La place de la Chine dans la hiérarchie du capitalisme mondial

Juan Chingo

La place de la Chine dans la hiérarchie du capitalisme mondial

Juan Chingo

La question de la place qu’occupe la Chine dans l’ordre international est centrale pour caractériser où se dirige le système mondial capitaliste. Cet article fait partie d’un processus d’élaborations et de discussions en cours au sein de la Fraction Trotskyste – Quatrième Internationale sur le sujet, qui n’est pas encore conclu et dont nous avons publié diverses contributions dans Ideas de Izquierda. Il exprime donc la position personnelle de l’auteur.

Contrairement à la plupart des pays semi-coloniaux et coloniaux situés à la périphérie du système mondial capitaliste, la Chine a réussi à décoller au cours des dernières décennies, atteignant un développement qui en a surpris plus d’un, y compris l’auteur de cet article. Un tel développement, même s’il n’est pas sans précédent si l’on tient compte de quelques rares exceptions comme la Corée du Sud ou Taïwan, que la Chine a tenté d’imiter, n’a jamais été observé auparavant dans un pays aussi immense, le plus peuplé de la planète, et implique d’énormes conséquences économiques, sociales et géopolitiques à l’échelle planétaire. Mais à ce stade de développement, le maintien et l’équilibre de celui-ci devient, d’une certaine manière, un objectif plus complexe et difficile à atteindre que l’exploit réalisé au cours des dernières décennies. Cette transition difficile - qui n’en est qu’à ses prémices -, déterminera si la Chine se transforme en un pays impérialiste, c’est-à-dire si elle parvient ou non à consolider ses avancées. Dans ce document, nous tenterons d’exposer les limites ou obstacles que la Chine doit encore surmonter pour atteindre cet objectif.

La fragilité technologique de la superpuissance

Les fondements technologiques de la Chine sont encore fragiles, comme l’a mis en exergue la guerre commerciale. Il est vrai que la Chine est l’unique pays au-delà des États-Unis à avoir pu développer des géants de l’internet, qui peuvent d’une certaine manière considérer leurs homologues de la Silicon Valley comme des égaux. Dans le même temps, certaines entreprises chinoises ont atteint des positions crédibles dans certaines technologies industrielles, notamment dans la production d’énergie solaire, les équipements d’infrastructures des téléphones portables et les trains à grande vitesse. Elles progressent également dans le domaine de l’électronique grand public, des smartphones aux drones. Les entreprises chinoises ont une opportunité plausible de prendre le leadership au niveau des technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle (IA) et l’informatique quantique. Mais ce serait une erreur d’étendre de manière simpliste le succès d’un ensemble limité de leaders (frontrunners) technologiques à tout le tissu entrepreneurial chinois. Pour la grande majorité des 30 millions de petites entreprises qui le composent, leur capacité d’innovation est très limitée, et leur réalité est très éloignée des entreprises nées dans les hubs technologiques de Shenzhen et Pékin.

Pour sa part, il est difficile de considérer l’internet grand public comme la forme la plus élevée de la technologie. Il est peu probable que des applications comme WeChat, Facebook, Tencent ou d’autres, qui proposent des activités de divertissement, contribuent beaucoup à la productivité du travail, car elles détournent les ressources humaines des domaines de R&D plus fructueux comme la science des matériaux ou la fabrication de semi-conducteurs, comparés à la publicité ou au développement de jeux. En d’autres termes, nous devons distinguer l’innovation dans les modèles du commerce et dans l’exploitation des effets de réseau d’un saut qualitatif dans la R&D et la création de nouveaux brevets. En ce qui concerne spécifiquement la Chine, il n’est pas certain que la forte consommation et la dépendance de la population vis-à-vis du réseau rendent ce pays technologiquement plus avancé. Pour le dire d’une autre manière, il est clair qu’Alibaba et Tencent sont techniquement impressionnants en matière de développement de logiciels (software), mais leur réussite commerciale dépend principalement de la taille du marché et de l’environnement social et réglementaire. L’omniprésence des paiements pour téléphones portables est le résultat non seulement de l’innovation technologique (aussi importante soit-elle), mais aussi du régime de réglementation financière et de l’absence de cartes de crédit. Le commerce électronique fonctionne très bien parce que la Chine a construit une infrastructure de première catégorie et parce qu’il y a beaucoup de travailleurs migrants disponibles pour livrer les marchandises dans les zones urbaines densément peuplées. Ce sont de bonnes entreprises, mais elles peuvent difficilement être présentées comme des réalisations scientifiques et industrielles.

Plus généralement, malgré la position centrale de la Chine dans la fabrication mondiale de biens industriels, seules quelques entreprises locales occupent des positions de leadership dans des secteurs industriels tels que l’acier, la production d’énergie solaire et les équipements de télécommunications. Le gros des branches a encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir être véritablement considéré comme les pairs des géants allemands, japonais, coréens et américains. Dans l’ensemble, les entreprises chinoises sont peu performantes. Peu d’entreprises nationales sont devenues des marques à succès au niveau mondial, et les entreprises chinoises sont encore loin derrière des industries plus sophistiquées sur le plan technologique, comme l’aviation et les semi-conducteurs. En règle générale, bien qu’il s’agisse du deuxième plus grand marché du monde, il est plus difficile de nommer des marques chinoises mondiales que des marques japonaises et coréennes, même lorsque celles-ci approchaient le niveau actuel du PIB par habitant de la Chine. Si l’on considère leur position par rapport à des technologies établies, telles que les semi-conducteurs, les machines-outils et l’aviation commerciale (dont l’efficience est mesurée par des critères techniques et commerciaux plus clairs), qui sont considérablement plus sophistiquées que la fabrication d’acier et de panneaux solaires, les entreprises chinoises n’ont pas réussi à faire de réelles percées dans ces industries. Ainsi, les États-Unis tirent profit de leur expérience de plusieurs décennies dans la conception et la fabrication de semi-conducteurs, en développant un écosystème vertueux qui leur permet de conserver leur leadership dans une technologie d’une importance capitale. En ce qui concerne les systèmes d’automatisation des usines, les machines-outils, les bras robotisés et d’autres types de machines de production technologiquement complexes, les fournisseurs les plus avancés se trouvent au Japon, en Allemagne et en Suisse (les États-Unis paient le prix de leur désindustrialisation dans ce domaine intimement lié au process industriel). Au niveau mondial, un large fossé technologique et d’innovation se maintient entre la Chine et des pays comme les États-Unis, l’Allemagne, le Japon et, dans une certaine mesure, la Corée du Sud, des économies avancées dont la productivité et la prospérité reposent sur une économie composée de milliers d’entreprises compétitives et innovantes.

Cette pondération est beaucoup plus réaliste que l’accent souvent mis sur la quantification des intrants. Plusieurs articles sur les progrès de la Chine et ses avancées technologiques se concentrent sur la croissance des dépôts de brevets, des dépenses de R&D, des publications dans des revues et d’autres types d’intrants. Il est possible de trouver des données sur ces paramètres, de sorte que les mesures de l’ "innovation" sont souvent construites autour d’eux. Mais ces intrants ne sont pas pertinents s’ils ne donnent pas de résultats [1], et il n’est pas certain qu’ils le fassent souvent, ni en Chine ni dans aucun autre lieu dans le monde. Les merveilleux graphiques sur les dépôts de brevets et les dépenses de R&D en Chine suggèrent que les entreprises chinoises pourraient envahir le reste du monde à tout moment. Jusqu’à présent, cependant, les résultats commerciaux ne sont pas si impressionnants.

Les semi-conducteurs : le talon d’Achille des ambitions chinoises en matière d’intelligence artificielle

Qu’en est-il des technologies émergentes telles que l’IA, l’informatique quantique, les biotechnologies, l’hypersensibilité et d’autres domaines brûlants ? Sur ce point, il n’existe pas de consensus scientifique sur la position de la Chine dans aucune de ces technologies, mais considérons au moins une affirmation plausible selon laquelle les entreprises chinoises pourraient être des leaders dans l’une d’entre elles. Nous basons cette hypothèse sur l’option optimiste du China Forecast 2025, un rapport de Macro Polo, le think tank interne de l’Institut Paulson de Chicago. Il stipule que : « Au cours des cinq prochaines années, l’écosystème technologique chinois aura atteint sa maturité et réussira très bien à effectuer la transition de l’Internet grand public à l’Internet industriel. Plus précisément, le Parti communiste chinois (PCC) et l’industrie privée chercheront à utiliser de puissantes technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle (IA) et la 5G pour renouveler et améliorer les villes chinoises et les industries traditionnelles telles que la fabrication, l’agriculture, l’énergie et les transports » [2].

Comme le dit le même site : « Cette approche marquera un changement notable par rapport à la dernière décennie de technologies grand public axées sur des applications comme WeChat, Alipay et TikTok. Au lieu de cela, le paysage technologique chinois devrait entrer dans une phase à plus forte intensité de capital, en ciblant des applications industrielles telles que les réseaux intelligents (smart grids), les dark factories (usines fonctionnant sans force de travail humaine) et les véhicules autonomes (AV) ».
Le résultat, répétons-le en suivant la version optimiste, serait le suivant : « D’ici 2025, la Chine sera probablement un leader mondial dans les applications technologiques industrielles, mais ce leadership continuera à dépendre de l’accès aux semi-conducteurs avancés fabriqués en dehors de la Chine continentale ».

Le nœud central mis en évidence est que l’accès aux semi-conducteurs de pointe (cutting-edge semiconductors) reste un obstacle potentiellement sérieux à la trajectoire technologique de la Chine à moyen terme. Comme le dit cette étude : » La Chine est ici confrontée à deux défis externes : 1) les restrictions à l’exportation de puces avancées pour certaines entreprises chinoises telles que Huawei ; et 2) les restrictions à l’exportation d’équipements de fabrication de semi-conducteurs (SME) - les outils cruciaux nécessaires à la fabrication de puces sur le territoire national ».

Creusons un peu plus pour voir le fossé qui existe encore aujourd’hui dans ce domaine : « Les générations successives de semi-conducteurs sont classées par leur "nœud" (également appelé "processus"), les nœuds inférieurs représentant des puces plus avancées. Durant la majeure partie des vingt dernières années, les usines de fabrication de semi-conducteurs (‘fabs’) chinoises se sont situées à deux ou trois nœuds des fabs les plus performantes du monde. À partir de 2020, la fabrique de semi-conducteurs la plus avancée au monde (TSMC à Taïwan) a commencé à produire des puces au nœud de 5 nm. La principale usine chinoise de fabrication de semi-conducteurs, SMIC, a actuellement trois nœuds de retard et produit au nœud de 14 nm, et en faible volume et avec des taux d’erreur élevés. SMIC prévoit de commencer une production limitée au nœud 7nm en 2021. Passer au nœud suivant est un défi immense qui nécessite souvent l’achat de nouveaux SME. Les chaînes d’approvisionnement des SME sont mondiales, et la grande majorité des fabricants utilisent certains composants américains dans leur processus de production. En limitant l’accès de la Chine à des SME essentiels, le gouvernement américain dispose d’un levier qu’il peut exercer soit en restreignant fortement les exportations directes américaines vers les laboratoires chinois (à l’aide de laEntity List), soit par le biais de contrôles internationaux plus larges empêchant les entreprises internationales de SME qui utilisent des composants américains de vendre à la Chine (à l’aide du Foreign Direct Product et des minimis rules). Si ces contrôles internationaux expansifs étaient poussés à l’extrême, ils pourraient paralyser temporairement les laboratoires chinois tels que SMIC, en les empêchant de fournir ou de réparer des composants SME essentiels. Dans ce cas, les États-Unis limiteront probablement de manière sélective l’accès des Chinois aux SME, empêchant les laboratoires chinois de progresser au-delà du nœud de 7 nm. Toutefois, elle évitera l’’option nucléaire’ consistant à couper complètement les usines chinoises des exportations étrangères de SME [...]. L’objectif de limiter la progression de la Chine à 7 nm pourrait être atteint en travaillant avec des alliés tels que les Pays-Bas pour formaliser des contrôles stricts sur l’exportation des machines de photolithographie EUV les plus avancées, qui sont nécessaires pour fabriquer des puces de 5 nm ou moins. Ces restrictions plus ciblées - bloquer les ventes de puces à Huawei et restreindre, sans les bloquer totalement, les exportations de SME vers la Chine - ne constitueront pas une menace sérieuse pour la technologie chinoise dans les cinq prochaines années. La plupart des entreprises chinoises pourront toujours s’approvisionner en puces auprès des principaux nœuds étrangers, et les principales usines chinoises continueront à progresser progressivement vers la fabrication en 7 nm. Mais à mesure que les entreprises leaders mondiales comme TSMC et Samsung, passent de 5 nm à 3 nm et au-delà, l’incapacité de la Chine à aller au-delà de 7 nm constituera une vulnérabilité majeure pour son écosystème technologique. Cette vulnérabilité donnera aux États-Unis, à l’Europe, au Japon et à la Corée du Sud un avantage durable pour faire face aux avancées technologiques de la Chine » [3].

La forte dépendance à l’égard des importations de produits technologiques

Cette faiblesse globale de l’appareil productif chinois se reflète dans sa forte dépendance à l’égard des importations de produits technologiques. Depuis des décennies, la Chine mène des politiques industrielles visant à limiter sa dépendance à l’égard des technologies étrangères, avec, au mieux, un succès inégal. Comme indiqué plus haut, elle a parfois fait des progrès considérables, mais les importations chinoises des technologies les plus sophistiquées ont augmenté sans équivoque (voir le graphique ci-dessous). La Chine a jeté les bases d’une industrie nationale des semi-conducteurs, même si ses entreprises ont des années ou des décennies de retard sur les leaders mondiaux dans presque tous les domaines. Toutefois, les semi-conducteurs, qui constituent probablement la technologie la plus complexe au monde, sont aujourd’hui la principale importation de la Chine. Plus généralement, dans les secteurs qui utilisent des technologies à forte intensité de R&D, comme l’automobile, les semi-conducteurs susmentionnés et l’aviation, les entreprises chinoises occupent une position faible, même sur le marché intérieur.

