’est par l’organisation de la majorité des exploités et des opprimés que nous mettrons fin une fois pour toutes et dans le monde entier à l’oppression, et que nous parviendrons ainsi à l’émancipation complète des femmes et de la totalité des opprimés.

Comme l’explique Andrea d’Atri « nous savons que la libération sexuelle ne s’obtient pas automatiquement en prenant les rues ou le pouvoir ; mais sans un horizon révolutionnaire qui vise à transformer radicalement ce système d’exploitation et d’oppression dans lequel nous vivons, la sexualité humaine est destinée à être une marchandise, une interdiction, un tabou, une obligation, une norme, un manque, une douleur. Mais c’est aussi la base pour inclure dans toutes nos luttes émancipatrices actuelles le désir d’une vie érotique “polymorphiquement sensuelle, plutôt que génitalement obsédée” ainsi que le questionnement et la critique de toutes les limites qui normalisent nos liens affectifs et nos désirs sexuels ».

Toute cette analyse prouve peut-être que la crainte des anticommunistes qui prédisaient que le communisme entraînerait une révolution des mœurs, une menace pour la famille et la liberté totale de choisir quand, comment et avec qui coucher, ainsi que la liberté de décider de la vie professionnelle et familiale, sans aucun stéréotype ni coercition, était vraie. Mais au lieu de nous terrifier, cela ne fait que nous donner une raison supplémentaire de nous organiser et de lutter pour la destruction de ce système, pour faire naître une société communiste, libérée de toute forme d’oppression et d’exploitation, avec une égalité complète entre les personnes, où nous pouvons tous avoir des relations sexuelles totalement libres, fondées sur l’affection et le désir.

Illustration : Zwei auf dem Rücken liegende Akte, Gustav Klimt

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
NOTES DE BAS DE PAGE

[1Kristen Ghodsee, Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme ?, Québec, Lux Éditeur, 2020, p.136

[2bidem p.31 et 32

[3Andrea d’Atri, Du Pain et des Roses, Paris, Communard.e.s, 2019, p. 32

[4Roy F. Baumeister et kathleen D. Vohs “Sexual Economics : Sex as Female Resource for Social Exchange in Heterosexual interactions”, Personality and Social Psychology Review, vol. 8, n. 4, 2004, p.339-363.

[5Kristen Ghodsee, Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme ?, Québec, Lux Éditeur, 2020, p. 194

[6Idem

[7Ibidem, p. 81 et 82

[8Ibidem, p. 235
MOTS-CLÉS

[URSS]   /   [Genre]   /   [Soviet]   /   [Histoires de femmes]

COMMENTAIRES