^

Jeunesse

Les patrons au chevet de l'école

A Louis-le-Grand, LVMH et l’Oréal financent « l’élite de la République »

Si la majorité des lycées sont systématiquement à court de crédit pour pouvoir assurer à leurs élèves un service public respectable, ce n'est pas le cas de certains lycées d'élites, comme Louis le Grand, dont le financement est en partie assuré par les majors du CAC 40.

Au lycée Louis-Le-Grand, les élèves bénéficient, contrairement à la majorité des lycéens de France, d’un cadre de travail exceptionnel, d’échanges internationaux, de bourses de logements ou encore de conférences privées. Mais l’argent nécessaire au fonctionnement du lycée d’élite ne provient pas seulement de l’État, il est également donné par la Fondation Louis-Le-Grand. Cette fondation, placée sous l’égide de la Fondation de France, a été créée en 2012 par quatre des plus grands groupes de la finance : LVMH, Canal+, L’Oréal et Airbus.

A sa création, la fondation a reçu une donation de 250 000 euros pour la période 2012-2016, soit 50 000 euros par an. De plus, tout individu, étranger ou non au lycée, peut faire un don et faire partie d’un club. Ainsi, tout don de minimum 1000€ permet au donateur de faire partie du Club Victor Hugo et d’avoir son nom sur le site internet de la fondation. Vous pouvez également faire partie du Cercle des Grands Donateurs en donnant 5000€, et ainsi être invité au cocktail dinatoire annuel. Mais en étant plus généreux encore, vous pourrez rejoindre le Cercle Premium et être invité au musée du lycée en donnant 10 000€. Cependant, si vous n’êtes pas très fortuné, vous pouvez faire don de 5 ou 10€, puisque « tous les dons ont un impact ! »

Bien sûr, faire un don à la fondation amène à une déduction fiscale de 65% du montant du don pour l’impôt sur le revenu, 60% pour l’impôt sur les sociétés et 75% pour l’impôt sur la fortune. Un conseil est même donné pour réduire cet impôt à zéro : « Nous vous rappelons la formule que vous pouvez utiliser pour abaisser votre ISF à zéro :
Montant de votre ISF/0,75 = Montant de votre don
(Dans la limite de 50 000€, soit un don de 66 666€) »

Grâce à cette politique de privatisation masquée, le budget annuel de la fondation est passé à 70 000€, en raison de donateurs et d’institutions comme la Fondation HEC ou la fondation BNP Paribas, qui « se sont reconnus dans les valeurs de la Fondation et ont voulu encourager ses actions. »

Les actions de la fondation ont pour mission de promouvoir l’ouverture sociale, l’ouverture internationale et l’excellence en attribuant des bourses pour des logements, des stages linguistiques et des inscriptions aux concours. Ces prétendues missions permettent aux quatre groupes de se fabriquer une image, en contradiction apparente avec des scandales comme l’affaire LOGO et ses 172 licenciements dus à LVMH ou la fabrication de produits de L’Oréal pour femmes noires provoquant des brûlures et des pertes de cheveux. L’ouverture sociale et internationale est encore à revoir. La fondation permet certes à certains élèves pauvres d’avoir une bourse, mais elle contribue surtout de construire une école d’élite pour les futurs cadres de ces mêmes entreprises. Les donateurs choisissent de privilégier les élèves de Louis-Le-Grand (déjà privilégiés quant au choix des professeurs ou du cadre de travail) et empêchent d’autres lycées de recevoir l’argent qui leur serait normalement parvenu avec les impôts. Quand on pense que certains lycées en Seine-Saint-Denis doivent attendre un an avant d’obtenir des rideaux à leurs fenêtres, il n’est pas difficile de considérer l’égalité des chances comme inexistante.

Crédits photos : © Lycée Louis-le-Grand




Mots-clés

Lycées   /    Education   /    Jeunesse