L’industrie chinoise, en particulier dans les secteurs orientés vers l’exportation, affiche des niveaux extrêmement élevés d’investissement et de propriété étrangère

Contrairement à l’opinion désormais dépassée ou à la caricature selon laquelle la Chine n’est qu’un grand assembleur ou un simple copieur de produits étrangers, la réalité est qu’elle fait des percées importantes dans des secteurs à plus forte valeur ajoutée et qu’elle augmente constamment l’intensité technologique et le contenu national de ses exportations. Prenez l’exemple souvent cité de la production d’iPhone. Une décennie en arrière, la Chine contribuait marginalement à la production de smartphones en termes de valeur. Une célèbre étude de 2011 de l’universitaire Xing Yuqing a établi que si l’iPhone est présenté comme une exportation chinoise, la part réelle de la valeur ajoutée générée dans le pays était d’environ 4 % des coûts totaux, principalement de main-d’œuvre dans l’assemblage. Les composants eux-mêmes ont été importés du Japon, de la Corée du Sud, des États-Unis et de l’Allemagne. Dans une actualisation de 2019 [4], Xing constate que la part chinoise de la valeur ajoutée dans un iPhone a atteint 25 %. En valeurs absolues, la Chine est passée d’une contribution de 6 dollars au coût d’un iPhone 3G de 2009 à une contribution de 104 dollars à la valeur d’un iPhone X de 2018. Dans le cas de Huawei, dont l’unité HiSilicon conçoit les processeurs du téléphone, environ 40 % de la valeur de production de son téléphone 2019 est nationale.

Il est presque certain que la Chine continuera à augmenter sa part dans la valeur ajoutée des exportations mondiales de produits manufacturés. Mais les progrès sont progressifs, et la production chinoise à plus forte valeur ajoutée reste extraordinairement dépendante des composants, de la propriété intellectuelle et de la gestion importés de l’étranger. Poursuivons avec l’exemple des smartphones, où la stratégie d’innovation de la Chine a permis à quelques marques locales, à savoir Huawei, OPPO et Xiaomi, de se développer. A elles trois, ces entreprises ont représenté plus de la moitié de toutes les expéditions de téléphones de la Chine en 2019 ; alors qu’en dehors du marché national, les fabricants de téléphones chinois représentent environ un quart des ventes de téléphones du reste du monde. Mais comme le dit Xing lui-même : « Malgré leur succès impressionnant sur les marchés nationaux et internationaux, les téléphones portables de marque chinoise reposent encore largement sur des technologies étrangères. Les données de démontage (teardown data) du Xiaomi MIX 2 et de l’OPPO montrent que les entreprises étrangères ont fourni tous les composants de base des téléphones, représentant respectivement 83,3 % et 84,6 % de leurs coûts totaux de fabrication. Sur la base des prix de vente de ces téléphones, la valeur ajoutée nationale de l’OPPO R11 et du Xiaomi MIX 2 passe respectivement à 40,3 % et 41,7 %, ce qui indique une augmentation de la valeur ajoutée nationale chinoise » [5].

Les entreprises chinoises ont accaparé les parties relativement plus simples du téléphone, à savoir la coque, les composants acoustiques et les pièces mécaniques. Cependant, celles-ci restent absentes pour les pièces de plus grande valeur comme les puces et les écrans. Il est possible que cette absence soit peu à peu comblée à mesure que les entreprises chinoises développent la capacité de fabrication de ces composants plus sophistiqués. La Chine est capable de rattraper son retard à des niveaux compétitifs au niveau mondial plus rapidement que ne le prévoient les experts, notamment dans les secteurs où la demande intérieure est dynamique, comme la fonte des métaux, pour citer un secteur de l’ancienne économie, ou, comme nous l’avons souligné, l’internet et les paiements mobiles, exemples de la nouvelle économie.
Mais malgré les succès remportés, cette vague d’innovation semble limitée à certaines entreprises et territoires et, d’une manière générale, la Chine reste technologiquement très loin derrière les nations les plus avancées, principalement les États-Unis, l’Allemagne et le Japon. Ainsi, malgré les progrès réalisés sur le terrain des exportations, les entreprises étrangères dominent toujours les deux tiers des exportations de haute technologie de la Chine. Dans le même ordre d’idées, l’absence de succès retentissant dans la création de marques mondiales démontre que les entreprises chinoises (et non les entreprises étrangères produisant en Chine) sont en fait de mauvais exportateurs. Enfin, les données commerciales montrent que la Chine est un centre important de production technologique, mais que ce processus de production est largement contrôlé par des entreprises étrangères et dépend fortement de composants de grande valeur produits ailleurs.

Autre pierre d’achoppement : le coût des royalties et des brevets

Le marché mondial de la propriété intellectuelle est encore plus révélateur des performances chinoises. En général, les pays dotés d’une forte industrie technologique perçoivent d’importants revenus lorsque leur technologie est vendue à des entreprises étrangères. Par exemple, en 2016, les États-Unis ont généré un énorme excédent dans leurs échanges internationaux de propriété intellectuelle, avec une exportation de technologies pour une valeur de 125 milliards de dollars contre 44 milliards de dollars pour les importations. L’Union européenne, pour le même montant de recettes en propriété intellectuelle, est déficitaire en raison de la position dominante des entreprises américaines. En revanche, les recettes internationales chinoises en matière de propriété intellectuelle sont insignifiantes avec à peine plus d’un milliard de dollars. Malgré sa mauvaise réputation en matière de respect de la propriété intellectuelle, la Chine a acheté pour 24 milliards de dollars de technologies étrangères en 2016, soit moitié moins que les États-Unis mais presque autant que l’Allemagne et le Japon réunis. La Chine ne gagne qu’un centime pour chaque dollar qu’elle paie en royalties sur la propriété intellectuelle, soit un soixantième de ce qu’en gagnent les États-Unis. De ce point de vue, la Chine ne semble pas rattraper rapidement son retard technologique sur les économies plus avancées. Au contraire, elle reste très dépendante des brevets étrangers.

Quelle est la puissance technologique chinoise ?

À ce stade, nous ne devons pas oublier que, grâce à son vaste marché intérieur, le principal avantage comparatif de la Chine réside dans sa capacité à diffuser une technologie. La Chine excelle dans l’adoption de technologies déjà établies. En les améliorant un peu et en réduisant considérablement leur coût, elle les transformant en produits de base. Les turbines éoliennes et les panneaux solaires en sont deux exemples récents et marquants : les entreprises chinoises se sont imposées comme les principaux producteurs en volume, mais avec des marges très faibles. Il s’agit d’un important succès, mais il implique par hypothèse de laisser le leadership technologique à l’étranger.

Dans la course technologique féroce qui caractérise le capitalisme du XXIe siècle, la capacité à diffuser une technologie est un aspect négligé que nous nous proposons d’approfondir. Dans leur ouvrage intitulé Run of the Red Queen, les chercheurs Dan Breznitz et Michael Murphree expliquent de manière convaincante les sources de cet atout. Selon eux, en devenant la plaque tournante mondiale de nombreuses étapes de la production, la Chine a également développé une formidable capacité concurrentielle à innover dans différents segments de la recherche, du développement et de la production qui sont aussi essentiels à la croissance économique que l’invention de nouveaux produits. La Chine a réussi à maîtriser l’art de prospérer dans l’innovation de deuxième génération - y compris par le mélange de technologies et de produits déjà connus pour développer de nouvelles solutions – ainsi que dans la science de l’innovation organisationnelle, de l’incrémentation et des processus. Ainsi, les capacités d’innovation de la Chine ne se limitent pas à l’innovation dans les processus (ou dans l’incrémentation), mais s’étendent à l’organisation de la production, aux techniques et aux technologies de fabrication, à la livraison, à la conception et à l’innovation de deuxième génération. Ces capacités permettent de se lancer rapidement sur de nouveaux créneaux, une fois que l’innovation initiale a prouvé sa rentabilité. Aujourd’hui, dans un monde où la production est fragmentée, les entreprises chinoises qui réussissent dans le domaine des technologies de l’information ont acquis une importance mondiale en se spécialisant dans des étapes spécifiques de la production et en se concentrant sur un secteur industriel plus étroit. La Chine n’a pas besoin de maîtriser la conception de nouveaux produits pour atteindre une croissance économique et industrielle soutenue. Un exemple de cette innovation de deuxième génération est Baidu, le moteur de recherche dominant en Chine fondé en 2000. Le site internet de Baidu ressemble indéniablement à celui de Google, mais la ressemblance ne s’arrête pas à la présentation visuelle : le modèle commercial et l’interface de Baidu reprennent ceux de Google. L’entreprise tire parti de l’étendue du marché et de la place qu’elle s’est taillée en Chine dès la fin des années 1990. En outre, Baidu n’est pas un simple imitateur, mais possède sa propre capacité d’innovation et ses propres atouts en matière de conception. Baidu a construit son propre logiciel de recherche en chinois et a pleinement profité de l’ouverture du marché local [6].
Cet élément de la nouvelle division mondiale du travail, en place depuis les années 1970, est à son tour conditionné par deux facteurs internes. Ainsi, cette dynamique, dans laquelle chaque région développe un ensemble unique de capacités, permet à la Chine de dominer de nombreuses étapes d’une économie mondiale fragmentée, mais empêche les entreprises et les chercheurs de s’engager dans le développement de technologies nouvelles et de produits de pointe très risqués… La troisième composante de l’explication de Breznitz et Murphree est l’incertitude structurelle du système politico-économique de la Chine [7].

Il en résulte un système d’innovation durable dans le temps. Les deux auteurs appellent ce cours du développement de la Chine la "course de la Reine rouge", une référence à l’univers de la Reine rouge de Lewis Carroll dans Alice au pays des merveilles qui, pour rester au même endroit, devait courir le plus vite possible (Carroll 2010 [1872]). La Chine brille en maintenant sa production industrielle et ses services en parfaite adéquation avec ses limites technologiques. Comme la Reine rouge, la Chine court aussi vite que possible pour rester à la pointe de la frontière technologique mondiale sans elle-même faire avancer la frontière. La Chine a développé son modèle de la Reine rouge par « accident », en partie grâce à l’expérimentation locale et à la décentralisation administrative et fiscale. Le résultat du développement semble très différent de l’objectif déclaré du gouvernement central qui visait plutôt les innovations de produits et les percées technologiques. Le miracle économique de la Chine n’est pas l’histoire d’un État en développement orchestrant soigneusement sa modernisation industrielle. Il s’agit plutôt d’une histoire d’expérimentation économique par tâtonnements, menée par des entités infranationales, mais façonnée par des conflits politiques entre les conservateurs et les réformateurs centriste, entre des groupes d’intérêt influents et le Parti communiste chinois, et entre le centre et les provinces. Le modèle chinois de la course de la Reine rouge raconte, en substance, comment le nouveau mode fragmenté de la production mondiale au XXIe siècle, un système d’innovation dualiste (national et local) et l’incertitude structurelle interagissent pour induire une innovation de deuxième génération (y compris l’innovation organisationnelle et de processus) sans invention de nouveaux produits ni percées technologiques.

Cela dit, la possibilité que la Chine fasse un bond en avant technologique n’est théoriquement pas exclue. Tout d’abord, les récentes sanctions américaines ont permis un développement sans précédent. Si le manque d’accès aux consommateurs les plus riches et les plus exigeants des États-Unis et, de plus en plus, des autres pays centraux, rendra difficile la fabrication des meilleurs produits du monde, ces sanctions impérialistes ont déclenché un élan d’intérêt pour la maîtrise de la technologie qu’aucun grand pays n’a peut-être connu depuis le boom industriel du Japon dans les années 1950. Toute une génération de scientifiques et d’ingénieurs se penche sur des problèmes fondamentaux tels que la construction d’outils de pointe ou la création des meilleurs matériaux, avec le soutien plus solide que jamais de l’État. De leur côté, les sanctions américaines (auxquelles pratiquement aucune des plus grandes entreprises technologiques chinoises n’a échappé) ont aligné les intérêts des grandes entreprises technologiques chinoises avec les objectifs d’autosuffisance et de grandeur technologique de l’État. Ainsi, Huawei a déjà pris des participations dans 20 entreprises liées aux semi-conducteurs au cours de l’année et demie écoulée... Ces investissements couvrent les secteurs de la fabrication de puces actuellement dominés par des entreprises américaines, japonaises, sud-coréennes et taiwanaises, tels que les outils de conception des puces, les matériaux semi-conducteurs, les semi-conducteurs composés, les équipements de production et de test des puces. L’accélération des investissements et l’éventail des objectifs soulignent la volonté de l’entreprise de s’affranchir des restrictions américaines et de maintenir son développement technologique. Le champion national chinois de la technologie construit aussi discrètement une ligne de production de puces à petite échelle à des fins de recherche à Shenzhen, où se trouve son siège social. Pour sa part, le premier fabricant chinois de puces mémoire prévoit de doubler sa production en 2021 [8].

Plus généralement, le fait que les travailleurs chinois produisent aujourd’hui la plupart des biens du monde (ils représentent encore environ un cinquième du total des exportations manufacturières mondiales, car peu de multinationales ont encore délocalisé leur production hors de Chine) joue en faveur de la Chine. Elle est ainsi plus impliquée que quiconque dans le processus d’apprentissage technologique. Même si, comme nous l’avons dit, peu d’entreprises chinoises sont des marques mondiales de premier plan, les ouvriers et les ingénieurs chinois utilisent les outils les plus récents pour fabriquer un grand nombre de produits parmi les plus sophistiqués au monde. Par exemple, les travailleurs chinois pourraient largement reproduire les biens d’équipement étrangers qu’ils utilisent actuellement, fabriquer davantage par leur propre propriété intellectuelle et construire des produits finis compétitifs au niveau mondial. Cela s’est déjà réalisé dans des technologies telles que le train à grande vitesse, la construction navale et les équipements de télécommunication. Du côté de la demande, la Chine dispose d’un marché intérieur énorme et dynamique. Mais cette issue positive n’est pas gagnée d’avance. Outre les difficultés techniques elles-mêmes, il faut tenir compte du fait que la forte intervention de l’État limite les pressions concurrentielles, ce qui peut constituer un obstacle aux « destructions créatrices » qui ont caractérisé, par exemple, le modèle américain depuis le milieu du XIXe siècle. Au cours de la dernière décennie, la croissance de la productivité a déjà ralenti. Plus fondamentalement, les conditions du marché ne sont peut-être pas encore réunies pour s’engager dans la haute technologie : on voit mal l’intérêt d’investir dans le développement des meilleurs logiciels et systèmes robotiques du monde alors que la main-d’œuvre chinoise est encore beaucoup moins chère que celles des pays développés.

Absence de rupture technologique

Comme nous l’avons vu, le principal avantage de la Chine reste son impressionnante capacité à déployer et à modifier les technologies existantes ; non son leadership technologique. Alors qu’il y a beaucoup de discussions en Occident sur l’impact de son émergence, l’influence de la Chine dans l’important domaine des pratiques de gestion et les modes de pensée de l’industrie occidentale est presque inexistante. A la différence au Japon, l’influence de la Chine est remarquablement faible au niveau des entreprises. La montée en puissance des conglomérats japonais (1950-1980) s’est accompagnée de l’un des concepts de gestion les plus influents de l’après-guerre : le toyotisme, aussi connu en anglais comme le « lean management ». Il ne s’agissait pas simplement d’une idée, mais d’un principe d’organisation assorti de pratiques concrètes qui ont conduit à une transformation du modèle de production de masse qui prévalait dans l’industrie automobile occidentale. En revanche, la montée en puissance des entreprises chinoises (1990-2020) n’a pas connu de philosophie ou de pratique de gestion équivalente qui se soit rapprochée de l’influence exercée par le lean management japonais. C’est important car les entreprises, et leur succès relatif, sont à la fois une extension et un indicateur crucial de l’influence d’un pays. Il ne s’agit pas simplement d’un dérivé d’un vague et large « soft power ». Les arcs dorés de McDonald’s symbolisent peut-être les Américains dans le monde entier, mais c’est le modèle pionnier de standardisation et de franchisage de l’entreprise qui fait que le Big Mac a le même goût de Pékin à Berlin, remodelant ainsi l’industrie alimentaire. C’est ce genre d’influence définitive et étendue que le lean management japonais a généré. Il a été universellement enseigné dans les écoles de commerce aux États-Unis et a été mise en œuvre par des cadres de diverses industries, bien au-delà de l’automobile.

Les caractéristiques internationales et nationales qui ont donné naissance au système productif et technologique chinois sont les raisons profondes et structurelles qui ont empêché jusqu’à présent toute innovation inédite ou percée technologique radicale. Comme nous l’avons expliqué dans la section précédente, cela ne signifie pas que les entreprises chinoises n’ont rien à offrir ou sont dépourvues de pratiques de gestion novatrices ; fondamentalement, la rapidité, l’échelle et la flexibilité sont leurs principaux avantages et répondent à l’objectif de maximiser rapidement la croissance afin de se défendre contre l’inévitable entrée de nombreux acteurs sur le marché d’ici quelques mois. Mais comme le dit l’article cité, ces atouts sont essentiellement des tactiques de survie nécessaires dans un environnement où le scénario par défaut est une pénurie d’opportunités assortie d’une surabondance d’entrepreneurs poursuivant les mêmes opportunités. Pour de nombreuses entreprises privées, il semble que l’élaboration de modèles systématiques visant à transformer les industries soit très peu réfléchie. Même Pony Ma, le fondateur de Tencent, a plaisanté en disant que « les idées ne sont pas importantes en Chine, c’est l’exécution qui l’est [...] ». Le perfectionnement d’un système exige de la patience ; et si Toyota pouvait se permettre cette patience, c’est parce que le gouvernement japonais a protégé l’industrie automobile de la concurrence étrangère et que le constructeur n’a pas eu à affronter 50 concurrents nationaux. Le concept même de kaizen exige une patience assidue pour améliorer le système jour après jour. Mais si l’ « amélioration continue » définit la culture d’entreprise japonaise, alors le « changement continu » et les adaptations réactives constantes peuvent être les principes appropriés à appliquer au modus operandi des entreprises chinoises.

Un exemple éloquent de cette déficience structurelle est le paradoxe de l’industrie aérospatiale chinoise en 2020 : sa dernière mission lunaire a été un succès total tandis que ses programmes d’avions plus proches de la Terre sont en difficulté [9]. Un chercheur français résume la situation de façon amusante et graphique, mais non moins vraie, lorsqu’il affirme qu’il est « plus facile d’atteindre la Lune que Shanghai ». L’explication ? L’auteur la sous-entend dès le titre de son article « Un hommage à un long effort », et développe : le paradoxe de cette situation est une conséquence de l’énorme complexité de la construction des avions de ligne et le résultat de facteurs historiques. Le programme spatial chinois est l’héritier du programme de missiles balistiques du pays. Ce dernier, avec l’armement nucléaire, est le seul programme industriel qui a traversé toutes les turbulences des premières années de la République populaire de Chine.

En d’autres termes, un environnement en constante évolution, caractérisé par une incertitude extrême, des risques élevés et des rendements importants, a eu un effet considérable sur le comportement des acteurs économiques. Les acteurs rationnels ont choisi de se concentrer sur l’obtention de gains à court terme tout en essayant de minimiser les risques. Étant donné que la recherche et développement de haute technologie, en particulier la création de nouveaux produits, est un processus à long terme et à haut risque, les particularités des réformes chinoises ont empêché les acteurs de s’y engager.

Enfin, un autre signe qualitatif de ce que nous disons est que, malgré une augmentation des dépenses brutes de recherche et développement, qui ont atteint 2,1 % du PIB chinois en 2016, des chercheurs plus nombreux et mieux formés et des équipements plus sophistiqués, les scientifiques chinois n’ont pas encore produit de percées de pointe dignes d’un prix Nobel. Peu de résultats de recherche ont été transformés en technologies ou en produits innovants et compétitifs [10].

LES OBSTACLES GÉOPOLITIQUES MAJEURS À L’ESSOR DE LA CHINE

Le contrôle décisif des routes maritimes par les États-Unis

Après les échecs des interventions en Afghanistan et surtout en Irak, et plus généralement en raison d’une lassitude de sa population pour la politique impérialiste après la fin de la « guerre froide », au moins depuis Obama, mais encore plus résolument avec Trump, les USA refusent de jouer le rôle de gendarme du monde. Mais ce passage à une politique de plus grand équilibre des pouvoirs dans les différentes arènes régionales et continentales, après le sur-activisme interventionniste de l’ère néo-conservatrice, ne peut faire oublier le rôle décisif joué par les Etats-Unis en tant que gendarme des mers.
La domination des mers est essentielle pour les États-Unis, tant pour assurer leurs intérêts stratégiques que pour maintenir la stabilité du système commercial international [11]. Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) : « Environ 80 % du volume du commerce international de marchandises sont transporté par voie maritime, et ce pourcentage est encore plus élevé dans la plupart des pays en développement » [12]. Pour la Chine, les routes maritimes sont une question vitale. C’est pourquoi, au-delà de notre appréciation sur la magnifique initiative de la nouvelle route de la soie (Belt and Road Initiative, littéralement « l’initiative de la ceinture et de la route »), il est bon de garder à l’esprit que, d’un point de vue stratégique, ces deux facettes ne sont pas d’égale importance. Comme le souligne Rory Medcalf, expert australien en géopolitique : « Quoi qu’il en soit, magnificence ou folie, la vague de prêts et d’infrastructures de la nouvelle route de la soie chinoise est devenue un jeu de pouvoir géoéconomique, une stratégie de prééminence. La « route », c’est l’Indo-Pacifique aux caractéristiques chinoises, une tentative d’étendre son influence dans l’océan Indien et le Pacifique Sud. La « ceinture » terrestre à travers l’Eurasie est d’une importance secondaire, étant donné que le transport de marchandises en vrac et d’énergie par voie maritime restera moins cher et peut-être pas plus risqué - bien que plus lent que par voie terrestre. Comme l’a souligné Cuiping Zhu, l’un des principaux experts chinois de l’océan Indien, la Chine a besoin du transport maritime pour plus de 90 % de ses importations de pétrole, de minerai de fer, de cuivre et de charbon ».

Sentant une pression redoublée des Etats-Unis sur ses côtes à la fin du XXe siècle, la bureaucratie du PCC a progressivement adopté une stratégie maritime [13]. Pour Pékin, il s’agit d’une question essentielle, car la Chine continentale n’a pas d’accès direct à l’océan Pacifique ou à l’océan Indien. Entre le continent et le premier se trouve Taïwan, tandis que pour naviguer dans le second, les navires chinois doivent passer par le détroit de Malacca. Dans ces conditions, la République populaire ne peut pas étendre son emprise maritime. Matériellement, la transformation est impressionnante. Loin de se concentrer uniquement sur les programmes les plus spectaculaires, comme les missiles balistiques antinavires ou les porte-avions, Pékin a choisi d’investir dans toutes les plateformes et tous les systèmes d’armement de sa flotte : drones, mines, missiles de croisière, avions, sous-marins, destroyers, frégates, corvettes, patrouilleurs, unités amphibies, unités logistiques, navires-hôpitaux et systèmes de soutien C4ISR [14]. De 2000 à 2017, la construction de navires destinés à former l’épine dorsale de la flotte sur le théâtre d’opérations crucial des mers proches (destroyers, frégates, corvettes et sous-marins) a atteint et dépassé la capacité de production cumulée des trois grandes marines régionales de l’Indo-Pacifique (le Japon, la Corée du Sud et l’Inde), dont les programmes d’expansion navale restent néanmoins importants. Entre 2015 et 2017, grâce au porte-avions Shandong de plus de 150 000 tonnes, à la première unité d’une nouvelle série de navires auxiliaires et à trois ravitailleurs, la production navale chinoise a même dépassé celle des États-Unis. En termes quantitatifs, cependant, à ce jour, la plupart des unités sortant des chantiers navals chinois sont encore les petites corvettes de classe Jiangdao I/II de 1 300 tonnes, c’est-à-dire des corvettes destinées à être utilisées en masse en mer de Chine, ce qui confirme que pour l’instant et dans un avenir prévisible, les principaux intérêts maritimes de Pékin seront de nature purement régionale. Ou, pour le dire autrement, pour l’instant, cette augmentation des capacités navales ne remet pas en cause le fait géopolitique dominant qu’est le contrôle décisif des routes maritimes par les Etats-Unis. Un point essentiel à garder à l’esprit est que, malgré l’impressionnant rendement numérique et les taux de mise en service très élevés des nouvelles unités, transformer cette masse de navires en une armada redoutable demandera du temps, des efforts et de la patience. Plus que le simple décompte des navires, ce qui aura vraiment un impact, c’est la capacité de la Chine à combiner toutes les ressources disponibles pour obtenir des avantages tactiques et opérationnels cruciaux en mer. La marine chinoise est toujours à la traîne en termes d’opérations inter-forces, la lutte anti-sous-marine reste son talon d’Achille et l’expérience militaire est quasiment absente.

Dans le même temps, il convient de garder à l’esprit que dans la région indopacifique, la Chine est entourée de puissances navales autres que les États-Unis, telles que le Japon et l’Inde. À court terme, la marine chinoise ne sera pas en mesure de combler l’écart d’expérience avec ses rivales, ce qui pourrait limiter sa portée à la région Asie-Pacifique. Ces limites géopolitiques sont visibles en Afrique. C’est ce que souligne l’expert italien Francesco Sisci lorsqu’il affirme que « La présence de la Chine en Afrique attire l’attention de nouveaux acteurs. Le Japon et l’Inde se donnent la main pour entrer en Afrique. Le Japon possède une force économique et technologique qui peut être utile aux pays africains. L’Inde représente un énorme marché potentiel et a une expérience historique commune, car la bureaucratie indienne a été utilisée pour gérer l’empire britannique sur le continent. La Turquie fait à nouveau des incursions sur le continent, en s’appuyant sur l’ancien héritage musulman. Les Européens et les Américains sont également plus attentifs après des décennies d’absence. Cette nouvelle attention, de la part d’acteurs qui veulent rivaliser avec la Chine, aide l’Afrique. Cette concurrence crée également de nouvelles difficultés pour la Chine. De plus, stratégiquement, l’Afrique est dangereusement éloignée pour elle. Si le commerce et les investissements augmentent sur ce continent, les responsabilités de la puissance asiatique augmentent également. Les navires chinois ne sont pas protégés par la marine de leur pays, dont la capacité de projection est faible, voire inexistante, et qui pourraient facilement être endommagés ou bloqués par un certain nombre d’acteurs sur le continent ou en dehors. En d’autres termes, rétrospectivement, la stratégie africaine de la Chine était trop simple. La Chine ne pensait à ses entreprises à l’étranger qu’en termes d’argent, sans tenir compte de la culture, de l’anthropologie, de l’élément sécuritaire en général. En d’autres termes, elle considérait comme acquise la bonne volonté que les États-Unis manifestaient au monde. Lorsque la bonne volonté des États-Unis disparaît et que la Chine ne la remplace pas en créant une autre bonne volonté mondiale, tout l’exercice s’écroule. »

De plus, si sa capacité de projection navale est encore limitée, celle-ci doit s’opposer à une forte présence américaine sur ses côtes. Cette dernière domine le passage dans le détroit de Malacca et empêche la Chine de reconquérir Taïwan [15], tout en multipliant les opérations dites de liberté de navigation (FONOP [16]) en mer de Chine méridionale. En 2019, la marine américaine a mené neuf opérations, le nombre annuel le plus élevé depuis le début de ces opérations en 2015, qui visent à contester plus agressivement les revendications chinoises en mer de Chine méridionale, formant ainsi un formidable encerclement contre l’ennemi.

L’encerclement géopolitique croissant qui empêche l’hégémonie chinoise en Asie

Pour les dirigeants chinois, le contrôle du Sud-Est asiatique dépend de la sécurité des frontières maritimes du pays, qui est à son tour une des conditions essentielles pour aspirer au rôle de superpuissance. Les tactiques de Pékin dans cette région pour remplir ces objectifs prennent ainsi différentes formes. Elles vont de l’interaction avec la diaspora, gérée directement depuis 2018 par le Parti communiste chinois lui-même, à la combinaison d’activités culturelles, médiatiques et touristiques pour diffuser le récit d’une ascension pacifique de la Chine, en passant par l’exploitation du commerce, des prêts et des investissements dans les infrastructures (y dans le réseau 5G) pour s’attacher le consensus des gouvernements et des entrepreneurs étrangers. La diplomatie - bilatérale et multilatérale – quant à elle, sert à apaiser le mécontentement persistant des pays côtiers face à l’affirmation du pouvoir chinois en mer de Chine méridionale. Cette politique étrangère de soft powerest complétée par la coercition politico-géopolitique qui se cache derrière le fameux « piège de la dette » [17].

Toutefois, malgré ses avancées dans la région, l’Asie du Sud-Est n’est toujours pas l’arrière-cour de Pékin. Au contraire, la pression navale et militaire américaine s’accompagne d’un encerclement géopolitique croissant dans cette région et dans le bassin Indo-Pacifique. L’année dernière, les États-Unis ont obtenu le soutien ouvert de l’Inde et de l’Australie au camp anti-chinois, un alignement qui ne s’était pas produit même pendant la "guerre froide". Ainsi, après des affrontements avec des soldats chinois dans l’Himalaya en juin dernier, Delhi a abandonné son approche de non-alignement pour s’engager dans l’endiguement de son rival chinois par le biais du “Dialogue quadrilatéral pour la sécurité” (Quad), qui réunit également le Japon et l’Australie aux côtés des États-Unis. L’Australie, qui dépend du commerce avec la République populaire, a suivi la même voie, devenant l’avant-garde de l’offensive américaine sur la question des droits de l’homme instrumentalisée pour attaquer le régime chinois, sans tenir compte des conséquences économiques inévitables. Tous deux rejoignent le Japon dans sa croisade stratégique visant à empêcher toute tendance hégémonique de la part de la Chine dans la région qu’elle considère comme sa propre zone d’influence. Il est important de se rappeler que lorsque nous parlons du Japon, nous parlons de l’une des économies les plus avancées au monde sur le plan technologique. En même temps, comme nous le rappelle l’orientaliste australien et spécialiste de l’Asie de l’Est Gavan McCormack, il est important de prendre en compte que : « Au fil du temps, le Japon, constitutionnellement pacifiste, est devenu le huitième pays du monde en terme de puissance militaire, avec des dépenses en armes et en systèmes d’armement d’environ 50 milliards de dollars par an. Son armée de 247 000 soldats est plus importante que celles du Royaume-Uni, de l’Allemagne ou de la France. Le Japon subventionne également le Pentagone à hauteur de près de 7 milliards de dollars par an (en 2016), apportant un généreux soutien financier à l’importante présence militaire américaine dans le monde (plus d’une centaine de bases). Des bases à partir desquelles les troupes américaines ont pu être envoyées à volonté sur les fronts de la Corée et du Vietnam dans les années 1950 et 1960, ainsi qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Aujourd’hui, l’armée japonaise possède des avions de chasse, des cuirassés et des sous-marins, et même deux porte-avions (qualifiés de "porte-hélicoptères" et mesurant "seulement" 248 mètres de long). Elle coopère avec les États-Unis, non seulement dans le cadre de programmes militaires "conventionnels", mais aussi à travers des programmes visant à établir un contrôle hégémonique sur l’espace et le cyberespace (le ministère de la défense prévoit dans son budget une unité cybernétique de 540 personnes et une unité spatiale de 70 personnes à partir de 2021). Au cours de la dernière décennie, en particulier pendant la deuxième administration de Shinzo Abe (2012-2020), il y a eu une augmentation des achats d’armes américaines, un relâchement de l’interdiction des exportations d’armes et une limite de dépenses auto-imposée de 1 % du PIB (en mars 2017). Les forces aériennes et navales du Japon ne souffrent ainsi d’aucune concurrence (à l’exception des États-Unis eux-mêmes) dans le Pacifique occidental. Cette supériorité régionale s’est lentement érodée. Bien que le Japon ait régulièrement augmenté ses dépenses militaires sous le gouvernement Abe, celles-ci ne s’élevaient qu’à 5 688 000 milliards de yens en 2020, soit environ un quart de l’équivalent de 20 288 000 milliards de yens pour la Chine. Le parti libéral démocrate, actuellement au pouvoir au Japon, appelle désormais le gouvernement à doubler les dépenses de défense pour atteindre le niveau (nominal) de l’OTAN, soit 2 % du PIB. Les conséquences d’une telle course militaire entre les deux principales puissances d’Asie de l’est ne peuvent donc être que négatives [18]. »

A rebours de toute vision économiciste qui placerait hâtivement la Chine au centre de l’Asie-Pacifique, ce qui est frappant avec l’Asie du Sud-Est, c’est la façon dont le lien économique croissant avec la Chine n’éteint pas pour autant l’animosité stratégique et politique contre Pékin. En d’autres termes, alors que la Chine garantit leur bien-être, les pays du Sud-Est asiatique préfèrent se tourner vers Washington pour préserver leur propre sécurité. Actuellement, le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc menace Pékin de graves répercussions s’il poursuit la construction du barrage hydroélectrique de Sambor au Cambodge qui affecterait le bassin inférieur du Mékong dont dépend l’agriculture nationale [19]. Et en mars de l’année dernière, le Vietnam a reçu le porte-avions nucléaire USS Carl Vinson lors d’une visite historique de cinq jours, le premier débarquement militaire américain dans le pays depuis la chute de Saigon. Par la suite, en octobre, le Japon a signé un accord militaire stratégique avec le Vietnam. Dans le même temps, le pays nippon se procure des équipements et des formations auprès de la Russie et de l’Inde. Pour leur part, les Philippines, bien qu’intéressées par les investissements chinois, ont également pris leurs distances avec la République populaire. En 2016, la Cour permanente de La Haye s’est prononcée contre les revendications de Pékin concernant les îles de la mer de Chine méridionale. Cette vive dispute a été exacerbée en février de l’année dernière par une collision dans la même mer entre une corvette philippine et un navire de guerre chinois. Fin mai, le président philippin Rodrigo Duterte a donc demandé au Pentagone de maintenir un contingent de 250 militaires américains sur place, annulant ainsi l’ordre d’évacuation émis précédemment. La riche cité-État de Singapour a renouvelé pour la troisième fois en 2019 le protocole d’accord permettant aux États-Unis d’utiliser les bases navales et aériennes de Changi et Paya Lebar. Elle a acheté à son tour une quarantaine de chasseurs F-35 produits par Lockheed Martin, destinés à remplacer autant de F-16, signalant ainsi son affiliation stratégique, au-delà d’une politique étrangère apparemment neutre. La Malaisie se comporte de la même manière. À la mi-avril, un affrontement entre un navire de recherche chinois et un navire malaisien exploité par la compagnie pétrolière publique Petronas a conduit des navires de guerre américains et australiens à pénétrer dans les eaux contrôlées par Kuala Lumpur. Pour sa part, l’Indonésie a profité de l’arrêt de La Haye en faveur des Philippines pour demander au Secrétaire général des Nations unies de condamner publiquement les ambitions maritimes de Pékin. Depuis de nombreux mois, Jakarta rejette l’intrusion de navires chinois près des îles Natuna, menaçant la République populaire de représailles si elle étend sa zone économique exclusive jusqu’au bord de ses eaux.

Contre toute vision bipolaire de la confrontation entre la Chine et les États-Unis, simple copie géopolitique mais aussi mécanique et erronée du conflit entre l’ex-URSS et les États-Unis pendant la guerre froide, il faut considérer que les ambitions hégémoniques de Pékin en Asie-Pacifique ne seront pas seulement confrontées à la géographie difficile de la région mais seront aussi particulièrement conditionnées par de fortes rivalités régionales [20]. Comme le dit le géopoliticien australien cité plus haut : « Bien sûr, les explications binaires et simplistes sont un moyen tentant de donner un sens à certaines des statistiques les plus abrutissantes sur la taille des économies chinoise et américaine. Prises isolément, ces données racontent une histoire fascinante : la Chine a déjà dépassé les États-Unis en tant que première économie mondiale, ou le fera bientôt, et peu importe le reste. Mais il est intéressant de jouer avec d’autres chiffres - des statistiques qui intègrent les deux grandes puissances dans un système de nombreuses nations importantes, la région que nous appelons aujourd’hui l’Indo-Pacifique. Cette réalité complexe comprend de nombreux "acteurs intermédiaires" et notamment des pays importants qui ne sont ni la Chine ni les États-Unis. L’un des arguments centraux de ce livre est que, en travaillant ensemble, les acteurs intermédiaires de la région peuvent influer sur l’équilibre des pouvoirs, même en faisant jouer un rôle mineur aux États-Unis. Considérez, par exemple, la possibilité d’un quadrilatère différent : Japon, Inde, Indonésie et Australie. Tous les quatre ont de sérieuses différences avec la Chine, et ils convergent raisonnablement (et en général de plus en plus) les uns avec les autres en termes de sécurité nationale. Ils se trouvent être les champions d’une vision du monde indo-pacifique émergente. Et ce ne sont pas des nations passives ou légères. En 2018, les quatre avaient une population combinée de 1,750 milliard d’habitants, un produit intérieur brut, ou PIB, combiné (mesuré en termes de parité de pouvoir d’achat, ou PPA) de 21 000 milliards de dollars, et des dépenses de défense combinées de 147 milliards de dollars. En revanche, les États-Unis ont une population de 327,4 millions d’habitants, un PIB de 20,49 milliards de dollars et des dépenses de défense de 649 milliards de dollars. La population de la Chine quant à elle est de 1,39 milliard d’habitants, son économie de 25 000 milliards de dollars et son budget de défense de 250 milliards de dollars (cela suppose, bien sûr, que les statistiques officielles chinoises sur la croissance économique et la taille de la population ne sont pas gonflées, ce dont il y a lieu de douter). Si nous projetons les chiffres une génération plus loin, jusqu’au milieu du siècle, l’image des acteurs intermédiaires en tant que puissants équilibristes devient encore plus frappante. D’ici 2050, les quatre acteurs de taille moyenne devraient avoir une population combinée de 2 108 milliards d’habitants et un PIB combiné (PPA) d’un montant stupéfiant de 63 970 milliards de dollars. D’ici là, les États-Unis devraient compter 379 millions d’habitants et avoir un PIB (PPA) de 34 000 milliards de dollars. La Chine comptera 1402 millions d’habitants et aura un PIB de 58,45 trillions de dollars. Même les trois grands partenaires indo-pacifiques - l’Inde, le Japon et l’Indonésie - éclipseraient la Chine en termes de population et la dépasseraient sur le plan économique. D’ici là, leurs budgets de défense combinés pourraient également être plus importants que ceux de la puissante Armée populaire de libération (APL). Si vous incluez une ou plusieurs puissances régionales montantes ayant leurs propres frictions avec la Chine, comme le Viêtnam, qui pourrait compter quelque 120 millions d’habitants et avoir une économie parmi les vingt premières du monde, les chiffres sont encore plus forts. Même la combinaison de seulement deux ou trois de ces pays ferait réfléchir la Chine. Et tout cela, pour le moment, exclut tout rôle stratégique pour les États-Unis à l’ouest d’Hawaï" [21]. »

Il est important d’avoir en tête ces données concernant le potentiel d’un front anti-Chine si celui-ci venait à se consolider. L’approfondissement de la stratégie coercitive de Pékin entraînerait une myriade de risques qui pourraient inutilement compromettre les objectifs stratégiques de long terme de la Chine. La Chine a besoin d’amis et n’est pas encore assez puissante pour gagner des alliés en dictant simplement ses conditions. En particulier dans une région où de nombreuses autres puissances exercent une influence considérable. Ainsi, les pressions exercées par la Chine sur les nations plus faibles entrent en conflit avec les sphères d’influence traditionnelles des autres puissances, alors que, dans le même temps, elle n’est pas assez puissante pour le faire sans inciter les États rivaux à réagir. Ainsi, l’Inde ne laissera pas la Chine utiliser l’initiative "Belt and Road" pour s’emparer du Sri Lanka, des Maldives, du Bangladesh et d’autres pays sans se battre. Il en va de même pour l’Australie et les nations insulaires du Pacifique Sud, ainsi que pour le Japon et les Philippines, la Thaïlande et la Malaisie, ou plus généralement l’Asie du Sud-Est, qu’elle considère comme sienne. En d’autres termes, la Chine n’est pas la Grande-Bretagne du XIXe siècle.

LA PEUR SANS CESSE PRESENTE DE LA LUTTE DES CLASSES ET DE L’INITIATIVE PAR EN BAS

L’orientation libérale ou néolibérale de l’État chinois depuis le début de la restauration capitaliste est claire. Le développement de l’action de la classe ouvrière et de la population, la multiplication de ce qui est appelé les "incidents collectifs de masse" est également un élément bien connu et pris en compte par les autorités chinoises. Récemment, le China Labour Bulletin a prédit que « si les travailleurs continuent de subir des baisses de salaire et des conditions de travail oppressantes alors que les bénéfices des propriétaires d’entreprises augmentent l’année prochaine, il est possible, voire probable, que la Chine connaisse une nouvelle vague de grèves et de manifestations similaires à celle qui a suivi la grève de Honda dans le Guangdong à l’été 2010 » [22].
En effet, les réformes, tout en modernisant de manière inégale et combinée la Chine continentale pour en faire une grande puissance économique, ont créé un nouveau prolétariat aggloméré dans de gigantesques concentrations ouvrières comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité. Cet énorme renforcement de la classe ouvrière est un élément omniprésent dans l’équilibre des forces. Cet élément fondamental a conditionné sans l’entraver l’avancée de la restauration capitaliste. Ce caractère structurel de "l’économie politique de l’essor de la Chine" a conduit certains auteurs à la définir comme un "néolibéralisme d’État", une contradiction dans les termes, mais qui visent à "décrire la trajectoire de développement post-socialiste de la Chine et de la distinguer des États développementalistes d’Asie de l’Est, de l’État néolibéral tel qu’il est pratiqué dans les sociétés capitalistes occidentales et de l’État post-socialiste d’Europe de l’Est" [23]. Bien qu’il y ait eu une pause initiale dans la néolibéralisation après Tienanmen, c’est l’agitation sociale croissante suite à l’avancée des réformes qui a conduit à la consolidation du " néolibéralisme d’État " en 2003/2012 [24].

Comme le disent les deux auteurs : « En réponse à la résistance sociale croissante de la Chine et aux conflits de classe, et reflétant peut-être un changement d’orientation idéologique de l’État, le nouveau régime a commencé à instaurer un "néolibéralisme d’État". Au fur et à mesure que les réformes du marché se poursuivront, l’État jouera également un rôle plus actif pour modérer les effets négatifs de la marchandisation ».
Mais contrairement à l’opinion des nostalgiques du maoïsme qui considèrent toujours l’État capitaliste chinois comme progressiste, ces virages, lorsque la lutte de classe se resserre, doivent être considérés comme des concessions minimales venant d’en haut visant à empêcher la généralisation et la politisation des luttes locales contre la bureaucratie dirigeante et surtout freiner l’entrée en scène indépendante des travailleurs et leur confiance en leurs propres forces.
Comme le disent Alvin So et Yin-Wah Chu : « En termes de politiques de réparation, les initiatives de Hu Jintao pour une société harmonieuse avaient des limites évidentes. Premièrement, ces politiques ont été introduites dans un contexte de mécontentement croissant et de conditions sociales incendiaires. Il ne s’agissait pas du tout de tentatives visant à permettre une modification fondamentale des relations entre l’État et la société. Deuxièmement, et de manière connexe, malgré l’amélioration de la protection sociale et l’extension des "droits" des travailleurs et des paysans, ceux-ci ont été distribués sans aucune intention d’émanciper ces acteurs sociaux clandestins. Les politiques devaient être mises en œuvre par des agences gouvernementales et des mesures ont été prises pour empêcher l’émergence d’organisations syndicales et paysannes autonomes. Dans le même temps, Hu Jintao et Wen Jiabao ont été présentés comme des dirigeants éclairés, voire des patriarches, qui, dans leur souci sincère des pauvres et des ignorants, ont fait des pieds et des mains pour les aider. Ce n’est peut-être pas un hasard s’ils s’adressaient à la jeunesse du pays en s’appelant "Hu Yeye" (grand-père Hu) ou "Wen Yeye" (grand-père Wen). Troisièmement, bien que Hu Jintao ait manifesté son souci d’une justice distributive et ait évoqué la nécessité de développer la démocratie socialiste, l’État de droit et la capacité de gouvernance du parti, son inclinaison était loin d’être libérale au sens occidental. En réponse aux problèmes de corruption et à l’incapacité supposée du gouvernement central à contrôler les fonctionnaires sous-provinciaux, il a en fait appelé à son renforcement. Enfin, et surtout, les politiques n’ont pas réussi à résoudre la principale contradiction du pays. Comme nous l’avons vu plus haut, les politiques introduites après 1978 et celles qui ont suivi la répression de Tiananmen ont encouragé les capitalistes naissants et les administrateurs de l’État au niveau local à s’engager dans des activités lucratives, tandis que le "système de répartition des taxes" et le "système de responsabilité des cadres" ont effectivement forcé les cadres locaux à adhérer au néolibéralisme, aussi impitoyable soit-il. L’État central pourrait continuer à faire preuve de moralité, conserver son autorité et condamner les administrateurs locaux et les capitalistes naissants pour avoir exploité les travailleurs, pillé l’environnement et s’être comportés de manière corrompue. Toutefois, tant que les politiques néolibérales et la relation entre le pouvoir central et les collectivités locales restent inchangées, toutes les initiatives visant à promouvoir une "société harmonieuse" ne peuvent que contenir les pires méfaits ou s’attaquer aux symptômes superficiels du néolibéralisme [25]. »

Xi Jinping, davantage encore que ses prédécesseurs de l’ère de la restauration, incarne ce difficile équilibre. À son arrivée au pouvoir, les excès de la réforme et de l’ouverture étaient devenus une menace existentielle pour le parti. Ce dernier était devenu sclérosé, corrompu, profondément divisé en factions et, selon Xi, dépourvu d’une idéologie directrice au-delà du yuan tout-puissant. Parallèlement, la prospérité croissante de la Chine s’est accompagnée d’attentes de plus en plus grandes en matière de qualité de vie. Des attentes que la croissance économique ne pouvait à elle seule satisfaire, comme un air et une eau propres, des filets de sécurité sociale et une gouvernance plus transparente. L’industrialisation rapide de la Chine depuis 1978 a sapé ces objectifs et le parti est devenu peu réactif et mal équipé face à ces nouvelles exigences. Le problème pour Xi est qu’il doit appliquer cet exercice d’équilibre déjà compliqué alors que l’économie, contrairement au passé, est en déclin, tandis que les attentes de la population ont augmenté et sont totalement différentes de celles qui ont favorisé les premières décennies de réforme. Comme le dit le célèbre économiste chinois Zhou Qiren : « La tendance générale actuelle de l’économie chinoise est à la baisse bien qu’elle parte d’une position élevée. Il est plus facile de gravir une montagne que d’en descendre. De nombreuses contradictions dans l’économie chinoise ont été cachées pendant les périodes de forte croissance. Mais en période de ralentissement économique, il est plus difficile de maintenir l’équilibre. De nombreux problèmes anciens restent non résolus et beaucoup d’autres apparaissent. Les défis émergent un par un pour la Chine, obligeant le pays à prendre des décisions rapides. En outre, les jeunes, qui constituent la majeure partie de la société, ont un cadre de référence différent pour évaluer les systèmes, les politiques et leur propre environnement, et ils ont également des attentes plus élevées quant à ce que devrait être la société. Pour la génération qui a connu la grande famine de 1959-61, les Communes populaires et la Révolution culturelle, les changements intervenus en Chine depuis le début de la réforme et de l’ouverture constituent sans aucun doute des améliorations massives. Toutefois, les personnes nées dans les années 1980 et 1990 ont toujours vécu dans une Chine relativement plus ouverte et ont une meilleure compréhension des événements mondiaux. Ils ont des opinions sur la façon dont le monde devrait être et, si ces attentes ne sont pas satisfaites, ils sont insatisfaits. Les personnes qui constituent l’essentiel de la société actuelle sont aussi les participants les plus actifs de la structure industrielle, de la consommation et des activités culturelles de la Chine. Quelles sont leurs attentes et leurs cadres de référence ? Ont-elles des attentes plus élevées en matière de justice sociale et de civilisation moderne, et moins de tolérance à l’égard des conséquences négatives d’une réforme incomplète ? L’économie chinoise est déjà la deuxième du monde en termes de taille. Mais c’est précisément pour cette raison que les attentes des citoyens vis-à-vis de leur propre pays sont plus élevées que par le passé. Nous ne devrions pas compter sur la comparaison constante du présent avec la misère du passé pour maintenir la satisfaction des gens [26]. »
C’est ce danger de voir les masses suivre leur propre voie, indépendamment des décisions et du contrôle étouffant du parti, qui explique le comportement bonapartiste et répressif de plus en plus ferme du président chinois. Alors même que ce dernier se vante, d’avoir liquidé la Covid-19 contrairement aux autres dirigeants mondiaux. La dernière illustration emblématique de ce saut répressif est la condamnation de la journaliste chinoise Zhang Zhan, condamnée à quatre ans de prison pour avoir « provoqué des perturbations et suscité des troubles » pour avoir rapporté sur ses réseaux sociaux des détails sur la première épidémie de coronavirus dans la ville de Wuhan fin décembre. De la même manière, et sans parler de la lourde répression de la minorité musulmane ouïgoure, les capacités de surveillance du régime ont été considérablement étendues. De son côté, le contrôle et la censure se généralisent à des niveaux incroyables et surréalistes. WeChat bloque les mots-clés sensibles, qui comprennent aujourd’hui "découplage" et "sanctions". Preuve de leurs tendances staliniennes exacerbées, les autorités cinématographiques ont empêché que les films de science-fiction se développer de manière indépendante, et ont publié cette année des directives sur l’orientation idéologique correcte que doivent suivre les nouveaux films. Curieusement, malgré la forte perte de légitimité des États-Unis et de l’ensemble des gouvernements impérialistes en 2020 face à la pandémie, le régime chinois semble congénitalement incapable de se faire une bonne réputation à l’échelle internationale. Sans compter qu’au niveau national, le risque de voir le dynamisme général de la société décliner ne fait que grandir, du fait du rétrécissement de l’espace accordé à la pensée critique.
Tous ces exemples montrent que les contradictions inhérentes au "néolibéralisme d’État" (indépendamment du fait que ce terme soit ou non pertinent pour décrire les contradictions du modèle chinois au niveau social) sont de moins en moins viables dans les années à venir. Elles obligent le régime à s’engager dans une forte spirale descendante et à prendre probablement des virages brusques qu’il a jusqu’à présent tenté d’éviter. L’émergence d’une nouvelle génération de travailleurs arrivant sur le marché du travail, qui ne peut pas supporter les rythmes de production et montre déjà des signes de résistance souterraine à ceux-ci, peut constituer un casse-tête pour la bureaucratie du PCC, ainsi qu’un obstacle important au modèle économique. Ces éléments de résistance rampante ont pris de l’ampleur en 2020, en pleine pandémie de coronavirus, alors que la Chine s’efforçait de faire face à ses conséquences économiques. Comme le dit un journaliste du SCMP : « Les jeunes se relâchent en refusant de faire des heures supplémentaires, en refusant de faire un travail de qualité moyenne, en allant fréquemment aux toilettes et en y restant longtemps, en jouant avec leur téléphone portable ou en lisant des romans au travail. Ils disent que leur paresse au travail est une rébellion silencieuse contre la culture qui consiste à faire des heures supplémentaires pour une faible récompense. C’est aussi le reflet d’une déception par rapport à leur salaire, qu’ils estiment loin d’être suffisant pour réaliser leurs rêves, comme l’achat d’une maison..... D’une manière générale, la génération Z abhorre le rythme de travail dit "996" - des équipes qui travaillent de 9 heures à 21 heures, six jours par semaine - que les géants chinois de la technologie attendent de leurs employés [27]. »

Cette nouvelle "philosophie" signifie un renversement absolu des durs sacrifices que la génération née dans les années 1970 et 1980 était prête à endurer et qui ont été à la base du miracle économique chinois. Si cet élément se développe, le contrôle de la bureaucratie au pouvoir sur les lieux de travail pourrait être mis à mal. Les signes annoncent-ils un automne chinois chaud, semblable à celui qu’ont connu l’Europe et les États-Unis à la fin des années 1960 ? Ce qui est certain, c’est que si l’intensité et la longue durée des heures de travail rencontrent une sorte de limite "sociale" (une crise de leur efficacité en tant que technique de domination sur le travail) toute la structure et la superstructure sur lesquelles repose la bureaucratie restaurationniste peuvent être remises en question.

La perspective inquiétante de la division du pays

Malgré les progrès généraux en matière de prospérité du pays et la propagande officielle selon laquelle la pauvreté a été vaincue, la réalité en Chine aujourd’hui est qu’il existe d’énormes inégalités sociales et une forte polarisation entre les classes, entre la ville et la campagne [28], entre les zones capitalistes et les anciennes zones industrielles d’État [29]. Mais, ce qui est plus inquiétant pour l’unification nationale durement acquise à la suite de la révolution de 1949, c’est que le développement inégal affecte également les différentes régions de la Chine, dont certaines ne bénéficient pas de la croissance qui a lieu à l’Est et dans les régions du littoral.

La division entre la côte et l’arrière-pays ne se résume pas à de grandes disparités de richesse, bien que cela compte certainement. Mais parallèlement, l’orientation de la Chine côtière est liée au commerce maritime mondial, tandis que l’arrière-pays possède beaucoup moins d’opportunités commerciales. La tendance des premiers est de s’attacher à leurs clients, de devenir des bourgeoisies compradores, tandis que l’arrière-pays se tourne vers Pékin pour redistribuer les richesses de la côte afin d’aider l’arrière-pays submergé dans la pauvreté. Si cet équilibre est rompu, le risque de régionalisation qui a hanté l’histoire de la Chine réapparaîtra. En plus de tenir la lutte des classes à distance, le renforcement du bonapartisme de la direction du PCC répond à ce spectre en empêchant que la richesse côtière ne se traduise en pouvoir politique, ainsi qu’en empêchant les élites côtières de s’opposer à son projet de réforme.

Ainsi, comme son prédécesseur, mais de manière plus résolue, lorsque Xi Jinping a pris ses fonctions en 2012, il a cherché à atténuer cette source de tension. D’une part, sa campagne anti-corruption visait à renforcer le contrôle de l’État sur l’économie et le système financier, en partie pour maintenir les zones côtières dépendantes du parti et pour convaincre l’arrière-pays qu’il n’est pas un pion de la région la plus riche. Ainsi que ses mesures énergiques contre les conglomérats privés (dont de nombreux dirigeants sont allés en prison) ainsi que contre la fuite des capitaux à l’étranger.

D’autre part, l’un des objectifs de la construction massive d’infrastructures par Pékin est de mieux intégrer les marchés côtiers et intérieurs, ce qui permettra aux fabricants de mieux tirer parti des différences de revenus régionales et aux exportateurs traditionnels de se concentrer davantage sur les marchés intérieurs. Dans le même ordre d’idées, la partie eurasienne de l’initiative "Nouvelles Routes de la Soie", au-delà de la fanfaronnade géopolitique totalement exagérée de l’Empire du Milieu, répond aussi en grande partie à cet objectif purement national d’enrichissement des provinces intérieures qui, malgré les taux de croissance surnaturels du pays au cours des trois dernières décennies, se sont misérablement appauvries par rapport aux régions côtières plus prospères. Et surtout, sur le plan économique, trouver des débouchés pour écouler sa production excédentaire (sans trop se soucier des sources de la demande).

Mais cette politique de la bureaucratie se heurte au caractère structurel du modèle chinois caractérisé par des taux d’investissement élevés combinés à des revenus déprimés des travailleurs et des paysans, et donc à une consommation intérieure déprimée. Comme le dit le marxiste chinois Au Loong-Yu : « Alors qu’une consommation intérieure de 60 à 70 % du PIB est considérée comme normale au niveau international, en Chine, elle a toujours été faible, atteignant en moyenne 50 % entre 1952 et 2019. Ce qui est plus alarmant, c’est son déclin continu, de 47,7 % en 2000 à 34,6 % en 2010 ; depuis, il est reparti à la hausse, mais très légèrement, pour atteindre 38,8 % en 2019 »[30].

Étant donné que la bureaucratie restaurationniste s’oppose farouchement à une redistribution radicale des richesses, avec une augmentation significative de la part du revenu national allant aux masses laborieuses afin qu’elles puissent acheter ce qui est produit au niveau national, la seule option réaliste à cette contradiction centrale du modèle chinois qui résulte en un marché intérieur étroit par rapport aux surcapacités de production est sa dépendance vis-à-vis des marchés des pays industriels avancés.

Dans ce cadre, il y a toujours le danger que des zones côtières hyper-modernes, commercialement interconnectées avec leurs voisins et le reste du monde, et donc exposées à la contagion occidentale, puissent, sous la pression de l’évolution des conditions géopolitiques internationales qui sortent du cadre bénin dans lequel le modèle chinois s’est jusqu’ici développé, considérer l’opportunité de parvenir à mieux s’ouvrir aux échanges. C’est ce qui est arrivé au XIXe siècle, notamment en faveur des Britanniques, générant un nouveau cycle de fragmentation et de conflits internes violents. Étouffer cette possibilité dans l’œuf, c’est du moins le message que Xi cherche à faire passer avec la défenestration brutale du patron d’Alibaba, Jack Ma.

Xi est tout aussi dur à l’égard des minorités ethniques telles que les Ouïgours, les Tibétains et les Mongols contraints d’adopter les coutumes et les traditions des Han (l’ethnie majoritaire), comme le confirme l’utilisation des tristement célèbres camps de rééducation du Xinjiang. Plus visible encore, sa politique répressive à l’égard des masses mobilisées à Hong Kong, qui sont réticentes à faire partie intégrante de la Chine tant qu’elle est dirigée de manière autoritaire. Un message clair en direction de Taïwan afin d’inciter à accepter une réunification (pour le coup pas nécessairement pacifique). La bureaucratie considère qu’il est essentiel de consolider la loyauté de la population aux diktats du PCC afin de préserver le contrôle de la République populaire et de mener à bien le processus de construction de l’État-nation, condition sine qua non de toute affirmation impérialiste. Mais cette tâche d’achever l’unification nationale et de clore le siècle d’opprobre s’avère loin d’être facile, comme le montre en quelque sorte Hong Kong, malgré les limites stratégiques de la mobilisation récente et surtout la question taïwanaise, que l’impérialisme utilise de plus en plus comme une pique contre la Chine continentale.

Dans ce contexte, au cours de l’année écoulée, alors que le sentiment nationaliste montait en puissance sur le continent et que des appels étaient lancés à Pékin pour agir sur des questions telles que les forces indépendantistes à Taïwan, il est frappant de voir que les commentaires de Qiao Liang, un général de division de l’armée de l’air à la retraite, considéré comme la voix des faucons en Chine, furent diffusés en public. Selon le SCMP, il a déclaré : « L’objectif ultime de la Chine n’est pas la réunification de Taïwan, mais la réalisation du rêve de rajeunissement national, afin que les 1,4 milliard de Chinois puissent avoir une bonne vie. Cet objectif peut-il être atteint en reprenant Taïwan ? Bien sûr que non. Alors nous ne devrions pas en faire la priorité absolue. Si Pékin veut reprendre Taïwan par la force, il devra mobiliser toutes ses ressources et sa puissance pour y parvenir. Elle ne doit pas mettre tous ses œufs dans le même panier, c’est trop coûteux ».

En tout cas, ce qui est clair, c’est que l’île est la pierre de touche de la concurrence sino-américaine. Si elle est incorporée par la République populaire d’ici 2049, l’influence américaine en Asie sera vaincue. À l’inverse, si l’île s’avère irrécupérable et que Taïwan affirme son indépendance, la Chine pourrait entrer dans une nouvelle période historique d’humiliation.

Malgré sa relative autonomie stratégique, la Chine n’est pas encore une puissance impérialiste

Il est clair que la Chine a développé de forts traits impérialistes qui ont été analysés dans d’autres articles de ce journal. En particulier, l’importante exportation de capitaux à l’étranger (bien qu’il s’agisse d’une nouvelle caractéristique de certaines économies dépendantes qui parle de l’extension du capital financier à différents niveaux et hiérarchies de l’économie mondiale), son énorme accumulation de réserves, un niveau de prêt qui l’assimile parfois à la Banque mondiale et comme élément très important dans un monde où le marché mondial se rétrécit, en raison de l’importance de son marché intérieur, tant pour les pays producteurs de matières premières que pour les pays producteurs de biens de production et/ou de consommation. Tous ces facteurs confèrent à la Chine un caractère particulier dans la hiérarchie instable des États de ces dernières années, un point encore renforcé par le rôle de contre-tendance joué par la Chine dans les premiers stades de la crise mondiale de 2008/9 et, plus récemment, par le fait qu’elle a jusqu’à présent efficacement contenu le virus et repris sa croissance économique [31].

Cette spécificité est renforcée par le fait que s’il est vrai que l’État chinois s’est intégré à l’économie mondiale capitaliste, la restauration capitaliste ne se fait pas dans un cadre colonial, comme par le passé, mais sous l’arbitrage d’un État issu d’une révolution ayant réalisé l’unité nationale. Cela donne à la bureaucratie de Pékin une marge d’autonomie étatique incomparablement plus grande que celle de n’importe quel autre pays de la périphérie capitaliste, un développement qui s’est essentiellement produit en dehors des relations hégémoniques américaines.

Cette indépendance politique en fait un défi stratégique pour les États-Unis, notamment en Asie de l’Est, comme le montre l’affrontement brutal entre les deux pays. Mais dans le même temps, sa fragilité technologique, son retard persistant et sa dépendance à l’égard des grandes puissances impérialistes, malgré les progrès réalisés pour rattraper le retard sur nombre d’entre elles, les barrières géopolitiques redoublées, ainsi que la tension latente sur la lutte des classes et la ligne de fracture non résolue sur la division nationale, l’empêchent toujours d’être considérée comme une puissance impérialiste. Sans compter sa faible productivité du travail par rapport aux principaux centres impérialistes, la persistance d’une pauvreté structurelle importante malgré d’énormes progrès dans ce domaine, et son rôle encore faible dans la finance mondiale.

En ce qui concerne le premier, le rattrapage chinois est impressionnant, il a été multiplié par 15 au cours des quarante dernières années. Mais comme l’explique Trotsky dans le premier chapitre de La Révolution trahie, face au dynamisme d’une autre formation sociale comme l’ex-URSS de l’époque : « Les coefficients dynamiques de l’industrie soviétique sont sans précédent. Mais ni ce soir ni demain ils ne trancheront la question. L’U.R.S.S. monte en partant d’un niveau effroyablement bas, tandis que les pays capitalistes glissent à partir d’un niveau très élevé. Le rapport des forces actuelles est déterminé non par la dynamique de croissance, mais par l’opposition de la puissance totale des deux adversaires telle qu’elle s’exprime dans les réserves matérielles, la technique, la culture et avant tout dans le rendement du travail humain. Sitôt que nous abordons le problème sous cet angle statistique, la situation change au grand désavantage de l’U.R.S.S. ». Cela ne signifie pas que la Chine suivra le même sort que les régimes d’Europe de l’Est et de l’URSS, puisque même pendant la présidence de Xi Jinping, contrairement à la période maoïste, il s’est gardé de toute politique de sortie du marché mondial. Mais cela permet de comprendre une distance fondamentale qui sépare la Chine des puissances impérialistes, malgré toutes ses réalisations et ses forces.

La réduction de la pauvreté a longtemps été une priorité absolue et une source de légitimité pour le PCC. L’ampleur des progrès réalisés par la Chine est impressionnante : au cours des quatre dernières décennies, plus de 850 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté, selon la Banque mondiale. Près de 90 % de la population vivait dans l’extrême pauvreté en 1981, mais en 2019, moins de 1 % vivait dans l’extrême pauvreté. Cette performance est en grande partie le résultat de décennies de croissance économique rapide depuis l’introduction de la politique d’ouverture et de réforme de Deng Xiaoping en 1978. Une étude récente du Center for Strategic and International Studies (CSIS), basé à Washington, indique que : "Parmi les 15 pays en développement les plus peuplés du monde, la Chine a connu la plus forte baisse des taux de pauvreté" [32].

Mais comme le résume un article des Echos : « cela n’est qu’une partie de l’histoire. Au regard des standards internationaux fixés par la Banque mondiale, la Chine est, certes, parvenue à éliminer l’extrême pauvreté (personne disposant de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre) mais reste confrontée à une importante pauvreté. Dans son dernier rapport annuel, la Banque mondiale relève que la Chine compte encore 225 millions de pauvres, soit environ 16 % de la population vivant avec moins de 5,50 dollars par jour et par individu. A l’aune de ce critère, le taux de pauvreté en Chine demeure encore « sensiblement plus élevé que dans certains autres grands pays à revenu intermédiaire », pointe le CSIS. Le taux de pauvreté en Chine est le double de celui observé en Turquie (8,5 %) et à peine plus faible que celui du Brésil (19,8 %). Et, au regard de la taille de sa population totale, la Chine compte toujours la plus grande population de pauvres, après l’Inde ».

Ce qui est encore plus surprenant, c’est le peu de ressources que l’État consacre encore à cette tâche. Comme le démontre Dorothy Solinger, spécialiste de la question de la pauvreté urbaine (migrants ruraux ou populations urbaines sans abri) : « En comparant le Dibao avec les programmes de réduction de la pauvreté dans d’autres pays d’Amérique latine, il note que même si l’on additionne les aides urbaines et rurales du Dibao, la part du PIB consacrée à la réduction de la pauvreté en Chine reste bien inférieure à la moyenne observée en Amérique latine ».

Enfin, dans le domaine clé de la finance, l’effort d’internationalisation du renminbi (yuan) semble s’être stagné. L’inclusion de l’unité dans le panier des droits de tirage spéciaux du FMI en 2015 semble n’avoir été qu’une démonstration temporaire de haute qualité. Depuis lors, de nombreux indicateurs de l’utilisation internationale du renminbi ont reculé. La part du commerce chinois réglée en renminbi a chuté ; les transactions d’investissement direct réglées en renminbi sont tombées à zéro ; les dépôts en renminbi à l’étranger ont également diminué ; la part du renminbi dans les paiements internationaux a stagné à moins de 2 % et est tombée en dessous du dollar canadien ; et les avoirs institutionnels étrangers en renminbi en Chine ont chuté d’environ un tiers par rapport à leur pic à la mi-2014. Le renminbi représente un maigre 1% des réserves des banques centrales mondiales. Ces tendances montrent que, loin de toute inconstance en tant que centre financier international, Pékin choisit systématiquement la stabilité du taux de change plutôt que la convertibilité totale, empêchant ainsi sa monnaie de devenir une monnaie sérieuse. Plus généralement, les faiblesses de l’architecture financière de la Chine militent contre un abandon de la centralité du dollar et du système financier international basé à New York/Londres.

Le fait est que la transition actuelle de l’économie chinoise est une étape beaucoup plus complexe que les défis qu’elle a dû surmonter par le passé afin de « décoller » et se consolider en tant que pays impérialiste. C’est ce que soutient de manière intéressante un économiste réputé de Pékin, partisan des réformes : « L’impact de ces problèmes sur l’économie chinoise après le décollage est très important. Bien que nous ayons une taille considérable, nous avons encore des décennies de retard sur les économies avancées du monde dans les technologies et les domaines les plus critiques. Si les relations internationales restent tendues et que la disponibilité des technologies de pointe et du savoir-faire diminue, il sera difficile pour une économie qui a décollé de continuer à voler, sans compter qu’elle traversera de nombreuses et violentes bosses sur la route. Le deuxième grand problème est que l’avion de la Chine est différent de toutes les études précédentes des économistes. Il est énorme et extrêmement déséquilibré. Si vous regardez l’écart de revenus entre les différentes classes, entre la ville et la campagne, entre les régions, les différences sont énormes. L’écart de revenus est un phénomène de surface qui reflète les différences de technologie, d’industrie et de connaissances scientifiques. Dans la Chine d’aujourd’hui, certains problèmes se ressemblent d’un endroit à l’autre. Mais si vous creusez plus profondément dans certains domaines, vous constaterez que certaines opinions nationales sont beaucoup plus différentes que celles qui existent entre la Chine et le reste du monde. Le défi affectera également les économies qui ont déjà décollé, car il y a beaucoup de tension dans le cockpit, beaucoup de pression à l’intérieur. Prenez la Rust Belt aux États-Unis. Nous avons également d’anciennes zones industrielles dans le nord-est de la Chine. Il y a aussi beaucoup de choses qui ont été développées dans le passé mais qui sont maintenant en déclin ou stagnantes. S’ils ne sont pas bien gérés, et comme ils ont déjà décollé, les défis seront énormes. Le troisième problème est de maintenir l’équilibre mais aussi d’avoir beaucoup d’élan en même temps. Lorsque vous êtes au sol et que vous pouvez ralentir, vous pouvez plus facilement aplanir les difficultés. Mais l’économie, qui a déjà décollé, sera confrontée à de grands défis lorsqu’elle ralentira. L’économie chinoise a besoin d’un élan soutenu et solide, sinon nos secteurs de pointe, qui sont toujours à la traîne par rapport aux meilleurs du monde, n’auront pas la force et les ressources nécessaires pour continuer à progresser. Dans le même temps, il est difficile de maintenir l’équilibre entre l’offre globale, les finances, les industries et les régions. Avec la pression et l’élan dans ces domaines, le décollage promis par Rostow pourrait ne pas conduire inévitablement à la maturité et à une qualité de vie élevée. Il peut y avoir des rebondissements dans le processus après le décollage [33].

Comme on peut le constater, les prochaines années s’annoncent dangereuses et turbulentes. Ils décideront du sort du pays et du Parti communiste.

Si l’on prend l’ensemble des éléments internes et externes que nous avons évoqués, la définition provisoire la plus adéquate de la Chine d’aujourd’hui est peut-être celle d’un « État capitaliste dépendant, avec des caractéristiques impérialistes ». Cette formule descriptive a l’avantage de mieux montrer ce qu’est la Chine aujourd’hui, en soulignant ses contradictions, son caractère dépendant et en même temps ses traits impérialistes. Mais surtout, elle a le mérite de ne pas prendre pour acquis l’énorme saut qu’implique la transformation de la Chine en puissance impérialiste, en tenant compte des difficiles défis et obstacles, internes et externes, qu’elle doit encore surmonter malgré ses progrès. Ce qui laisse la voie ouverte à d’éventuels reculs dans la dynamique ascendante de la Chine, ce qui ne serait pas nouveau pour une société qui était déjà le centre du commerce mondial avant la dynastie Qing et qui a traversé un siècle d’humiliation entre 1840-1945.

Où va la Chine ?

La crise de l’hégémonie américaine, conséquence de la fatigue impériale, qui a conduit à une profonde division au sein des États-Unis, est l’élément principal de la réalité internationale. Mais face à cet affaiblissement de la puissance hégémonique actuelle, nous sommes encore loin de l’existence d’un hégémon de remplacement. La propagande d’un XXIe siècle chinois n’est que cela, de la propagande. Si les États-Unis perçoivent que leur suprématie est en jeu, Washington songerait concrètement à renoncer à la forte influence qu’il exerce sur le Vieux Continent afin de diviser le camp de l’adversaire. Si elle était au bord de l’abîme, elle accepterait de risquer le status quo européen pour engager les Russes dans la bataille contre l’Empire du Milieu. Mais du reset d’Obama aux clins d’œil de Trump à Poutine, les éléments du pouvoir politico-militaires des États-Unis ont déclenché une russophobie hystérique, alimentée par l’OTAN et les pays de l’ex-Europe de l’Est, dans ce but : empêcher la normalisation des relations entre Bruxelles et Moscou et contraindre par la géopolitique l’Europe dans le cadre des politiques décidées depuis Washington. Une entente stratégique entre Berlin et Moscou pourrait aboutir à une formidable complémentarité stratégique entre la technologie et la puissance industrielle allemandes et la démographie résiduelle et l’arsenal nucléaire des Russes, ce qui donnerait naissance à une nouvelle superpuissance capable de contester l’hégémonie des États-Unis. Washington verrait son plus grand cauchemar géopolitique se réaliser.

L’attachement viscéral à l’Europe (malgré toute sa rhétorique contraire) montre que les États-Unis considèrent que la République populaire de Chine est très éloignée de leur puissance impériale et qu’ils n’ont pas les moyens de lui arracher le sceptre hégémonique. Au niveau continental, s’il est vrai que les États-Unis s’affaiblissent en Asie de l’Est, cela ne s’accompagne pas d’une crise de la domination américaine : malgré les avancées économiques, politiques et même militaires dans la région qui font de la Chine un rival stratégique de poids pour les États-Unis dans la région. Le contrôle de la Chine sur la région est, pour l’instant, loin d’être réalisé. Au contraire, la pression impérialiste redoublée ces dernières années, en particulier de la part des États-Unis, vise à renverser le régime du Parti communiste et à fragmenter la Chine, la ramenant à sa condition d’incohérence géopolitique totale vécue au cours du siècle de disgrâce (1840-1945). Voyant les fissures dans son modèle économique et son développement, les États-Unis ont cherché à les exploiter pour isoler la République populaire des chaînes de valeur internationales et ralentir sa croissance. En particulier, Washington exige que Pékin abandonne son modèle dirigiste ou capitaliste d’État afin de réduire sa capacité à imposer sa volonté aux potentats économiques côtiers, qui sont peu enclins à renoncer à leurs richesses accumulées. L’acceptation de la libéralisation économique réduirait la marge de manœuvre de la bureaucratie sur son propre territoire, sans pouvoir combler les graves lacunes qui existent déjà.

Mais en termes de forces, l’objectif de néo-colonisation de la Chine s’oppose à celui d’empêcher l’Allemagne d’avancer sur la Russie, ce qui permet à son tour à la Chine d’avancer sur cette dernière (sans toutefois parvenir à une véritable alliance en raison des suspicions historiques entre les deux, et en raison de l’asymétrie de pouvoir, les deux préfèrent négocier seuls avec les différentes puissances impérialistes). Avec Trump, les États-Unis ont cherché à le faire de manière totalement unilatérale, mais les deux objectifs en même temps sont peut-être supérieurs à leur puissance actuelle. Nous verrons comment Biden parvient à articuler la recherche d’un front impérialiste plus large mais sous sa direction dans la poursuite du même objectif stratégique partagé avec le Trumpisme.

Les pays clés sont le Japon et l’Allemagne. Le Japon est très actif ces jours-ci. Il a décrit Taïwan comme une "ligne rouge" et la "prochaine cible possible" de la Chine après Hong Kong. L’une de ses entreprises énergétiques a annoncé la création d’une co-entreprise avec une société vietnamienne pour extraire des hydrocarbures dans la mer de Chine méridionale revendiquée par Pékin. Elle a invité l’Allemagne à envoyer des navires de guerre dans les mêmes eaux contestées pour s’entraîner avec ses propres navires et ceux d’autres pays de la région indo-pacifique. Et 40 % de ses entreprises basées en Chine qui produisent des technologies sensibles prévoient de les transférer en partie ou en totalité hors de la République populaire. Ce sont tous des signes du réveil impérial du Japon. Tokyo se comporte à nouveau comme une puissance, marchant sur les plates-bandes de Pékin, utilisant un langage stratégique, alignant son secteur de production sur ses besoins géopolitiques. Avec une conscience terrifiée de ses propres limites, de ne pas pouvoir résister seule à la montée en puissance des Chinois. Ainsi, en ce qui concerne Taïwan, il est presque indispensable que la future présidence Biden prenne clairement position en faveur de l’île, en espérant déléguer aux États-Unis la tâche de la protéger des visées de Pékin. Et pour cela, il accueille le plus de pays possibles dans une coalition navale naissante : en 2021, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Inde enverront des navires de guerre à Malacca Est pour manœuvrer avec la Rising Sun Navy. Tout cela pousse dans une direction vaguement favorable à la stratégie anti-chinoise des États-Unis. Mais d’un point de vue tactique, il n’y a pas d’alignement complet entre les États-Unis et le Japon. Car cette dernière se déplace non seulement pour contenir Pékin, mais aussi pour apaiser les appétits plus belliqueux de Washington, comme je l’affirme dans mon récent article « La Chine va-t-elle conquérir l’Asie-Pacifique avec le nouvel accord commercial RCEP ? »

L’UE vient également de signer un accord commercial avec Pékin. Le fait que Bruxelles se soit empressée de le signer avant l’arrivée de Biden augmente son prix contre tout alignement éventuel avec les États-Unis, tout en signalant - pour l’instant à un niveau symbolique - son impatience face à l’approche de l’administration Trump en matière de commerce. Tant sur le plan multilatéral que bilatéral (voir par exemple les différends entre Airbus et Boeing). Les pays européens ne partagent pas le découplage (l’Allemagne en premier lieu) que Washington appelle de ses vœux. Mais en même temps, ils ne sont pas restés insensibles aux demandes américaines de contenir la technologie de Pékin et de répondre à ses provocations en mer de Chine méridionale. En outre, au niveau de l’UE, ils se sont dotés d’un instrument permettant de filtrer les investissements étrangers axés sur la Chine. Un signe de l’impossibilité d’ignorer l’allié transatlantique et de l’évolution de la perception de la projection de la République populaire de Chine. En d’autres termes, ces dernières années, le climat international s’est tendu de plus en plus contre Pékin[34].

Dans les années à venir, son sort dépendra de la force du front impérialiste qui s’opposera à ses velléités impérialistes. Mais avant tout, c’est la lutte des classes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, qui déterminera en fin de compte le sort de Pékin. Par exemple, les paysans indiens mettent un bâton dans les roues des ambitions géopolitiques de Modi en s’opposant à sa réforme néolibérale dans les campagnes. Et, sur le plan intérieur, il convient de noter que, contrairement à un pays impérialiste comme le Japon, qui est passé d’un pays à forte croissance à un pays à faible croissance sans grand bouleversement social, la Chine n’aurait certainement pas cette chance. Les écarts sociaux et géographiques qui ont continué à se développer malgré des "Trente Glorieuses chinoises" pourraient devenir un risque majeur si cette croissance prend fin. L’émergence du prolétariat chinois en tant que facteur autonome pourrait changer les calculs non seulement de la bureaucratie mais aussi de l’impérialisme. Ce sont ces batailles de la lutte de classe, ainsi que la lutte des travailleurs dans les pays centraux contre la nouvelle restructuration en cours de l’économie capitaliste à la suite de la crise actuelle, qui détermineront la localisation du dragon asiatique.

NOTES

[1] Ainsi, "en termes de simples chiffres, les performances globales de la Chine en termes de publications et de brevets sont impressionnantes. Mesurée par le nombre d’articles publiés dans toutes les revues classées par le Science Citation Index (SCI), la Chine s’est classée en 2016 au deuxième rang mondial, représentant environ 20 % du total. Les inventeurs chinois ont également déposé le plus grand nombre de demandes de brevet ces dernières années. L’Office d’État de la propriété intellectuelle de la République populaire de Chine (SIPO) a récemment publié son rapport 2017 sur les activités liées aux brevets en Chine. Selon elle, le nombre de demandes de brevets a augmenté de 14,2 % par rapport à 2016, atteignant 1,38 million, tandis que le nombre de brevets accordés a atteint 420 000, avec une forte concentration dans la région de la côte est chinoise." Selon les indicateurs scientifiques et technologiques récemment publiés par la National Science Foundation et le National Science and Technology Council, "la Chine est devenue - ou est sur le point de devenir - une superpuissance scientifique et technique", en termes de dépenses en R&D, de documents techniques et de sa main-d’œuvre technique. Il n’est pas évident que les mesures quantitatives représentent de fait une tendance à la hausse de la qualité de la science et de l’innovation chinoises, ou si l’argent est gaspillé dans une certaine mesure en produisant simplement un nombre élevé d’articles et de brevets (...) Les établissements d’enseignement supérieur chinois continuent de se concentrer sur la quantité plutôt que sur la qualité comme indicateurs clés de performance. Si les mesures quantitatives fournissent des critères d’évaluation objectifs qui réduisent la possibilité que l’évaluation des performances soit manipulée ou fasse intervenir des facteurs impersonnels, elles invitent également à accorder une importance excessive à la quantité plutôt qu’à la qualité. L’absence de reddition des comptes complète et démocratique risque de priver la Chine d’une source importante d’informations et de retour d’information sur la prise en compte de cette question." Cf. “Innovation in China”, Richard P. Appelbaum, Cong Cao, Xueying Han, Rachel Parker and Denis Simon, Polity Press, 2018.

[2] “China Technology 2025 : Fragile Tech Superpower”, Matt Sheehan 26/10/2020.

[3] Ibid

[4] “How the iPhone widens the US trade deficit with China : The case of the iPhone X”, Yuqing Xing, Vox EU 11/11/2019

[5] “Global value chains and the innovation of the chinese mobile phone industry”, XING Yuqing , EAI Background Brief No. 1472 18/10/2019

[6] Cité par : So, Alvin Y. ; Chu, Yin-Wah. The Global Rise of China (China Today). Wiley. Kindle Edition. « La segmentation du processus de production au niveau mondial a rendu le niveau d’innovation chinois très différent de celui des précédents pays entrés tardivement en développement. Avant la fin du XXe siècle, la production de biens et de services était principalement organisée dans des entreprises hiérarchiques, verticales et situées dans un seul pays. La tâche de l’État dans les pays entrés tardivement en développement (par exemple, les nouveaux pays industrialisés (NPI) d’Asie de l’Est, comme Taïwan et la Corée du Sud) était de se concentrer sur l’imitation, en utilisant les économies d’échelle et de gamme pour exceller en utilisant les dernières technologies développées ailleurs. L’objectif de ces pays était de développer les capacités nécessaires pour exceller dans l’innovation, la production de nouveaux produits et devenir de véritables puissances économiques. Par le passé, les pays entrés tardivement en développement s’appuyaient sur des champions nationaux ; des conglomérats qui cherchaient à dominer toutes les étapes de la production. Toutefois, à l’ère de la production fragmentée, dans laquelle les différents pays se spécialisent non seulement dans des industries spécifiques mais aussi dans des étapes spécifiques de la production, et dans laquelle les produits véritablement nouveaux sont produits ou achetés à l’échelle mondiale sans être fabriqués dans les pays où ils ont été développés, de nombreux modes d’innovation contribuent à une croissance économique durable à long terme. »

[7] Ibid.

[8] Comme le rapporte la revue Nikkei Asia, cette société (Yangtze Memory Technologies), prévoit également de « commencer à produire des puces avancées qui rivalisent avec celles de Samsung et d’autres leaders mondiaux [...]. Les objectifs de Yangtze, s’ils sont atteints, constitueraient l’avancée la plus importante de ces dernières années dans l’ambition chinoise de créer une chaîne d’approvisionnement nationale complète en semi-conducteurs. La NAND est un composant crucial pour la mémoire et le stockage utilisés dans presque tous les appareils informatiques, des smartphones et ordinateurs personnels aux serveurs et voitures connectées, mais la production est contrôlée par une poignée d’acteurs mondiaux. » Dans le même temps, « les puces à 192 couches prévues par Yangtze Memory sont, par définition, plus avancées que celles développées par Samsung et Micron, mais les observateurs du marché sont prudents et disent qu’il reste à voir si les puces de la société chinoise auront les performances et la qualité nécessaires pour dépasser les leaders du marché ». Nikkei Asia 12/1/2021.

[9] L’avion régional ARJ21, premier programme développé par la COMAC (Commercial Aircraft Corporation of China), vient d’entrer en phase de déploiement commercial complet, 12 ans après son premier vol en 2008. Le programme à fuselage étroit C919, beaucoup plus grand, qui devrait concurrencer l’Airbus A320 et le Boeing B737, vient d’obtenir sa TIA (Type Inspection Authorization), marquant le début officiel des vols d’essai pour sa certification, 43 mois après son premier vol en 2017.

[10] “Innovation in China”, Richard P. Appelbaum, Cong Cao, Xueying Han, Rachel Parker et Denis Simon, Polity Press 2018. Tu Youyou, de l’Académie chinoise des sciences médicales, a été le premier scientifique chinois à recevoir le prix Nobel de médecine en 2015 pour sa découverte d’un traitement entièrement nouveau contre le paludisme, l’artémisinine, qui a permis de soigner des milliers de patients en Chine dans les années 1980.

[11] C’est cette importance des mers qui explique que les États-Unis continuent de dépenser plus d’un milliard de dollars pour aider les navires du régime égyptien à contrôler le canal de Suez, alors qu’à l’inverse, Pékin encourage la construction du mythique canal du Nicaragua pour tenter de se libérer du canal de Panama, fermement aux mains des Américains.

[12] Rapport sur les transports maritimes 2019 de la CNUCED.

[13] La crise taiwanaise de 1995-96 a constitué un tournant. Les craintes des dirigeants du parti communiste concernant l’indépendance de l’île ont incité Pékin à effectuer au moins quatre essais de missiles en mer de Chine orientale entre juillet 1995 et mars 1996, afin de démontrer sa capacité à contrôler les eaux du détroit. En réponse aux activités de la Chine, les États-Unis ont envoyé les porte-avions Nimitz et Independence dans la région. Par la suite, la présence militaire américaine dans le voisinage maritime de Pékin est devenue plus fréquente. C’est ainsi qu’en avril 2001, un navire éclaireur américain a navigué à 104 kilomètres au sud-est de l’île de Hainan. En réponse, la Chine a envoyé un avion de guerre. L’incident s’est terminé par une collision entre un J-8 de l’armée de l’air de Pékin et un Ep-3 américain ayant provoqué la disparition d’un pilote chinois. C’est avec ces incidents que la République populaire a pris conscience de l’avance de la puissance navale américaine en termes de technologie militaire et d’expérience opérationnelle. Ce virage maritime a été rendu possible en grande partie par la disparition des menaces terrestres sérieuses pour sa sécurité nationale, notamment le risque d’une grande invasion soviétique par le nord, bien que la Chine doive encore consacrer une force militaire considérable à la défense de ses multiples frontières terrestres.

[14] Les systèmes de commandement, de contrôle, de communication, d’informatique, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (C4ISR) englobent un grand nombre d’architectures et de systèmes informatiques et de communication. Leur but est d’obtenir des informations sur l’état d’avancement des opérations, de les délivrer sous forme normalisées aux commandants d’une opération afin qu’ils puissent en avoir une vision claire et leur permettre de prendre les bonnes décisions. Ils servent également de plate-forme de communication pour la transmission des ordres et de toute autre information appropriée.

[15] Avec la récente arrivée de Biden à la présidence, il est peu probable que la Maison Blanche revienne sur les accords militaires conclus par Trump avec Taïwan, notamment la poursuite de l’entraînement des soldats taïwanais par un contingent de Marines.

[16] Les FONOP sont conçues pour contester les revendications maritimes de la Chine et sa domination sur plusieurs archipels dans la région, ce qui a placé les États-Unis et leurs alliés en opposition avec la Chine.

[17] La remise fin 2017 par le gouvernement sri-lankais (anciennement Ceylan) du port stratégique de Hambantota en location à la Chine pour une période de 99 ans en échange de 1,1 milliard de dollars US a peut-être été un tournant qui a alerté tous les partenaires économiques de la Chine dans la région.

[18] “Japan, Australia, and the Rejigging of Asia-Pacific Alliances” Asia-Pacific Journal 15/11/2020

[19] Le gouvernement cambodgien a finalement abandonné le projet de construction du barrage hydroélectrique de Sambor et a mis en place un moratoire de dix ans sur tout nouveau barrage sur le cours principal du Mékong.

[20] Dans un article récent “In The Dragon’s Shadow”, Sebastian Strangio résume bien cette difficulté : "L’Asie du Sud-Est occupe un rôle central dans ce projet de rajeunissement national. Cela découle des réalités difficiles de l’environnement stratégique de la Chine. Vue de Pékin, l’Asie est un endroit claustrophobe : sur trois côtés, la Chine est entourée de frontières terrestres avec quatorze nations, dont l’Inde et la Russie, deux rivaux dotés de l’arme nucléaire. Au large de sa côte orientale, elle est confrontée à une barrière insulaire qui s’étend de la péninsule russe du Kamtchatka, au nord, à l’île de Bornéo, au sud, et qui limite son accès à l’océan. Trois alliés des États-Unis font partie de cette barrière : le Japon, la Corée du Sud et les Philippines ainsi que Taiwan, qui entretient des liens étroits avec Washington. Comme le déplore Meng Xiangqing, de l’Université de la défense nationale de Chine, il s’agit d’un espace sans air pour une grande puissance en devenir : la Chine "a des frontières terrestres avec les grandes puissances et est entourée d’une chaîne d’îles dans la mer", écrit-elle. De ce fait, "elle n’a jamais pu bénéficier des avantages liés au fait de posséder à la fois la terre et la mer". Yale University Press, 2020.

[21] “Contest for the Indo-Pacific : Why China Won’t Map the Future” La Trobe University Press, 2020.

[22] “Minimum wage increases stall under the impact of Covid-19 pandemic” CLB 16/12/2020

[23] So, Alvin Y. ; Chu, Yin-Wah. The Global Rise of China (China Today). Wiley, Kindle Edition. Comme le disent les auteurs, " En avançant notre argumentaire centré sur l’État, que nous appelons "néolibéralisme d’État", nous ne cherchons pas à fournir un compte rendu exhaustif du développement de la Chine, et encore moins à tracer les contours d’une variété de capitalisme chinois, comme certains auteurs l’ont tenté (cf. McNally 2012). Nous cherchons plutôt à délimiter les rôles critiques joués par l’État chinois dans l’ascension mondiale du pays et les stratégies de tension qui sous-tendent sa trajectoire de développement. Plus précisément, nous soutenons que le parti communiste a joué un rôle déterminant dans l’orientation et la facilitation du développement post-socialiste du pays. Toutefois, outre l’instauration de politiques qui, à bien des égards, ressemblent à un État développeur, une grande partie de ses politiques impliquent la déréglementation, la commercialisation, la privatisation et la réduction des aides sociales, des politiques que certains observateurs appellent le néolibéralisme. Nous proposons ici le concept plutôt contradictoire de "néolibéralisme d’État".

[24] "Nous soutenons que les nouvelles politiques susmentionnées indiquent la consolidation du néolibéralisme d’État entre 2003 et 2012. Contrairement à la phase d’émergence du néolibéralisme d’État immédiatement après l’incident de Tiananmen, cette phase de consolidation a duré plus longtemps (dix ans), a été plus clairement articulée autour des concepts de “développement équilibré”, de nouvelle campagne socialiste et de société harmonieuse, et a eu plus d’impact politique (par exemple, l’abolition de la taxe agricole) que les mesures provisoires prises entre 1989 et 1992". Selon les auteurs, "les politiques du néolibéralisme d’État ont été consolidées lorsque la Chine a été confrontée à la crise économique mondiale de 2008".

[25] Nous pourrions ajouter qu’en dehors de "l’économie politique de la montée en puissance de la Chine", des facteurs initiaux ont également influencé ce choix. Le fait que la bureaucratie maoïste ne se soit jamais appuyée sur une défaite historique du mouvement de masse comme ce fut le cas dans l’ex-URSS après la contre-révolution stalinienne ou même dans les pays de l’Est comme effet de la défaite ou de l’avortement des différentes révolutions politiques (Hongrie 1956, Tchécoslovaquie 1968, Pologne 1980) signifie que le pouvoir de la bureaucratie maoïste a toujours été plus faible. Après les années convulsives de la révolution culturelle et malgré l’unité réactionnaire pro-capitaliste de la caste dirigeante, après Mao, il y a une profonde inquiétude pour la survie du parti communiste. Par conséquent, la réforme et l’ouverture n’ont jamais été linéaires et si elles ont permis à la libéralisation de libérer le dynamisme des forces pro-capitalistes, elles ont toujours gardé le contrôle du processus, tout en maintenant leur approche gradualiste. La faction de Deng a été le témoin direct de la crise dans l’ex-URSS et les pays d’Europe de l’Est, qui a culminé dans les processus tumultueux de 1989-1991, lorsque ces régimes se sont effondrés l’un après l’autre. Précisément à la même époque, les événements de la place Tiananmen ont mis en évidence le risque que la bureaucratie chinoise finisse de la même manière que la bureaucratie russe. Mais comme le montrent ces auteurs, les contradictions mêmes de la réforme et l’accroissement des inégalités et de la résistance sociale ont, tout au long de ces décennies de profonds changements, renforcé ces caractéristiques initiales.

[26] “Zhou Qiren If Reform Stalls, Chinese People Will Play by Their Own Rules” Caixin 6/9/2018

[27] “Young employees rebel against Chinese work ethic by being lazy, refusing overtime, and hiding in the toilets. They call it ‘touching fish’” SCMP 3/1/2021.

[28] Comme l’explique Shaohua Zhan dans la New Left Review, pendant l’ère de la réforme, "la croissance de la production agricole a été significative, bien qu’incohérente et régionalement déséquilibrée. La production de céréales a doublé au cours des quatre dernières décennies, passant de plus de 300 millions de tonnes en 1978 à plus de 650 millions de tonnes en 2017 ; le taux d’autosuffisance de la Chine en céréales est de 85 %, malgré l’importation de 121 millions de tonnes (soja compris). Pourtant, malgré ces chiffres impressionnants, l’écart entre les revenus des ménages urbains et ruraux est resté important ; après avoir culminé à 3:1 au milieu des années 2000, il s’est légèrement réduit à 2,7:1 grâce à l’intervention du gouvernement. Bien entendu, les inégalités de revenus se situent également au sein des zones métropolitaines : les 20 % les plus pauvres de la population urbaine gagnent à peu près la même chose que le résident rural moyen et, compte tenu du coût de la vie beaucoup plus élevé dans les villes, les pauvres urbains sont susceptibles d’être moins bien lotis que le résident rural moyen. Il est intéressant de noter que, comme dans d’autres domaines déjà mentionnés, on a assisté ces dernières années à un mouvement de balancier dans la politique foncière rurale de la Chine. En 2013, la nouvelle administration Xi-Li a introduit ce que l’on a appelé la nouvelle réforme foncière, qui a facilité la vente et l’achat des droits d’utilisation des paysans aux grands producteurs et investisseurs, dans une nouvelle étape visant à concentrer les terres et à soutenir le développement agricole. Mais comme le dit le même analyste : "Lancée cinq ans avant la crise financière de 2008, la nouvelle réforme agraire était un signe du pouvoir croissant du grand capital et de son alliance avec l’État chinois. En poussant à la financiarisation des terres rurales, à la concentration des exploitations et à l’expansion urbaine, l’État et le capital ont cherché à extraire le maximum de surplus de la production agricole et à maintenir des taux élevés de croissance économique. Toutefois, ce mode de développement s’est avéré incapable de fournir des moyens de subsistance sûrs à la majorité. L’augmentation de la précarité urbaine a donné de la crédibilité à ceux qui prônent la protection des petits exploitants agricoles. Couplé aux luttes des habitants des zones rurales pour les droits fonciers, qui devraient s’intensifier dans les années à venir, cela a obligé le gouvernement central à revenir sur certaines des mesures prises en 2013". “La cuestión agraria en la China del siglo XXI” NLR 122 may-jun 2020.

[29] Comme l’indique le South China Morning Post : "Géographiquement, la Chine est divisée en deux par la chaîne de montagnes Qinling, également connue sous le nom d’Alpes du Sichuan, et par la rivière Huai. Ces dernières années, ces caractéristiques géographiques ont également servi à diviser économiquement le pays en deux. Au sud se trouvent les régions les plus prospères de la Chine, où se trouvent la plupart des centres d’innovation et des ports les plus fréquentés. La Chine méridionale possède les deltas de la rivière des Perles et du fleuve Yangtze, les deux centres manufacturiers du pays, et a vu son importance économique croître, la production de l’année dernière représentant 61,5 % du produit intérieur brut (PIB) national. Au nord se trouve une grande partie de ses industries lourdes, comme le charbon, qui ont contribué à alimenter le miracle économique de la Chine au cours des dernières décennies, mais qui seront bientôt des reliques du passé. L’écart entre le Nord et le Sud se creuse et est devenu de plus en plus évident depuis 2013, lorsque la part du Nord dans la production économique est tombée à 38,5 %, alors qu’elle était auparavant supérieure à 40 %. Et ce, malgré le fait qu’elle compte 15 provinces, 42% de la population du pays et 60% de son territoire. Cette tendance risque de s’aggraver à mesure que la lutte pour les travailleurs qualifiés s’intensifie en Chine. Les employeurs du Sud, région riche, ont tendance à offrir des salaires plus élevés et de meilleures perspectives de carrière que ceux du Nord, qui a de plus en plus de mal à retenir les talents locaux. La disparité est aussi évidente au niveau de la dépendance du Nord à l’égard du financement public. Alors que l’économie chinoise ralentit et que ses anciennes industries se contractent, les gouvernements du Nord ont généré l’année dernière suffisamment de recettes pour couvrir moins de la moitié de leurs dépenses. Le Sud, en revanche, a pu financer 55 % de ses propres dépenses, selon une étude récente de l’Académie chinoise des sciences fiscales, un groupe de réflexion affilié au ministère des finances. En outre, les infrastructures du Sud, notamment les ports, en font une destination naturelle pour les capitaux étrangers. Cela l’a aidé à se développer de manière exponentielle, alors que le Nord, riche en ressources, était confronté aux fluctuations des prix des matières premières. Les investissements étrangers ont aidé le Sud à devenir un centre d’exportation et à accueillir des industries de haute technologie. Son secteur privé est en plein essor, les entreprises étant capables de réagir plus rapidement aux forces du marché que les entreprises d’État du Nord. Le fossé économique entre le Nord et le Sud de la Chine se creuse, loin des feux de la guerre commerciale américaine. Sidney Leng 22/6/2019

[30 -34] “When Chinese eat grass : the economic crisis amid the coronavirus pandemic” Au Loong-Yu, 13/9/2020

[31] Cependant, les flambées de Covid-19 dans le Heilongjiang et le Hebei indiquent que le problème n’est pas complètement surmonté. Le gouvernement chinois renforce les mesures de contrôle (surtout à Pékin) et décourage les "travailleurs migrants" des mégapoles de rendre massivement visite à leurs proches dans les campagnes pour célébrer le Nouvel An chinois. La santé du pays, la légitimité du PCC et la crédibilité des soins médicaux chinois dans le pays et à l’étranger dépendent de la prévention de la deuxième vague de maladie.

[32] “Is China Succeeding at Eradicating Poverty ?” Vu sur : https://chinapower.csis.org/poverty/?utm_source=CSIS+All&utm_campaign=8d4e472ed0-EMAIL_CAMPAIGN_2018_09_04_03_13_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_f326fc46b6-8d4e472ed0-222013949

[33] “Weekend Long Read : After Taking Off for the Last 30 Years, China’s Flying Economy Is in Need of a Stabilizer”, Caixin, 19/12/2020

[34] Cela se traduit par le fait que, pour la première fois cette année, le cercle des critiques de Xi s’est étendu au-delà des libéraux. Comme le rapporte le journaliste Richard McGregor : « Xi a toujours eu ses principaux détracteurs parmi les universitaires libéraux chinois, qui lui reprochent de provoquer les États-Unis avec ses politiques diplomatiques et militaires affirmées (...) Ils estiment que les intérêts de Pékin auraient été bien mieux servis s’il s’en était tenu à la politique discrète préconisée par Deng Xiaoping lorsque la Chine a commencé à émerger à l’ère post-Mao au début des années 1980, à savoir "cacher sa force et attendre son heure". En réalité, il a été impossible de maintenir longtemps un profil bas dans les affaires mondiales pour un pays aussi grand que la Chine, avec une économie connaissant une croissance aussi rapide. Mais en citant la doctrine d’un leader politique vénéré comme Deng, les libéraux se sont donnés une couverture politique pour critiquer Xi sans le citer nommément. Ces dernières semaines, cependant, des signes montrent que le débat s’anime dans les cercles durs de Pékin pour savoir si la Chine est allée trop loin. La diplomatie du "guerrier loup", un terme utilisé pour décrire la posture plus agressive des diplomates chinois pour repousser les critiques étrangères, semble avoir été reléguée au second plan pour le moment. Les guerriers loups du ministère des affaires étrangères ont provoqué une vive réaction dans de nombreux pays après que la Chine a commencé à sortir de la crise du Covid-19. Pour le moment, ils semblent faire profil bas. Une autre goutte d’eau a fait déborder le vase : un article de Dai Xu, général de l’Armée populaire de libération et l’un des faucons chinois les plus en vue. Dans un article récent, intitulé "Quatre choses inattendues et dix nouvelles compréhensions à propos des États-Unis", Dai préconise que la Chine fasse le point sur ses faiblesses relatives par rapport aux États-Unis et se comporte en conséquence."
"Les partisans de la ligne dure de Pékin s’opposent à la diplomatie du guerrier loup de Xi Jinping." Nikkei Assia, 28/7/2020.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[RP Dimanche]   /   [Impérialisme]   /   [Théorie marxiste]   /   [Chine]   /   [Monde]

COMMENTAIRES